Publicité
Publicité

Le tabac tue et crée des emplois !

Le 31 mai est chaque année axée autour des dangers du tabac pour la santé et de l’action antitabac de l’OMS. Le tabagisme provoque la mort d’un adulte sur dix dans le monde, deuxième cause de décès au niveau mondial.

Recevez les titres du mag
Gratuitement
dans votre boite mail.


Tabac et chômage sont des assassins

L’un tue physiquement à petit feu, l’autre étouffe socialement aux petits jobs. Pour paraphraser Samuel Becket, entre assassins on s’entend bien.  Tout le monde sait cela. Depuis des années des campagnes antitabac sont menées par les gouvernements de droite et de gauche. Un rapport de la Cour des comptes les politiques de lutte contre le tabagisme fait un bilan sévère des politiques antitabac de ces dix dernières années. Les Français fument toujours autant, une personne sur trois, et 73 000 personnes en meurent chaque année. Les lois Veil et Evin n’auraient servi à rien. Le tabac étant retiré de l’indice des prix de l’INSEE, reste à augmenter le prix du paquet au risque de créer un marché noir.  Depuis le 1er janvier 2008, l’interdiction de fumer est effective dans tous les lieux publics. Ce rapport montre que  les jeunes, les femmes et les plus pauvres fumeraient de plus en plus. Et les chômeurs, pourrait ajouter ce rapport, ce sont souvent des jeunes, des femmes et des seniors. Plus le chômage augmente, plus les cigarettes  se vendent ?!

PUBLICITE

Un antistress qui tue

Fumer  quand on est sans emploi est paradoxal, on accentue le manque d’argent dont a tant besoin pour des besoins plus importants. Un fumeur qui aspire un paquet investit entre 2 et 3000 euros par an selon la marque. Fumer entraîne des problèmes de santé, donc d’autres dépenses, qui aggravent la situation financière déjà désastreuse du chômeur. Le sans emploi a des soucis : manque d’argent, sentiment d’inutilité, nécessité de quémander, frustrations diverses, inquiétudes sur l’avenir, manque de reconnaissance sociale, image sociale moins valorisante…  alors la nicotine rassure plus que Pôle emploi. Mais arrêter de fumer pendant cette période est surhumain voire téméraire car les chances de réussite sont minimes.  Le chômage tue socialement, la cigarette à coup de cartouches, mais lentement. Que dire des actifs qui fument en faisant le trottoir dans le froid ? Nicotine pour compenser la pression de la hiérarchie, le stress  du job fragilisé, l’angoisse de le perdre ?

PUBLICITE

Le tabac crée des emplois

La cigarette est  une soupape : elle évacue en partie stress, les souffrances et  les déceptions, c’est un exutoire à portée de main. Si on considère que le chômage est la  dépression de notre société, alors les gros fumeurs se recrutent parmi les chômeurs. C’est le meilleur antidépresseur, un moindre mal par apport au fait d’être chômeur qui donne du plaisir et du réconfort jusqu’au prochain contrat de travail. La Cour des Comptes, au lieu de préconiser la hausse du prix des cigarettes devrait recommander  la baisse du chômage.  Le nombre de cigarettes vendues légalement est de 55 milliards par an. Le tabac rapporte à l’Etat plus de 10 milliards d’euros qui sont destinés au financement des dépenses de l’assurance maladie, à la compensation  des charges de caisses d’assurance maladie, prévoyance et ou retraite. Le buraliste lui gagne 8% sur le prix de vente du paquet. Le tabac lutte contre le chômage en créant des emplois, il suffit de découvrila filière tabacole en France  : plus de 10000 agriculteurs cultivent le tabac, l’industrie du tabac emploie environ 6 000 personnes, fait vivre 7 000 fournisseurs, 20 000 distributeurs. L’ironie pour un chômeur fumeur serait-elle de trouver un emploi dans l’industrie de la cigarette et s’arrêter de fumer ?!

 

Lire aussi Pour être recruté, maigrissez

Gratuit : recevez les Newsletters

Reid Nalliat, Paris

Reid Nalliat, Paris

8 réactions

  1. ghj

    1 juillet 2017 à 9 h 24 min

    interdire totalement la vente du tabac dans le monde

  2. CZAJKA

    13 juin 2013 à 12 h 24 min

    De tous temps les industries ont toujours tués. Elles ont également créer des emplois. L’amiante à été utilisé pendant + d’un siècle. La Mine continue de tuer mais également fournie le pain à plusieurs millions de personnes. On oublie trop souvent que le but de la vie est la MORT. Le reste est accessoire.

    • Dvok

      18 avril 2014 à 19 h 26 min

      Bien vu sauf que la cigarette est un poison mortel gratuit pour les gens tout autour qui n’ont rien demandé, l’amiante était nécessaire à la construction et cela été une erreur, les mines sont nécessaires à l’énergie et autre, les voitures sont nécessaires, mais elle produisent aussi des polluants plus gros car bien filtrés désormais. Reste la cigarette qui tue ses sujets, mais cela à la rigueur cela les regarde. Mais le rapport des émissions de tabac par rapport aux polluants du trafic routier est 3%, d’après Airparif, ce qui est incroyablement élevé et concerne seulement les PM2.5, donc les composants très fins voire en phase gazeuse libérés par les cigarettes ne sont pas pris en compte. Je suis d’accord, la combustion de cigarette, de marijuana n’est pas plus naturelle, que celle du plastique (bien que rare), des problèmes d’amiante comme vous le dites, mais c’est affreusement dangereux pour les cellules humaines. Je ne suis pas fumeur et je comprends pas que des gens puissent autant se faire mal à eux et aux gens dans un rayon de N mètres.

  3. Goffi

    2 janvier 2013 à 19 h 58 min

    « La cigarette tue, le chômage enterre! ». Cette expression est caricatural de la déresponsabilisation qui frappe nos sociétés. La cigarette ne tue que si on la fume, le chômage n’enterre que si l’on s’y complait. Il suffit de regarder de près la structure du chômage pour voir que beaucoup de situations d’inactivités sont choisies par les intéressés, même s’il faut rester nuancé sur le sujet.Dire que la cigarette tue revient à dire que le revolver tue. Magnifique inutilité d’un constat qui conduit à faire comparaitre des cigarettes devant la justice !!!La cigarette comme le revolver ne tuent personne. Ce sont leurs utilisateurs qui tuent.

  4. aouali mohamed

    26 décembre 2012 à 20 h 08 min

    En effet la cigarette tue le chômage enterre !

  5. Marc Viellard

    26 décembre 2012 à 16 h 10 min

    Le bon professeur Rosa enseignait rue Saint-Guillaume que, compte tenu de l’espérance de vie réduite des fumeurs et de la faible durée des maladie liées aux tabacs, le tabac représentait un avantage pour nos comptes nationaux. Un cancer du poumon ou un arrêt cardiaque reviennent moins cher qu’un Alzheimer.

  6. Goffi

    26 décembre 2012 à 14 h 54 min

    Difficile de comparer ces deux fléaux. S’il est vrai que le chômage frappe parfois sans que l’on s’y attende, la cigarette est un choix. Le tabac n’est que l’arme de l’assassin qui est souvent le fumeur lui-même. Difficile question que celle de la responsabilité !!!

  7. celeste

    16 décembre 2012 à 13 h 42 min

    « La Cour des Comptes, au lieu de préconiser la hausse du prix des cigarettes devrait recommander la baisse du chômage. » Sans le chômage, les cigarettiers seraient en faillite !!! Les chômeurs fumeurs sont les chevaliers blancs de l’économie pour l’empêcher de sombrer.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x