Publicité
Publicité

Les meilleures citations du général de Gaulle

Appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle crédit 1000-idees-de-culture-generale.fr

C'est le 18 juin 1940 que le général de Gaulle a lancé son appel à la Résistance sur la BBC depuis Londres. Refusant la capitulation de la France face aux nazis, il a rejoint Londres pour poursuivre le combat. A l'occasion de la commémoration de l'appel du 18 juin, nous avons sélectionné les meilleures citations du général de Gaulle.

« Au sommet des affaires on ne sauvegarde son temps et sa personne qu’en se tenant méthodiquement assez haut et assez loin. »
« C’est purement négatif de toujours remettre tout en cause, c’est, en somme, la marque des faibles, des incapables. »
« Comme un homme politique ne croit jamais ce qu’il dit, il est étonné quand il est cru sur parole. »
« Dans toute association de deux hommes, il y en a toujours un qui se fait porter par l’autre. »
« Délibérer est le fait de plusieurs. Agir est le fait d’un seul. »
« En général, les gens intelligents ne sont pas courageux et les gens courageux ne sont pas intelligents. »
« Face à l’événement, c’est à soi-même que recourt l’homme de caractère. »
« Face aux grands périls, le salut n’est que dans la grandeur. »
« Il est vrai, que parfois, les militaires s’exagérant l’impuissance relative de l’intelligence, négligent de s’en servir. »
« Il faut à la force, pour tenir son rang, un certain caractère d’assurance. »
« Il n’y a de réussite qu’à partir de la vérité. »
« Il n’y a que les arrivistes pour arriver. »
« Il vaut mieux avoir une méthode mauvaise plutôt que de n’en avoir aucune. »
« J’ai entendu vos points de vue. Ils ne rencontrent pas les miens. La décision est prise à l’unanimité. »

PUBLICITE

« J’aime bien ceux qui me résistent ; l’ennui, c’est que je ne peux les supporter. »
« Je ne vais pas mal. Mais rassurez-vous, un jour, je ne manquerai pas de mourir. »
« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? »
« Je parle. Il le faut bien. L’action met les ardeurs en oeuvre. Mais c’est la parole qui les suscite. »
« Je suis un homme qui n’appartient à personne et qui appartient à tout le monde. »
« Je suis un monarchiste, la République n’est pas le régime qu’il faut à la France. »
« L’action, ce sont les hommes au milieu des circonstances. »
« L’avantage d’être un causeur brillant ne vaut pas celui d’être replié sur soi-même. »
« La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même. »
« La diplomatie est l’art de faire durer indéfiniment les carreaux fêlés ! »
« La France a perdu une bataille ! Mais la France n’a pas perdu la guerre »
« En notre temps, la seule querelle qui vaille est celle de l’homme. C’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer. »
« La gloire se donne seulement à ceux qui l’ont toujours rêvée. »
« La grandeur a besoin de mystère. On admire mal ce qu’on connaît bien. »
« La grandeur est un chemin vers quelque chose qu’on ne connaît pas. »
« La guerre, c’est comme la chasse, sauf qu’à la guerre les lapins tirent. »
« La justice sociale se fonde sur l’espoir, sur l’exaltation d’un pays, non sur les pantoufles. »
« La parole est au peuple. La parole du peuple, c’est la parole du souverain. »
« La pire calamité après un général bête, c’est un général intelligent. »
« La politique et la stratégie de la guerre ne sont qu’une perpétuelle concurrence entre le bon sens et l’erreur. »
« La politique, quand elle est un art et un service, non point une exploitation, c’est une action pour un idéal à travers des réalités. »
« La réforme oui, la chienlit non ! »
« La véritable école du Commandement est la culture générale. »
« La vie n’est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. »
« L’administration, c’est mesquin, petit, tracassier. Le gouvernement, c’est pénible, difficile, délicat. La guerre, voyez-vous, c’est horrible, mais la paix, la paix, il faut bien le dire, c’est assommant. »
« L’ambition individuelle est une passion enfantine. »
« Le caractère, c’est d’abord de négliger d’être outragé ou abandonné par les siens. »
« Le caractère, vertu des temps difficiles. »
« Le désir du privilège et le goût de l’égalité, passions dominantes et contradictoires des Français de toute époque. »
« Le difficile n’est pas de sortir de l’X mais de sortir de l’ordinaire. »
« Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres. »
« Peut-être la politique est-elle l’art de mettre les chimères à leur place ? On ne fait rien de sérieux si on se soumet aux chimères, mais que faire de grand sans elles. »

PUBLICITE


« Le pouvoir, c’est l’impuissance. »
« Le succès de l’épreuve de la guerre, comme le bonheur dans la vie, n’existe que par comparaison. »
« Le talent est un titre de responsabilité. »
« Les choses capitales qui ont été dites à l’humanité ont toujours été des choses simples. »
« La fin de l’espoir est le commencement de la mort. »
« Prenez invariablement la position la plus élevée, c’est généralement la moins encombrée. »
« L’autorité ne va pas sans prestige, ni le prestige sans l’éloignement. »
« Les diplomates ne sont utiles que par beau temps. Dès qu’il pleut, ils se noient dans chaque goutte. »
« Les exigences d’un grand peuple sont à l’échelle de ses malheurs. »
« Les Français, où qu’ils le cherchent, ont besoin de merveilleux. »
« Les gaulois n’ont pas changé. Leurs chefs détestent obéir. Mais ils adorent discuter. »
« Les grandes choses se font par la valeur des hommes bien plus que par des textes. »
« Les hommes peuvent avoir des amis, pas les hommes d’Etat. »
« Les plus nobles principes du monde ne valent que par l’action. »
« Les traités, voyez-vous, sont comme les jeunes filles et les roses : ça dure ce que ça dure ! »
« Ne croyez-vous pas qu’à la guerre la plus grande franchise soit la plus grande habileté ? »
« On ne devrait plus accepter de responsabilités suprêmes au-delà de soixante ans. »
« On ne fait rien de grand sans de grands hommes, et ceux-ci le sont pour l’avoir voulu. »
« On s’est aperçu qu’il n’y avait pas de montagnes entre l’Angleterre et la France ; il y a seulement un canal. »
« Pour faire le blocus de Monaco, il suffit de deux panneaux de sens interdit. »
« Quant au pouvoir, je ne saurais, en tout cas, quitter les choses avant qu’elles ne me quittent. »
« Recevoir un grand nombre de journalistes est un plaisir. Un petit nombre un ennui. Un seul d’entre eux : un supplice. »
« Rien ne rehausse l’autorité mieux que le silence, splendeur des forts et refuge des faibles. »
« Si l’intelligence ne suffit point à l’action, il va de soi qu’elle y prend part. »
« Si les policiers n’étaient pas bêtes, ils ne seraient pas des policiers. »
« Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n’ont pas cédé. »
« Toujours le chef est seul en face du mauvais destin. »
« Tout français désire bénéficier d’un ou plusieurs privilèges. C’est sa façon d’affirmer sa passion pour l’égalité. »

Gratuit : recevez les Newsletters

Chef de Rubrique Dossiers

Chef de Rubrique Dossiers

1 réaction

  1. Jean-louis Michelet

    16 juin 2017 à 10 h 09 min

    Sous de Gaulle , seul le Général avait de l’humour….

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x