La femme parle mieux anglais que l'homme
Publicité
Publicité

La femme parle mieux anglais que l’homme

young woman holding tablet pc. english learning concept

Une étude de la société EF Englishtown réalisée dans 54 pays indique que la femme parle mieux que l'homme à l’échelle mondiale. Explications.

Selon une étude réalisée par la société EF Englishtown, spécialisée dans l’apprentissage en ligne de l’anglais, sur l’indice de compétence en anglais dans 54 pays (English Proficiency Index ou EPI), la femme parle mieux que l’homme d’une manière globale à l’échelle mondiale.

L’Italienne plus forte que la Hongroise

Les femmes obtiennent, selon cette étude, un indice EPI de 53,90 points contre 52,14 points pour les hommes. Pour EF Englishtown, qui est une filiale du groupe Education First (EF), « ce constat est logique si l’on prend en compte l’accès croissant des femmes à l’éducation tertiaire et la tendance, dans de nombreux pays, à une surreprésentation féminine dans les filières littéraires ».

L’étude note toutefois que certains pays font exception à cette règle. Ainsi, la Hongrie est le seul pays du monde où le niveau d’anglais des hommes dépasse largement celui des femmes, avec 3 points d’écart. En revanche, le niveau d’anglais des femmes italiennes surpasse celui de leurs compatriotes masculins de 3,6 points. Enfin, selon l’étude, une région affiche un écart de genre très marqué. Il s’agit du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, où les femmes obtiennent un score supérieur de 5 points à celui de leurs homologues masculins.

La France au 23ème rang mondial

Dans le classement mondial, la France se situe au 23ème rang pour la pratique de l’anglais sur les 54 pays sondés, loin derrière les pays d’Europe du Nord comme la Suède (en première position), qui est suivie du Danemark, des Pays Bas, de la Finlande et de la Norvège. D’autres pays européens se classent largement devant la France. C’est le cas de la Belgique (6ème), de l’Allemagne (9ème) ou encore de l’Espagne 18ème.

Pour expliquer ce niveau très moyen des Français en anglais, EF Englishtown met en exergue « le fait que la formation et les techniques d’enseignement frôlent l’obsolescence privilégiant la grammaire et la mémorisation au détriment de l’aisance d’expression ». Autre point important selon EF: la France manque de professeurs dont la langue maternelle est l’anglais et le système tourne en circuit fermé.

Pour recevoir gratuitement un digest des articles chaque semaine je m’inscris à la Newsletter Cadre et Dirigeant Magazine

Sophie Lhameen

Sophie Lhameen

Signaler ce contenu comme inapproprié

3 réactions

  1. bvellieu

    15 juillet 2013 à 16 h 43 min

    Quelques points complémentaires pour expliquer les performances souvent médiocres des Français dans les langues étrangères :
    - En France, un « bon » élève est un élève qui ne commet pas d’erreur, et qui donc ne parle pas en cours, ne pose jamais de question, même s’il n’a pas compris. Un élève qui pose des questions est vu comme un « fayot » par les autres élèves, et souvent comme un impertinent par les enseignants.
    - Pendant longtemps, la France a été perçue par les autres pays comme le modèle de la civilisation, la cible à viser pour toute personne instruite ; cette prééminence a disparu depuis 1914 et surtout depuis 1945, mais pour beaucoup de nos concitoyens cette vision existe encore dans les esprits. En tout état de cause, cette mentalité ne favorise guère l’apprentissage d’une langue étrangère, perçue comme « rivale ».

  2. CO&CO

    27 juin 2013 à 20 h 33 min

    J’en suis convaincu car les femmes aiment beaucoup parler :)

  3. Raymond34

    19 juin 2013 à 20 h 09 min

    C’est bien connu les femmes ont la langue bien pendue.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>