Publicité
Soutenez le magazine :
Publicité version papier

6 nouveaux métiers qui vont recruter demain

On le sait désormais, de nombreux métiers vont disparaître d’ici à 2030. Contrôleurs aériens, assureurs, interprètes, télémarketeurs… autant de professions qui devraient être assurées grâce à l’intelligence artificielle. Les robots seront bientôt des collaborateurs à part entière. De quoi vous plonger dans la morosité ? Pas du tout ! Dans son ouvrage* Anne-Caroline Paucot en répertorie une centaine, inventant, au passage des mots inédits. Voici 6 nouveaux métiers qui vont recruter demain.

Recevez les titres du mag
Gratuitement
dans votre boite mail.


Bonne nouvelle, des centaines
de nouveaux métiers arrivent

Selon une étude publiée en mai 2014 par l’agence canadienne Wagepoint spécialisée dans le conseil aux entreprises, 65% des élèves de maternelle exerceront un métier qui n’existe pas encore en 2030 ! Avec l’arrivée des nouvelles technologies mais aussi le vieillissement de la population, le développement durable, l’urbanisation croissante ou encore le changement de la relation client et du management, le marché du travail évolue à toute alllure et de nouveaux besoins commencent déjà à émerger.  Forte de ce constat, Anne-Caroline Paucot a décidé de présenter dans un livre – « en construction » forcément -, « 100 métiers du futur ».

PUBLICITE

L’applicoach, pour faire
son choix d’applications mobiles

L’applicoach aide son client à trouver les applications qui lui sont vraiment utiles, parmi les milliers qui sont à sa disposition gratuitement. Plutôt utile quand on connaît l’évolution du nombre de téléchargements d’applications dans le monde : de 100 milliards en 2014, on serait passé à plus de 200 milliards en 2016 !
La recherche de l’applicoach s’effectue en balayant tous les domaines de sa vie : travail, santé, famille, loisirs, déplacements, désirs… Il peut ainsi lui conseiller : une appli de quantification énergétique personnelle s’il veut retrouver un corps svelte et souple ou une appli de traduction instantanée s’il a eu le coup de foudre pour une Coréenne. L’applicoach peut ainsi aider dès aujourd’hui moult managers ou individus pressés et stressés en minimisant le nombre d’applications sur le téléphone mobile et en maximisant leur utilisation.
Lecture associée  10 nouveaux métiers en 2030 imaginés par Wagepoint

Le gomNeteur, pour effacer
les traces numériques

Etant donnée la rapidité de propagation d’une information, il est parfois trop tard pour supprimer facilement des éléments qui créent une vision peu flatteuse de nous-mêmes. Faire appel à un gomNeteur s’impose alors. Ce dernier enregistre la demande du client et identifie les sources et les copies des éléments numériques (textes, vidéos, photos…) à supprimer. Il analyse l’impact des différentes informations sur l’identité d’une personne. Il met en place des procédures pour effacer les éléments indésirables. Enfin, il fait évoluer les pratiques pour faciliter ces suppressions. Car si l’identité numérique est devenue d’une importance prépondérante, le droit à l’oubli est encore difficile à faire appliquer. Il a fallu attendre le 1er janvier 2015 pour voir s’appliquer la « loi gomme » destinée aux adolescents californiens. Ces derniers peuvent désormais effacer leurs « erreurs de jeunesse sur Internet ».
Lecture associée  Infographie : l’effet Google et l’amnésie numérique

PUBLICITE

Le monnétarien, pour gérer
les monnaies complémentaires

Le monnétarien crée une monnaie complémentaire, la nomme, définit son fonctionnement, et gère les passerelles entre les systèmes financiers officiels et les dispositifs complémentaires. Tel un banquier, il précise les modalités d’ouverture de compte pour les adhérents au système financier parallèle. Il met en place et anime un réseau social d’échange local. Grâce à ce système, on pourra par exemple offrir ses compétences en plomberie à un jeune couple et avoir en échange les beaux légumes du jardin du retraité du bout de la rue. Selon de nombreux experts, les monnaies complémentaires seraient une solution face à la crise actuelle. De fait, plus de 4000 monnaies complémentaires existent dans le monde, dont 55 % en Europe contre 150 monnaies officielles.
Lecture associée Méthodes non conventionnelles et très efficaces pour trouver un emploi

Le companobot, pour personnaliser
les robots d’accompagnement

Le companobot, un assistant de vie qui évalue les besoins d’une personne en matière de robotique, propose un ou plusieurs robots adaptés au handicap d’une personne, il personnalise ce robot en fonction du handicap, des besoins et des habitudes de vie de la personne, forme elle et ses proches à son utilisation, et assure l’assistance à distance. Alors que l’Insee prévoit 1,2 million de personnes âgées dépendantes en 2040, le nombre d’aidants, lui, ne devrait pas augmenter. Pour maintenir plus longtemps les personnes à leur domicile et faire face à une possible pénurie de main-d’œuvre, les robots d’assistance seront indispensables. Reste qu’il faudra toujours quelqu’un pour les programmer.
Lecture associée L’« économie humaine » plus forte que les robots

Le collaboractiviste, responsable
de la consommation collaborative
des entreprises

Alors que l’économie collaborative a explosé ces dernières années, certaines entreprises ont déjà eu l’idée de partager leurs ressources inutilisées. Le collaboractiviste serait en charge d’identifier ces ressources : la production invendue, les outils de production disponibles, le temps des salariés non utilisé, la surface immobilière excédentaire, le parc automobile, la trésorerie dormante, les services (par exemple la cantine, la bibliothèque ou les équipements sportifs). Il repèrerait les entreprises permettant d’envisager des synergies et des collaborations. Il mettrait en place des trocs avec ces entreprises. Enfin, il calculerait les économies réalisées avec la mise en place de ce système.

Le foulange, spécialiste
de la finance participative

Depuis l’apparition du crowdfunding, plus d’un million de campagnes ont été menées dans le monde et environ 5 milliards de dollars auraient été levés par ce biais pour la seule année 2013. Les plateformes se comptent aujourd’hui par centaines et se spécialisent selon les besoins : aide aux sinistrés, dons pour sportifs ou artistes, innovations technologiques… Le foulance gèrerait donc une plateforme de finance participative, identifierait des projets susceptibles d’être financés par les internautes, mettrait en place une stratégie numérique pour communiquer sur les projets (réseaux sociaux, communautés, cercles personnels et professionnels…), aiderait à la mise en place des contreparties des financements, s’assurerait que l’argent est utilisé conformément aux attentes des donneurs.
*Dico des métiers de demain, les 100 métiers du futur, Par Anne-Caroline Paucot, Editions Propulseurs

Gratuit : recevez le Digest Hebdo tous les Samedis

Sylvie Marchal, Paris

Sylvie Marchal, Paris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x