Publicité
Publicité

Portrait du startuper français en 2017

Qui entreprend dans les nouvelles technologies et le domaine du numérique en France aujourd’hui ? Qui sont ces startupers qui font de l’innovation le fil rouge de leur aventure entrepreneuriale ? Comment développent-ils leur projet et quelles sont leurs ambitions ? Et leur revenu ? Le site FrenchWeb, spécialisé dans l’univers de la Tech’, s’est penché sur ces questions et a interrogé plus de 500 créateurs de startups pour en dresser le portrait.

Créer une startup, le nouveau défi
des trentenaires diplômés

Le site FrenchWeb a interrogé les startupers des nouvelles technologies de son réseau, tous ont actuellement entre 30 et 40 ans (moyenne d’âge : 39.8 ans) alors même qu’ils ont monté leur entreprise lorsqu’ils avaient la vingtaine. Aujourd’hui, ils sont 34 % à recommander aux autres entrepreneurs de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale entre 25 et 30 ans, 24 % préconisent ce cap après avoir acquis une certaine expérience de la gestion de projet, du stress et de la prise de responsabilités.
Par ailleurs, 75 % d’entre eux ont un diplôme de niveau Bac+5 au minimum et la majorité est issue d’une école de management (41 % des profils interrogés). Seuls 12 % des startupers sont diplômés d’une école d’ingénieur, 10 % d’un cursus universitaire technique et seulement 9 % d’une école informatique. L’entrepreneuriat est une affaire de business et de gestion, même dans le monde de la Tech’.
Lecture associée  La nouvelle vague des startups françaises

PUBLICITE

8 sur 10 se sont formés seuls
aux outils du digital

Si les 500 startupers interrogés ont tous créé une entreprise du Web ou des nouvelles technologies de manière générale, seulement 20 % disposent d’un diplôme spécialisé dans ces domaines. 8 sur 10 déclarent s’être formés de manière autodidacte aux outils et disciplines du digital. « À l’époque, lorsque nous étions étudiants, il n’y avait pas de formation sur le sujet », réagit l’un des sondés. Le monde du Web se façonne encore sur le tard ; les trentenaires d’aujourd’hui ont donné le ton sur le secteur, et ont mis en place des codes et en pionniers du digital commencent à former les nouvelles générations.
lecture associée  MOOC MAIL, ou comment manager et gouverner vos mails

L’autonomie et le défi
comme motivation à entreprendre

Pourquoi privilégier la création risquée d’une entreprise, par ailleurs dans le secteur très incertain de l’innovation et des technologies, alors même que l’on peut évoluer au sein d’un grand groupe et s’assurer d’un revenu stable et élevé ? 6 sur 10 évoquent le goût de l’autonomie, de l’indépendance, mais aussi l’envie « d’aventure » et de nouveaux horizons professionnels. 42 % ont créé leur entreprise pour trouver un sens à leur parcours de vie, pour rester motivés et pour choisir les personnes avec lesquelles ils travaillent au quotidien. Pour 60 % des personnes interrogées, la volonté d’augmenter leurs revenus est une motivation secondaire à la création d’entreprise.

PUBLICITE

Un revenu annuel moyen
de 35 500 euros la première année

Le revenu moyen de l’entrepreneur en nouvelles technologies démarre autour de 35 500 euros annuels. Ce montant ne représente pas la somme atteinte la première année de création de l’entreprise, mais celle prélevée dès lors que le fonds de roulement est suffisant pour envisager de se payer. Une fois l’entreprise arrivée à maturité, les dirigeants revoient leur rémunération à la hausse pour atteindre en moyenne 89 500 euros annuels. Seuls 45 % des répondants ont accepté de communiquer leur niveau de revenus actuels alors que cela fait 7 ans en moyenne qu’ils ont créé leur entreprise.
lecture associée  Entreprendre : avez-vous les compétences-clés du startuper qui réussit ?

L’entrepreneuriat, une affaire d’équipe !

Enfin, 68 % des entrepreneurs se sont lancés à deux ou plus dans l’aventure, dont un tiers avec des amis, un tiers avec des relations professionnelles et 24 % avec d’anciens collègues de travail. Seuls 15 % des dirigeants des nouvelles technologies se sont associés avec un ou plusieurs membres de leur famille et 11 % avec des amis rencontrés sur les bancs de l’école.
L’entrepreneuriat est une affaire d’équipe, dont les membres sont choisis en priorité pour leurs compétences professionnelles et ensuite seulement pour l’aspect émotionnel.

Gratuit : recevez les Newsletters

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x