Publicité
Soutenez le magazine :
Publicité version papier

Le DRH est-il biodégradable ?

Comment se préparer à exercer le métier de DRH tant il change vite ? Que sera l’entreprise dans l’avenir à la vitesse d’internet ? Qui peut décrire la feuille de route du DRH des mois qui arrivent ? Quelle formation, quelles expérience doit-t-il avoir pour réussir ? Le DRH 2015 est-il biodégradable ?

Recevez les titres du mag
Gratuitement
dans votre boite mail.


Comment êtes-vous devenu DRH ?

Posez cette question à des DRH américains, ou encore demandez-leur  » Qu’est-ce qui inspire votre politique des ressources humaines ? » La réponse le plus souvent surprend. «  Le client » Le DRH d’IBM auparavant directeur marketing wordwilde expliqie « Qui mieux que le directeur marketing d’une entreprise connait les besoins de ses clients, donc les produits à fabriquer et pour ce faire les hommes qu’il faut recruter, former, fidéliser… ? Qu’est-ce qui inspire ma politique de ressources humaines ? La réponse était logique « le client ». Les DRH français sont le plus souvent étonnés, voire intrigués. Pourtant le management des ressources humaines à l’ancienne est mort, mais la fonction DRH n’a pas fait sa révolution partout dans notre pays. Le « client » a un rival redoutable avec les partenaires sociaux ou encore les actionnaires quand ils n’acceptent pas encore le DRH au comité de Direction.
Pour approfondir le sujet  DRH : une vocation stratégique

PUBLICITE

Un homme orchestre
animant des techniciens RH ?

Le poste est tellement multiforme, épouse beaucoup de situations, de défis et de problématiques, se situer dans tellement de contextes et de configurations. Aucun DRH ne fait le même travail. Ce qui est certain, c’est que tout le monde compte sur lui : les managers sollicitent ses conseils, les jeunes cadres hésitants ou déstabilisés devant une situation compliquée attendent de lui un mentorat particulier, les partenaires sociaux comptent sur lui comme interlocuteur social.
Quelle formation y prépare le mieux ? Répondre à cette question c’est d’abord se demander quelles facultés faut-il développer pour faire ce métier en bon professionnel ? La capacité à « dire le droit », incontournable dans un environnement hyperrèglementé est importante mais non suffisante, cette partie pouvant en partie être « outsourcée » à un SOS juridique ou un cabinet d’avocats. Comprendre la psychologie des interlocuteurs s’impose et peut moins facilement se sous traiter. Recruter, conseiller ou négocier exige un minimum d’empathie et de savoir-faire pour comprendre la situation et déchiffrer une problématique. Une expérience de manager l’aidera à pensera sa mission comme celle d’un soutien aux opérationnels. Une formation structurante comme base + une formation en sciences humaines + une formation pratique en psychologie ou sociologie + une expérience opérationnelle, autant d’atout requis pour réussir la synthèse des savoirs et des savoir faire spécialisés. L’homme orchestre qui fait la synthèse des exigences d’une stratégie d’entreprise avec les aspirations des hommes dans un cadre réglementé.
Pour approfondir le sujet Quand la DRH a le titre de « directrice du bonheur »

Le DRH, un pro
à géométrie variable

Le métier de DRH évolue en matière de profils. Les professionnels occupant ce type de postes viennent d’horizons plus variés et de formations moins classiques, telles que celles des écoles de commerce ou d’écoles d’ingénieurs.
Combien y a-t-il de DRH en France qui viennent du marketing vente ou de la production ?
Comment se préparer à cette fonction tant elle change vite, tant elle n’existe pas dans la forme qu’elle aura quand il prendra ses fonctions ?
Que sera l’entreprise dans l’avenir à la vitesse d’internet ?
Réseaux sociaux, ERP, e-learning,   télétravail, outsourcing, cloud computing… bousculent les enjeux managériaux. Tout le monde a accès à l’information en temps réel, le management devient fluide, de l’huile dans le moteur, les procédures et les actionnaires à géométrie variable, et le cadre de plus en plus autonome s’il s’approprie son poste et lui trouve du sens.
Le DRH est mort dans sa forme habituelle. Les 20 ans d’il y a 20 ans sont devenus 2 ans à l’heure de Google. La génération« Y » et maintenant la « Z » influent également sur son métier, il lui faut manager une population plus connectée et soucieuse de son bien-être au sein de l’entreprise. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) deviennent des outils à sa disposition pour recruter – les réseaux sociaux – et mieux communiquer et favoriser l’adhésion des salariés. Qui peut décrire la feuille de route du DRH des mois qui arrivent ? Quelle formation, quelles expérience doit-t-il avoir pour réussir ?
Pour approfondir le sujet   DRH : un architecte social et rentable

