Publicité
Publicité

Le bon manager apporte du bonheur à ses collaborateurs

Des collaborateurs heureux contribuent à une meilleure rentabilité car le bonheur agit comme le booster de la productivité intime, le cadre heureux travaille mieux que les autres, résout les problèmes au lieu de s’en plaindre, a plus d'énergie, est plus créatif, optimiste, motivé et en meilleure santé - il prend moins de jours de maladie -, il apprend plus vite, ne craint pas les erreurs et en fait moins que les autres, et prend de meilleures décisions. Le bon manager apporte du bonheur à ses collaborateurs.

Bonheur = Productivité
et Rentabilité

La créativité est essentielle à la réussite de votre entreprise qui ne peut prospérer que dans un environnement positif et heureux. Les petits événements quotidiens influent directement sur les ressentis de chacun, ce qui a un effet profond sur son rendement au travail. Selon Gallup «seulement 13% des employés sont engagés dans le travail dans le monde entier », chaque manager doit gagner le cœur et l’esprit de ses collaborateurs, ce qui revient à dire que le bon manager qui réussit apporte du bonheur à ses collaborateurs. L’objectif privilégié dans la liste de vos priorités,  et un investissement dont vous serez payé en retour par des collaborateurs plus heureux et plus productifs.
Vous aimerez aussi  Comment stimuler le bonheur de votre équipe sans dépenser d’argent

PUBLICITE

Le succès ne génère pas
obligatoirement du bonheur…

Si le succès ne génère pas obligatoirement du bonheur, le bonheur précède toujours le succès, et si vous les aidez à trouver la joie et un sens à ce qu’ils font, votre marge va s’en porter mieux. Il faut les soutenir, les apprécier, les écouter et leur donner les moyens d’utiliser la force innée la plus évidente, celle d’apporter un peu de bonheur dans le travail. La vieille croyance nous suit depuis toujours, nous pensons que l’obtention d’un poste, la promotion gagnée, ou l’augmentation du salaire, vont nous rendre heureux. Le paradoxe,  c’est que le succès vient souvent seul, nous cherchons souvent un objectif externe que nous ne pouvons trouver,  car souvent sa source se trouve en nous, comme autant de pépites d’or.
A lire aussi  Harvard : la formule du succès menant au bonheur

Le bonheur ou
le combustible du succès

Le constat est simple : un cadre heureux est rempli d’espoir et optimiste, positif, et plein de gratitude dans la plupart des domaines de sa vie ; il accepte les difficultés avec réalisme et choisit de les considérer comme temporaires, embrasse les hasards de la vie avec anticipation, scanne les événements «ordinaires» avec reconnaissance. Le malheureux, lui, attend sa prochaine déconvenue, limite souvent son plaisir car pour lui la bonne fortune est temporaire, il regarde le monde dans un nuage menaçant. Vous devez cultiver des cerveaux positifs qui stimulent le rendement. Le plus important prédicteur du bonheur vient de l’investissement dans le soutien social. Le temps passé avec eux a une corrélation directe avec la productivité dans le travail. Les cultures d’entreprise comme Yahoo, Google, ou Virgin avec des environnements de travail uniques et amusants construisent le succès autour de la créativité, en veillant à ce que chacun soit heureux dans sa vie et dans son travail.
Vous aimerez aussi Qu’est-ce que vous attendez pour être heureux au travail ?

PUBLICITE

Le bonheur,
un choix personnel
et un devoir du manager

Le bonheur est un travail intérieur. Vous pouvez blâmer vos humeurs et les imputer à des facteurs externes, à votre enfance ou votre héritage génétique, qui vous condamneraient à une existence négative. Mieux vaut démystifier ces notions déterministes et croire plus à la capacité ou à l’incapacité de chacun à être heureux. Nous avons tous une « base de bonheur» au départ, et certains une disposition instinctive positive depuis l’enfance, mais nous pouvons tous prendre des mesures pour élever notre niveau de bonheur actuel. Il vous faut recycler votre cerveau pour consacrer ses ressources à balayer le monde avec un focus positif. Adopter une habitude positive, c’est recâbler votre cerveau sur des niveaux élevés de bonheur. Si le bonheur est un choix de chacun, c’est un devoir du manager d’encourager ses collaborateurs à le trouver. Par petites touches, commencer une réunion ennuyeuse avec une vidéo humoristique, et toujours offrir l’exemplarité de votre comportement, allégeront l’atmosphère, l’idée étant de ne pas réprimer les sentiments négatifs ou d’ignorer les problèmes, mais d’empêcher les collaborateurs de s’y noyer.
Lecture recommandée Quand la DRH a le titre de « directrice du bonheur »

Gratuit : recevez les Newsletters

Florian de Peyrebrune, Paris

Florian de Peyrebrune, Paris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x