Publicité
Publicité

Le bonheur au travail, journal d’un jeune stagiaire

Dans la préface de ce livre, Duc Ha Duong écrit : « Et c’est dans ce climat de bienveillance mutuelle que les décisions se prennent… La racine du mal-être en entreprise, il faut la chercher dans l’engagement contraint, dans l’absence de liberté de choisir son organisation et son inspiration, et du délitement de la responsabilité qui en découle. » Et s’il y avait corrélation entre la qualité de vie au travail et la performance globale des organisations ?

Recevez les titres du mag
Gratuitement
dans votre boite mail.


Le bonheur au travail
un levier de performance

« Le bonheur au travail » n’est plus un concept utopique : il se développe dans les entreprises innovantes, soucieuses notamment de répondre aux attentes des nouvelles générations. L’entreprise positive se préoccupe du bien-être des collaborateurs comme un bien en soi, mais aussi comme un levier de performance. Le bonheur au travail permettrait de réduire de l’absentéisme, de prévenir des troubles psycho-sociaux et de mieux gérer le stress. Mais une entreprise où le bien-être et la création de sens seraient des valeurs partagées, permettrait aussi de développer la compétitivité : cohésion d’équipe, loyauté, créativité, efficacité, motivation, fidélisation, acquisition de nouveaux talents.

PUBLICITE

Le Chief Happiness Office,
une fonction d’avenir

Et c’est ainsi que l’on commence à voir émerger une nouvelle fonction, celle de Chief Happiness Officer, en charge de tout mettre en œuvre pour que l’entreprise améliore le bien-être de ses collaborateurs. Dans « Le bonheur au travail, journal d’un jeune stagiaire », Jean-Hubert dit Jub est recruté dans le groupe Pace, leader européen de la bougie, pour un stage de 4 mois à la direction de la Prospective et du Numérique. Il n’aura pas la chance d’intégrer l’une de ces sociétés au management novateur et sa découverte du monde du travail va le surprendre ! Il va découvrir, souvent avec effarement, le fonctionnement d’une entreprise traditionnelle : empilement hiérarchique, bureau avec ou sans fenêtre, querelles de chefs, réunions interminables, prises de décision sans queue ni tête, potins et médisances, système d’information d’un autre siècle… En participant à un hackaton sur « Le mémoire du 21ème siècle » et en découvrant l’entrepreneuriat et l’innovation, il va essayer de secouer cette entreprise sclérosée. Un roman très drôle, qui questionne les modes de fonctionnement des entreprises traditionnelles, hiérarchisés, cloisonnés, où l’information circule mal et où il ne fait pas bon être innovant.

Retrouvez chaque personnage
du livre sur Facebook

Ce livre nous pousse ainsi à nous interroger sur la rigidité des structures et sur l’importance de l’épanouissement dans son environnement de travail. Et puisqu’il s’agit d’innovation, on peut retrouver chaque personnage du livre sur Facebook !  Et notamment Odette Leteinturier, convaincue que le bonheur au travail est possible, ou Max Maréchal, le directeur du personnel, complètement allergique à cette idée !   Ce livre nous pousse ainsi à nous interroger sur la rigidité des structures et sur l’importance de l’épanouissement dans son environnement de travail. Et puisqu’il s’agit d’innovation, on peut retrouver chaque personnage du livre sur Facebook !  Et notamment Odette Leteinturier, convaincue que le bonheur au travail est possible, ou Max Maréchal, le directeur du personnel, complètement allergique à cette idée !

PUBLICITE

Corinne d’Argis

Corinne d’Argis, diplômée de Sciences-Po, a travaillé dans un cabinet de chasseurs de têtes, à la direction des ressources humaines d’un grand groupe bancaire, puis dans la lutte contre la discrimination à l’embauche. Elle connait maintenant le bonheur de la toute petite entreprise. Le bonheur au travail, journal d’un jeune stagiaire est son 7ème livre.

Anne Chanard

Anne Chanard, diplômée d’une école de commerce et auteur d’une thèse de MBA sur le sujet de l’innovation et de l’intrapreneuriat, a travaillé pendant 20 ans dans des entreprises qui ont tantôt mené, tantôt subi les transformations technologiques de ce début du 21ème siècle. Elle est maintenant consultante en innovation sociale. Le bonheur au travail, journal d’un jeune stagiaire est son premier roman.
La société d’informatique, Officience, que Duc Ha Duong a créée il y a dix ans s’est convertie vers un modèle horizontal et ouvert, où chacun peut s’attacher à concilier bonheur individuel et bien commun.
« Le bonheur au travail, journal d’un jeune stagiaire » de Corinne d’Argis et Anne Chanard, avec des illustrations de Jean-Michel Milon, consultant senior chez Leroy Dirigeants, Edition Les Passagères, disponible en version papier et en version numérique, en librairie et sur tous les sites de vente en ligne.

Gratuit : recevez le Digest Hebdo tous les Samedis

Laila Triden, Nice

Laila Triden, Nice

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x