Publicité
Publicité

Comment savoir si on va vous virer

Comment savoir si on va vous virer, voilà l'affreuse question que vous vous posez avec effroi. Au lieu de paniquer, mieux vaut observer les situations qui peuvent donner lieu à un licenciement, même si le pire n'est jamais sûr. Ce qui arrive ensuite dépend de la qualité du management, de votre culture d’entreprise ou de votre gestion de la situation. Vous réussirez si vous intégrez bien et prenez en compte ces signaux d’alerte pour agir avec efficacité.

Recevez les titres du mag
Gratuitement
dans votre boite mail.


Vous êtes planté

La situation peut arriver à chacun d’entre nous. Vous n’avez pas atteint vos objectifs, raté une présentation cruciale devant le CODIR ou un client, ou encore froissé une personne de pouvoir. Tout le monde peut se prendre les pieds dans le tapis mais certaines chutes ne seront malheureusement pas pardonnées en entreprise. Les 3 premiers mois sont souvent décisifs en ce sens. Ceci dit, le meilleur feedback que j’ai pu entendre à quelqu’un sortant d’une situation « difficile » avait une toute autre dimension : « Continuez-vous à nous faire confiance ? ». Le manager en question a pris sa part de responsabilité dans l’histoire…

PUBLICITE

Vous gênez votre N+1  

Rater est risqué mais réussir peut être dangereux : vous êtes jeune, beau ou belle, intelligent(e) ? En entreprise, vous pouvez facilement devenir une cible à abattre. Et personne ne vous a formé à cela… Vous faites des jaloux… votre N+1 vous semble incompétent, vous avez tendance à aller voir le N+2 qui vous est plus utile ? Attention au retour de bâton, surtout si votre N+1 fait partie des murs… Parfois, votre hiérarchique peut se sentir éclipsé pour différentes raisons qui échappent à votre perception : il vous met en situation de risque.

Vous avez accepté
une mission impossible

Votre prochaine mission semble impossible à réussir : des échéances trop courtes pour être tenues, une charge de travail trop importante, trop de personnes à impliquer, un dossier trop technique. Vous êtes en double contrainte : soit vous dites non, soit vous prenez trop de risques. Qui gagne, perd.

PUBLICITE

On teste trop votre engagement

On vous pousse à dire « non » : plus de déplacement, des contraintes horaires, une mission au-dessus de vos moyens, une expatriation. Si vous refusez, ce sera perçu comme « vous n’êtes pas assez engagé » ou bien « vous n’êtes pas assez solidaire avec l’équipe. » Ce sont des situations épineuses à gérer mais très pédagogiques pour certains : qu’est ce qui est négociable et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

Vous êtes mis à l’écart

Vous pouvez commencer à entrevoir la porte de sortie s’ouvrir si on vous propose une mission sans intérêt dans un pays étranger ou tout simplement une mission beaucoup moins visible. La technique peut avoir pour but de vous isoler pour mieux vous séparer des autres.

Vous êtes coupé de l’info

Des projets se mettent en place et vous n’êtes pas inclus dans la boucle. Tout le monde en parle devant vous comme si vous n’existiez pas. Si vous intervenez, un soupçon d’agacement se lit sur les lèvres. Quelque chose se trame !?

Vous avez comme un malaise

Vous sentez un malaise quand vous parlez à vos collègues ou surtout aux RH. Le signe le plus fort qu’il y a hippopotame sous caillou est quand vous le sentez. C’est comme l’odeur du vent avant la tempête. « Quand il y a un doute, il n’y a pas de doute » : en d’autres termes, si vous sentez que « quelque chose ne va pas », c’est que « quelque chose ne va pas ». Mais ce quelque chose n’est pas forcément ce à quoi vous pensez.

Vous êtes déjà dehors

Si votre vie personnelle vous préoccupe voire vous prend entièrement ou si vous pensez déjà à changer de travail, vous allez peut-être donner vous-même l’idée à votre patron de vous virer.

Vous avez trop peur qu’on vous vide

Dans le même esprit, avoir peur d’être viré est aussi un facteur déclenchant.  La peur est justifiée mais appelle à la prudence. Ce qui gêne en revanche c’est l’état de tension que vous pouvez développer : je me souviens de cette cadre qui se sentait sur la sellette, alors qu’elle ne l’était pas. Comme elle montrait constamment à sa chef qu’elle amenait de la valeur, elle a agacé et … pris la porte. Ou cet autre manager qui avait tellement peur de perdre sa place que c’était comme une invitation à la lui piquer et à lui de la défendre. Une bonne occasion peut être de se faire accompagner ?  PS : si vous êtes déjà viré, vous pouvez regarder

Gratuit : recevez le Digest Hebdo tous les Samedis

Valérie Wattelle, Aix-en-Provence

Valérie Wattelle, Aix-en-Provence

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x