PUBLICITE

Le nouveau DRH est arrivé

En tous cas exigé, recherché, recruté.. une femme ou homme en phase avec son temps, empathique à souhait avec les hommes, stratège des métiers et des produits, branché sur l’actualité et gardien des valeurs et de la culture, en fait c’est u pilote casse-cou sur un marché du travail bousculé par les nouvelles technologies, l’insuffisance de compétences critiques, l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la restructuration des sociétés et la mise en place de plans sociaux, la guerre des talents, la conduite du changement, la diversité et le le développement durable, le dialogue social et récemment l’entrée en vigueur du compte de pénibilité et du Compte personnel de formation CPF… Ouf !
Les enjeux stratégiques exigent une grande capacité du DRH à s’adapter aux transformations, à les accompagner voire à les piloter. Cela passe par une culture économique renforcée pour ne pas être un simple business partner, une approche du management du risque et de l’évolution des métiers, un travail avec son écosystème, un pilotage de la révolution numérique. Au niveau des hommes il devient le premier moteur de la transformation numérique de l’entreprise. La digitalisation qui en redessine les frontières impose un pilotage des compétences des collaborateurs et de partenaires, ou prestataires. La datafication des RH s’annonce pour optimiser le recrutement, le vivier des talents, et réduire le turnover. Ajoutez à cela un environnement juridique changeant, les défis et les transformations de longue haleine attendent le DRH qui doit à la fois donner du sens au travail du dernier salarié entré et être force de proposition auprès de la direction générale confrontée aux mutations de l’entreprise.

Certains prétendent que le bon DRH est biodégradable, s’il réussit il rend les managers autonomes dans la gestion de leurs ressources humaines. Le monde idéal de l’entreprise serait-il sans DRH ?
Pour approfondir le sujet  DRH : un dirigeant de plus en plus virtuel

Gratuit : recevez le Digest Hebdo tous les Samedis

Reid Nalliat, Paris

Reid Nalliat, Paris

2 réactions

  1. Lancelot

    3 février 2015 à 7 h 05 min

    Je remarque que comme dans beaucoup d’articles vous utilisez exclusivement le masculin ainsi le DRH ..pourtant cette profession est feminisée à 58% au niveau DRH et bien plus en dessous. En utilisant un vocabulaire plus asexué comme ce poste ce role la lectrice et le lecteur se reconnaissent plus facilement..ce n’est ps facile en français mais c’est possible tout comme alterner ou mettre la(le).42 % des cadres sont des femmes, il serait bon d’avoir des photos de femmes cadres également pour illustrer vos articles et veiller à représenter cette répartition, le catalogue de photos illustre plus des rôles d’exécutantes. En résumé une relecture critique avec un souci d’inclusion et de représentation de 42% de votre cible pourrait vous être très bénéfique. Cordialement

    HL

    • Reid Nalliat, Paris

      Reid Nalliat

      3 février 2015 à 21 h 16 min

      Merci de votre remarque pertinente et intéressante,du point de vue de l’équité et sur le plan du marketing éditorial. En principe en français,le masculin peut être employé comme genre générique, « un DRH » désigne indifféremment une femme ou un homme, c’est le genre d’un groupe constitué de professionnels des deux sexes. Chaque fois que possible, pour éviter tout quiproquo nous préférons employer un nom épicène comme cadre, manager ou encore internaute. Votre remarque sur les photos est intéressante, nous avons reçu des critiques nous reprochant de mettre trop de femmes !! Le prisme de chacun est bien personnel, ceci étant nous nous efforçons d’écrire des articles équitables. Vos commentaires seront toujours les bienvenus. Bonne lecture à vous. Si ce sujet vous inspire un article, pourquoi pas!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x