DRH heureux ou DRH dépressif ?
Publicité
Publicité

DRH heureux ou DRH dépressif ?

A gauche le DRH heureux, Jean-Luc Vergne; à droite le DRH dépressif, Jacky Lhoumeau.
Montage photo avec twitter et LaProvence.com

A gauche le DRH heureux, Jean-Luc Vergne; à droite le DRH dépressif, Jacky Lhoumeau. Montage photo avec twitter et LaProvence.com

Jean-Luc Vergne est un DRH heureux, tandis que Jacky Lhoumeau est un DRH dépressif. Ils expliquent pourquoi dans deux nouveaux livres.

Deux livres viennent d’être publiés mettant en valeur les deux facettes du même métier de DRH : celui de Jean-Luc Vergne, ancien DRH de Sanofi, d’Elf Aquitaine, de PSA Peugeot Citroën et de BPCE, qui retrace son parcours dans « Itinéraire d’un DRH gâté » (à paraître le 26 septembre) et celui de Jacky Lhoumeau, ex-DRH d’une multinationale, qui a craqué il y a deux ans et demi et n’a jamais pu reprendre le travail depuis, intitulé “D comme DRH et… Dépressif“ et paru début septembre.

DRH heureux comme Jean-Luc Vergne

Livre itinéraire d'un DRH gâtéFraîchement retraité, Jean-Luc Vergne, raconte de façon très vivante son itinéraire chez Sanofi, PSA ou encore Elf Aquitaine dans «Itinéraire d’un DRH gâté» (Eyrolles), qui sera publié le 26 septembre. Ce fils d’ouvrier qui se dit «atypique» évoque «un métier de passion», mais reconnaît que le job est «souvent décrié», considéré par certains «comme une chambre d’enregistrement (…) des décisions prises en haut lieu», rapporte l’AFP.

Il se souvient des moments difficiles, comme lorsqu’il a dû faire des annonces de «fermetures d’usines seul, debout sur un bidon face à 300 salariés»… Mais aussi de moments hauts en couleur comme lorsqu’un syndicaliste fraîchement élu définit son programme: «Ben, on continue les contentieux contre les employeurs!». Pour lui, le métier «ne peut se concevoir sans amour et confiance en l’humain», et il ne peut y avoir de «performance économique sans performance sociale» et inversement.

Itinéraire d’un DRH gâté, Jean-Luc Vergne, Editions Eyrolles, http://www.decitre.fr/auteur/1989843/Jean+Luc+Vergne/

DRH dépressif comme Jacky Lhoumeau

d-comme-drh-et-depressif-jacky-lhoumeau-9782917617717De son côté, Jacky Lhoumeau retrace dans son livre, « D comme DRH et… Dépressif », l’histoire de son « burn-out » ou syndrome d’épuisement professionnel en 2010 alors qu’il était cadre dirigeant en RH (Ressources Humaines) dans le secteur de l’industrie pharmaceutique au sein d’une multinationale française de renommée mondiale.


Jacky Lhoumeau, ex-DRH d’une multinationale… par enquete-debat

Evoquant les difficultés qui l’ont conduit au burn-out, il explique : «En 2010, on m’a demandé de tailler dans les rangs» pour faire partir plus de 200 personnes, une situation qui «a fait ressortir un profond mal-être». Aujourd’hui en arrêt maladie, il évoque «la solitude» du DRH «sans cesse coincé ou en équilibre entre direction, managers, salariés, syndicats»…. Et lorsqu’on lui demande la principale qualité d’un DRH, il répond du tac au tac: «penser qu’on ne le fera pas toute sa vie!».

D comme DRH et… Dépressif, Jacky Loumeau, Editions Tatamis, http://www.tatamis.fr/sites/journalisme/article/article.php/id/111541.

Et vous, êtes-vous plutôt un(e) DRH heureux (se) ou un(e) DRH plutôt dépressif (ve) ? N’hésitez pas à nous faire part de vos témoignages !

Pour recevoir gratuitement un digest des articles chaque semaine je m’inscris à la Newsletter Cadre et Dirigeant Magazine

Sophie Lhameen

Sophie Lhameen

Signaler ce contenu comme inapproprié

6 réactions

  1. Jean-Luc Saugé

    28 octobre 2013 à 13 h 31 min

    C’est un témoignage très poignant que celui de Jacky Lhoumeau. Vécu avec beaucoup d’émotion et avec un regard sincère et brutal sur la place de l’humain dans l’entreprise. Juxtaposé au livre de Jean-Luc Vergne on se demande si nous vivons bien sur la même planète. Signe que le niveau de conscience dans les organisations, pour intégrer la qualité de vie au travail, n’a pas progressé de façon homogène.

  2. Laurence Lejeune

    7 octobre 2013 à 12 h 28 min

    DRH dans ma 1ère vie, j’ai également vécu des périodes où mes valeurs et motivations étaient mises à mal. Aujourd’hui coach, j’ai le plaisir d’accompagner des équipes RH … alors oui, les DRH ont envie d’être heureux ou en phase avec leur job !

  3. Geneviève Hauswirth

    4 octobre 2013 à 18 h 23 min

    L’économie et les finances dirigent les entreprises et le DRH doit créer sa place parmi ces managers souvent, soyons sincères, pas très humains (j’ai bien précisé souvent !) Or, le « DR humain » doit savoir se protéger et prendre beaucoup de recul sur les événements sinon, trop d’émotions mal gérées conduiront au burn-out ou tout au moins à un mal être. Mais cela est vrai pour bien d’autres fonctions. Oui, Marc, j’aime beaucoup « les furieux du chiffre », ce qui me fait penser à Jean de la Fontaine et plusieurs fables pourraient se rapporter à vos remarques pleines d’humour mais néanmoins très justes. Excellente journée à tous.

  4. Corinne Le Drou

    30 septembre 2013 à 15 h 34 min

    J’ai regardé votre vidéo avec beaucoup d’émotions et je n’ai qu’un mot à dire : Bravo ! Pour votre sincérité, votre courage.

  5. RH Systems

    28 septembre 2013 à 19 h 09 min

    Je ne peux que vous recommander la prochaine conférence sur Ethique et Pouvoir qui aura lieu le 18 octobre 2013 à 18h à la CCI 32 quai Perrache à Lyon, au cours de laquelle je présenterai le rendu de l’étude que j’ai faite auprès d’un grand nombre de DRH/RRH sur le sujet. La question est : Le drh est-il le garant de l’éthique dans l’entreprise ? Si oui, pour ce faire, a-t-il besoin de plus de pouvoir ? (pouvoir de et pas forcément pouvoir sur).

  6. Calvo

    26 septembre 2013 à 13 h 36 min

    Bien sûr, il n’y a pas de DRH 100% heureux ou dépressifs, c’est une vue de l’esprit sinon binaire. Mais on peut, en revanche, dire que la plupart des DRH vit leurs activités professionnelles dans l’entre-deux ou dans une double (triple) injonction, comme on voudra : répondre aux attentes de la direction, des managers, et des salariés d ‘une part; concilier les exigences du présent et celles du futur d’autre part. Être DRH ? C’est nul doute un métier difficile, mais passionnant pour celles et ceux qui n’aiment pas la routine, et gratifiant pour celles et ceux qui affectionnent les défis. permanents.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>