Publicité
Publicité

Vous vous mettez à votre compte : 5 erreurs à éviter au démarrage

Vous avez décidé d’exploiter vos compétences professionnelles et de vous mettre à votre compte. Vous faites bien. De plus en plus de Français (+85 % entre 2000 et 2013) optent pour le travail indépendant. Par choix ou par nécessité, tous peuvent se targuer de rester maîtres de leur carrière. Consultant, coach, interprète, développeur informatique ... Quelles sont les erreurs les plus fréquentes - et potentiellement fatales - que vous devez systématiquement éviter au démarrage de votre activité ?

Sous-estimer votre besoin de trésorerie 

Gagner des clients, fidéliser, se faire des références… Voilà votre premier travail. La démarche n’est pas aisée quand bien même vous évoluez dans un secteur dont vous maîtrisez les codes. En tant qu’indépendant vous devrez vous vendre et vous ne pouvez plus utiliser l’image de marque de votre ancien employeur. Pour se positionner rapidement, certains se forment à des techniques et savoir-faire spécifiques, pour se spécialiser dès le démarrage de leur activité sur un créneau de niche et se différencier des concurrents. D’autres utilisent leur réseau professionnel pour gagner rapidement leurs premiers contacts… Dans tous les cas, prévoyez de nombreuses démarches, des soirées réseau, des demandes de références auprès de votre ancien employeur ou de vos premiers clients… Ne négligez pas vos besoins en trésorerie au démarrage durant cette période ! Les accompagnants à la création d’entreprise estiment qu’il faut environ 18 mois à un nouvel entrepreneur pour disposer de visibilité financière. Vous devrez donc anticiper votre budget personnel et savoir comment faire face à des entrées d’argent aléatoires.

PUBLICITE

Négliger l’importance
et la puissance d’internet

De nombreux recensements et études l’affirment, environ 49 % des TPE françaises ne disposent pas d’un site Internet vitrine pour communiquer sur leur activité. Par ailleurs, la majorité des petites entreprises ne prévoient aucun budget de communication sur le Web. Pourtant, ne pas vous trouver dans les moteurs de recherche est plutôt mal perçu alors même que votre challenge est de prouver votre professionnalisme. Sans parler du fait qu’Internet peut se révéler puissant canal de communication pour peu que vous investissiez un peu de temps et d’argent. Créer et animer un blog sur votre secteur d’activité peut vous conférer un statut d’expert et passionné de votre métier. Et si vous l’optimisez par un bon référencement sur Google, vous allez gagner des clients supplémentaires, habitués à faire leur recherche de prestataires sur internet. Vous inscrire sur des plateformes et annuaires de qualité, faire des échanges de liens entre partenaires vous apporte également des références dans votre milieu et suscite la confiance.
Lecture associée  Entrepreneur : quelle stratégie adopter sur les réseaux sociaux

Vous tromper de régime social et fiscal

Faire simple ou alléger sa comptabilité est un avantage inhérent à l’auto-entreprise, statut plébiscité par les freelances, mais si son régime social et fiscal ne correspond pas à votre modèle économique, vous perdrez beaucoup d’argent (impôts, charges sociales). Vous devez plutôt choisir un régime dont les modalités de calcul d’impôts et charges optimisent votre fiscalité. Avant de vous précipiter sur telle ou telle solution, prenez le temps d’évaluer les différents statuts juridiques qui s’offrent à vous, et le cas échéant, faites des simulations auprès d’un expert-comptable.  Notez que l’auto-entrepreneur a connu une cote de popularité lors de sa création en 2009. Simplifications administratives, allègement des obligations sociales et fiscales ; autant d’arguments qui ont convaincu de nombreux freelances à sauter le pas. Pourtant, passé l’effet d’annonce, les créations d’entreprises sous le régime de l’auto-entreprise ont chuté (-21 % entre 2011 et 2015), au profit d’autres modèles, comme l’entreprise individuelle au régime du réel (+28 % entre à 2011 et 2015) ou la société (+4 % sur la même période). – Données INSEE.
Lecture associée  Micro-entreprise : avantages et obligations de l’auto-entrepreneur

PUBLICITE

Oublier de souscrire une assurance
responsabilité civile Professionnelle
(RC Pro)

Pris dans le feu de l’action, les nouveaux entrepreneurs en oublient parfois l’essentiel, à savoir se protéger des risques liés à leur activité, mais aussi des dommages qu’ils pourraient eux-mêmes causer. Dans ce contexte, l’assurance responsabilité civile professionnelle – Assurance RC Pro – est intéressante, car elle couvre l’engagement contractuel entre vous et votre client, mais aussi les dommages et intérêts envers des tiers potentiellement lésés au cours de l’exercice de votre activité : un mauvais conseil donné à l’un de vos clients qui porte plainte ensuite, une prestation exceptionnellement mal réalisée, une erreur commise, un retard de livraison, un accident causé sur un tiers lors de vos déplacements professionnels… Parce qu’un pépin est vite arrivé, parce que des clients mécontents peuvent mettre en péril vos finances en un claquement de doigts, ne négligez pas l’importance de souscrire une assurance civile professionnelle.
lecture associée  Se mettre à son compte : régles d’or pour réussir

Confondre vie personnelle
et vie professionnelle

Être à votre compte, c’est être maître de votre planning et de votre lieu de travail, mais si vous vivez en décalé, sans rythme précis, vous risquez le burn-out. Idem si vous passez vos journées seul à travailler chez vous. L’objectif est de réussir à séparer votre vie personnelle de votre vie professionnelle, prévoir des horaires pour lâcher prise, sans regarder votre boîte mail, mais aussi rester en contact avec un réseau, ne serait-ce que pour le lien social fondamental. De nombreuses solutions s’offrent aux indépendants qui souhaitent rencontrer leurs pairs ou disposer d’un lieu de travail séparé de leur cocon familial : espaces de coworking, café-travail… Le site Cohome propose même la mise en relation entre indépendants qui souhaitent organiser des sessions de coworking chez eux.

Gratuit : recevez les Newsletters

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x