Publicité
Publicité

Leadership : les qualités que vous devez avoir

Vous n'êtes pas un leader juste parce que vous encadrez des collaborateurs, et vous ne le devenez pas tout d’un coup parce que vous avez évolué dans la hiérarchie de votre entreprise. Le leadership n'a rien à voir avec le titre, l'autorité ou l'ancienneté. Passage en revue des caractéristiques du leader. Leadership : les qualités que vous devez avoir.

Derrière cet article, il y a le travail d’une équipe, un article similaire s’achète entre 3 et 10 euros,  mais vous pouvez payer ce que vous voulez, et dans tous les cas poursuivre votre lecture autant que vous le souhaitez.

Cet article fait partie des plus lus

Le vrai leader influence les autres pour les rendre meilleurs, il jouit d’une influence socioprofessionnelle et non d’un pouvoir de position. Il inspire, fait rêver, apprend, booste. On ne vous suivra pas si vous êtes esclave du statu quo sans une vison de l’avenir. Le leadership n’a rien à voir avec le titre, l’autorité ou l’ancienneté.  Etes-vous un leader ou un suiveur ? A vous de répondre.

En vouloir toujours plus

Le suiveur fait son travail, et c’est tout, peu importe à quel point il en est, il fait juste ce qu’il doit  et ne s’aventure jamais au-delà de sin temps, de sa sphère de responsabilité. Le leader considère son poste comme le strict minimum à parti duquel il va bâtir son développement, et comme une valeur ajoutée qu’il apporte à la moindre opportunité.

Etre confiant et partager

Le suiveur craint les talents et réalisations des autres quand le leader les considère comme des ressources, il veut améliorer les choses, s’appuie sur l’aide des autres, se comporte en équipier et accepte volontiers  les professionnels compétents dans les domaines qu’il ne maîtrise pas.
Lecture associée   L’excès de confiance, atout ou handicap pour réussir ?

Un grand optimiste

Là où le suiveur voit très vite les limites d’une situation, le leader voit les possibilités. Quand les choses vont mal, il ne se laisse pas envahir par ces mauvaises circonstances, il concentre son énergie sur les solutions possibles pour améliorer les choses.

L’ouverture au changement

Le suiveur se rassure dans le statu quo et est angoissé par tout projet de changement qui est pris par le leader comme une opportunité de progresser, parce que sa nature profonde est de vouloir une amélioration constante, et après un changement d’en revendiquer un autre.
Lecture associée  Pourquoi vos collaborateurs résistent tant au changement

Le risque de décider

Le suiveur hésite à prendre des initiatives de peur de faire de mauvais choix. Le leader court des risques en prenant une décision dont il n’est pas complètement sûr de la pertinence. Il préfère agir et se tromper que se morfondre dans la paralysie de l’indécision.

Le sens des responsabilités

Lorsqu’il fait une erreur, le suiveur blâme les circonstances et les autres, il se victimise et n’assume pas ses choix. Le leader accepte la responsabilité de ses actes, même si les conséquences sont des plus mauvaises, il admet ses erreurs car il sait que c’est la première étape vers un redressement de la situation.

Le sang froid et la combativité

Le suiveur est souvent dépassé et déstabilisé par les difficultés et les revers. Lorsque le moindre détail bloque son projet, il estime souvent que l’ensemble du projet est voué à l’échec. Le leader fait face aux obstacles qui sont pour lui autant de défis, son meilleur plan est d’affronter les difficultés inattendues tout en maintenant le cap de son action.
lecture associée  Techniques fiables pour prendre la bonne décision

L’humilité et le respect

Le suiveur rêve de gloire quand le leader fait preuve d’humilité. Il ne montre pas sa supériorité ou sa meilleur compétence et n’hésite pas à faire le sale boulot en cas de besoin, il ne demande à personne de faire ce qu’il ne serait pas prêt à faire lui-même.

L’implication totale

Le suiveur est englué dans la routine quotidienne, accomplit sa  tâche et rentre chez lui reprendre sa vie réelle. Le leader aime ce qu’il fait et voit son travail comme une partie très importante de sa vie, le travail est non seulement ce qu’il fait mais très souvent ce qu’il est.

La motivation endogène

Le suiveur a besoin d’être motivé par des facteurs externes comme la perspective d’un titre,  une probable augmentation ou un nouveau statut. Le leader n’en a pas besoin, il ne travaille pas pour un statut ou un gain d’argent ou de pouvoir, il est tout simplement motivé par la volonté d’exceller dans ce qu’il fait. Le vrai leader continue son action même quand il n’y a pas de récompenses en perspective.
Lecture associée  Entrepreneur : 1er fournisseur de motivation pour vos équipes

L’indifférente par rapport au titre

Le suiveur donne beaucoup d’importance à son titre qui l’habille, et à celui des autres auquel il attribue a priori une suprématie de compétences et de motivation. Le leader prend en compte la contribution apportée par chacun indépendamment de ce qui est marqué sur sa carte de visite.

Le travail en équipe

Le suiveur se concentre sur ce qu’il peut réaliser individuellement. Le leader lui est un coéquipier pour qui la réussite est un exploit collectif, auquel chaque membre a contribué en apportant sa compétence ou son talent qu’il lui reconnaît et respecte.
Lecture associée  Comment vous préparer à travailler avec une équipe de plus en plus virtuelle

La soif d’apprendre

Le leader tout en étant confiant ne se considère pas pour autant comme un sur-homme infaillible. Il admet sans crainte ignorer quelque chose, et est prêt à apprendre de celui qui a l’information ou la compétence que ce soit un subordonné, un pair ou un supérieur. Le suiveur est souvent trop occupé à vouloir prouver sa  compétence pour pouvoir apprendre quelque chose des autres.
Leadership et suivisme correspondent chacun à un état d’esprit, une façon de  regarder le monde. Le leadership ne découle pas d’un titre,  personne ne peut vous le donner, il s’incarne et se vit. Il y a même des leaders qui n’en n’ont pas le titre.
Derrière cet article, il y a le travail d’une équipe, un article similaire s’achète entre 3 et 10 euros,  mais vous pouvez payer ce que vous voulez, et dans tous les cas poursuivre votre lecture autant que vous le souhaitez.

Cet article fait partie des plus lus

Gratuit : recevez les Newsletters

Florian de Peyrebrune, Paris

Florian de Peyrebrune, Paris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x