Publicité
Publicité

La pleine conscience, clé de l’accompagnement humain du changement

A l'ère du digital, l'impermanence est la seule constante. Le monde change constamment générant une obsolescence rapide des connaissances. D’ici 2030, plus de 50% des métiers que nous connaissons sont amenés à disparaître. The Boson Project a mis en évidence le besoin des entreprises de remplacer des profils d’expert par des potentiels, des «mutants » capables d'apprendre, désapprendre et réapprendre. Décryptage par une experte créatrice du « Mindfulness Based Energy Management ».

Recevez les titres du mag
Gratuitement
dans votre boite mail.


De l’entreprise pyramidale
à l’entreprise en réseau

Au delà de l’insécurité, ou de la flexibilité, les organisations doivent gérer le passage de l’entreprise pyramidale à l’entreprise en réseau, un système basé à présent sur la confiance et non sur le contrôle, la montée en puissance du collaboratif et d’une multitude de leaders posant la problématique du collectif. Le grand défi des entreprises est surtout d’engager tout le monde dans ce changement de paradigme. Que ce soient des talents, qui ont un haut niveau d’expertise et qui ne réalisent pas que cette expertise a une durée de vie ou même Madame Dupond, pas vraiment consciente de la révolution en marche, qui est réticente à la moindre évolution numérique, enlisée dans leur zone de confort .

PUBLICITE

La gestion de l’énergie
plutôt que celle du temps

Comment ne laisser personne de côté ? Le monde s’accélère mais la gestion du temps est-elle toujours d’actualité ? Nous préférons parler de gestion de l’énergie, avec un outil comme MBEM Mindfulness Based Energy Management, soit une version « corporate » de la pleine conscience.
La pleine conscience développe la conscience de soi et de l’autre. Mais savez-vous plus précisément ce qui se passe lorsque vous méditez ? Vous observez vos pensées et vous les acceptez sans vous y attacher. Vous passez d’un mode automatique à un mode adaptatif. Les neurosciences ont mis en évidence cette bascule du cerveau dans le cortex préfrontal, siège de la sérénité, de la prise de recul et de la créativité, lors de la pratique de la pleine conscience.

Développer la capacité
au lâcher-prise et la joie d’exister

Imaginez être libéré des émotions et pensées dysfonctionnelles qui polluent votre prise de décision, de ces mécanismes de rapport au groupe qui sont profondément ancrés en vous mais auxquels vous faites rarement attention, de ces réactions de survie qui ne sont pas adaptées à notre environnement de bureau. Prenons l’exemple de La colère qui vise à préparer le corps à l’attaque, vous avez rarement besoin de donner un crochet du droit à votre N+1 ? Pourtant l’action est enclenchée dans votre corps : vos poings se serrent, vos muscles se tendent, etc. Cela génère des ruminations et des tensions, qui peuvent même s’installer avec la répétition. Imaginez créer un espace qui vous permette de ne pas réagir de manière systématique, de ne pas forcément laisser l’émotion ou la pensée s’emparer de vous, mais d’avoir le choix de réagir ou non. La pratique quotidienne de la pleine conscience permet, au delà de la pratique formelle, d’impacter le quotidien, notre manière de percevoir le plus banal des événements – faire la vaisselle, manger, marcher…-  à un événement majeur comme surmonter une épreuve personnelle ou professionnelle. Cela développe la capacité au lâcher-prise, la présence dans l’ici et maintenant, la capacité de concentration, la joie d’exister tout simplement.

PUBLICITE

Mindfulness Based Energy Management
pour accompagner l’humain
dans le changement

A présent imaginez l’effet de cette pratique dans le monde professionnel. Au delà du développement du bien-être, de la performance au travail et de l’optimisation du leadership, imaginez le pouvoir de cet outil en ce qui concerne l’accompagnement du changement. La notion de lâcher-prise fait partie intégrante du processus de pleine conscience, notamment quand on choisit de ne pas s’attacher à ses pensées. Avant cela, il y a un travail d’acceptation de ce qui se présente. Lorsque le changement frappe à notre porte, comprendre que le combattre ne fait que consumer notre temps et notre énergie nous permet de préserver nos ressources au lieu de les dilapider. Alors quoi de mieux qu’un outil qui permette d’accepter et de lâcher-prise pour accompagner l’humain dans le changement ?

Les dirigeants doivent
mettre la main à la pâte

La pleine conscience à l’avantage de pouvoir s’étendre à faible coût à l’ensemble de l’entreprise: des talents à Marie et Robert. Cette approche entièrement adaptée à la culture et aux problématiques business est particulièrement bien accueillie, même dans les entreprises les plus cartésiennes et a priori réticentes. L’adhésion et donc l’engagement dans les programmes sont générés par l’immense palette de bénéfices professionnels comme personnels engendrés par cette pratique : mieux-être, développement de l’adaptabilité, du leadership, de la créativité, etc.
Dans un contexte « corporate », l’exemplarité reste la clé du succès. Tout comme ces psychiatres qui n’obtenaient aucun résultat avec la MBCT jusqu’au moment où ils ont réalisé qu’il était essentiel qu’ils pratiquent eux-mêmes pour obtenir des résultats, les dirigeants doivent mettre la main à la pâte. Pour porter et diffuser le changement : ils doivent montrer l’exemple.

Gratuit : recevez le Digest Hebdo tous les Samedis

1 réaction

  1. Daniel C. Renson

    9 décembre 2016 à 15 h 39 min

    Pourquoi à l’heure du digital? Alors que le changement a TOUJOURS été la constante … Interviewez de vrais spécialistes du changement.
    Merci.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x