Publicité
Publicité

Echec entrepreneurial : une association vous aide à rebondir

Mal vu en France, l’échec entrepreneurial plombe des milliers de personnes qui se retrouvent sans indemnités et peinent souvent à retrouver une activité. Fort de ce constat, un ancien chef d’entreprise, Dimitri Pivot a créé, il y a six ans, Second Souffle, pour aider les dirigeants à rebondir. Cadre et Dirigeant Magazine était présent à l’une des nombreuses réunions organisées par l’association pour apprendre à se connaître et se soutenir.

Fabienne : « On est incapable
de savoir ce qu’on vaut »

« Après une liquidation, on est vide ». Fabienne, petit bout de femme de 50 ans, sait bien de quoi elle parle. A l’été 2014, elle est contrainte de déposer le bilan. Un collaborateur important en arrêt de travail pendant trois mois, deux clients qui annulent leur commande : un concours de circonstances qui la contraint à mettre la clé sous la porte après huit ans d’activité dans la décoration événementielle. « C’est extrêmement déstabilisant. Après une telle expérience, on est incapable de savoir ce qu’on vaut et on a énormément de remises en question », témoigne l’ex chef-d’entreprise, en quête de confiance.

PUBLICITE

« Les Jeudis du Second Souffle »
un moment de partage convivial

Il y a peu, elle a toqué à la porte de l’association Second Souffle pour y trouver une écoute mais aussi « de la bienveillance ». Dimitri Pivot, président-fondateur de l’association, l’a accueillie et lui a proposé de participer aux « Jeudis du Second Souffle ». Ce soir-là, début juin, ils sont huit autour de la table, pour raconter leur histoire, échanger des informations et aussi leur carte. Dominique, 51 ans, raconte avec pudeur sa descente aux enfers : « Après 20 ans d’activité commerciale, j’ai créé une belle SARL en 2006. Deux industriels italiens me faisaient confiance, j’avais de bons produits, mais je me suis trompé sur les personnes qui m’entouraient. La société n’a pas démarré et là, ça a été la grosse dégringolade. Je suis resté six mois sans sortir de la maison ». Avec l’aide d’une psychologue, Dominique a remonté la pente, petit à petit. « J’ai plein de projets, assure-t-il. Mais surtout, j’ai envie que mon commerce ait du sens ». A Second Souffle, il a trouvé une oreille attentive qu’il n’avait pas ailleurs. « C’est très difficile de parler d’une activité entrepreneuriale dans le milieu familial. Si je suis là, avec vous, c’est que j’y trouve  mon compte ».

PUBLICITE

Dimitri Pivot : « Après un échec,
rien n’est prévu pour accompagner
l’entrepreneur »

Lorsque Dimitri Pivot fonde cette association en 2010, lui aussi sort d’une expérience douloureuse. Il a dû revendre son entreprise créée en 1999 après un lancement raté dans la franchise. « Un mec qui s’est ramassé, ça fait un peu tâche sur le CV. Du coup, c’est difficile de retrouver un job ».
Finalement, Dimitri retrouve un poste de responsable des achats dans une grande entreprise après « seulement » neuf mois d’inactivité. Cela ne l’empêche pas d’aller au bout de son projet. Avec Second Souffle, il entend « démarginaliser l’échec entrepreneurial et réhabiliter l’entrepreneur qui a échoué auprès des recruteurs et des organismes financiers. A ce jour, il existe de nombreuses initiatives en faveur de la création, du développement et de la transmission d’entreprises. En revanche, après un échec entrepreneurial rien n’est prévu pour accompagner l’entrepreneur dans sa démarche de réinsertion professionnelle. »

Dimitri Pivot crédit dirigeant.fr

Dimitri Pivot crédit dirigeant.fr

Des ateliers thématiques pour les aider

Son organisation a aujourd’hui 650 membres dans toute la France, essentiellement des personnes de plus de 40 ans et il peut compter sur l’appui d’une cinquantaine de partenaires dont l’Apec. « Ce qu’on aimerait aujourd’hui, c’est proposer des offres d’emploi ». En attendant, l’association organise trois ateliers thématiques : Reprendre confiance en soi, Optimiser son CV et Développer son réseau. Autour de la table, tous ont participé à au moins un atelier. Beaucoup postulent pour trouver un emploi salarié, plus sécurisant. L’envie d’entreprendre ne les a cependant pas quittés. « Chef d’entreprise, on a ça dans le sang », confie Alexis, un autre membre du groupe, actuellement salarié et… de nouveau dirigeant. Comme dirait Dimitri, « qui mieux qu’un entrepreneur peut ré-entreprendre ? »

SECOND SOUFFLE : http://secondsouffle.org/   
5 antennes : Paris, Lille, Rennes, Lyon, Reims
[email protected]  Président : Dimitri Pivot : 06 22 63 43 59

Gratuit : recevez les Newsletters

Sylvie Marchal, Paris

Sylvie Marchal, Paris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x