Publicité
Publicité

5 conseils basiques pour être recruté rapidement

Tout un chacun doit un jour rechercher un emploi. Certains - juniors comme seniors - le font pour la première fois et ignorent souvent les règles, astuces et recettes basiques qui les aident dans cette démarche d’autant plus difficile qu’elle survient tard dans la carrière professionnelle. Certains points relèvent du détail et de l’évidence mais mis bout à bout, ils font la différence et réussir. 5 conseils basiques pour être recruté rapidement.

Tout un chacun doit un jour rechercher un emploi. Certains le font pour la première fois au bout de nombreuses années, au point d’ignorer les règles, astuces et recettes basiques qui les aident dans cette démarche d’autant plus difficile qu’elle survient tard dans la carrière professionnelle. Certains points relèvent du détail et de l’évidence mais mis bout à bout, ils font la différence et réussir. 5 conseils basiques pour être recruté rapidement.

PUBLICITE

1 – Définir un objectif,
se concentrer
et attaquer au laser

Avant de vous lancer dans des démarches, décidez du type d’emploi que vous recherchez, établissez une liste d’entreprises dans lesquelles vous aimeriez travailler en terme de culture et de management. Une régle des plus basique : plus vous êtes préparé, plus vous voyez l’opportunité qui se présente.
La recherche d’emploi est une opération chronophage, profitez des options de recherche avancée sur les sites d’emploi, remplissez bien les options en termes de  mot-clé, localisation, poste, type d’entreprise…. Cela ne sert à rien de poser votre candidature à toutes les offres qui vous attirent. Concentrez votre recherche sur les celles pour lesquelles vous possédez qualifications et compétences requises, vous serez plus souvent sélectionné pour un entretien.
Un autre moyen de perdre du temps, c’est d’arrêter vos démarches alors que vous attendez une réponse positive pour un poste que vous privilégiez. Trop souvent certains candidats relâchent leurs efforts après un entretien qui s’est bien passé, et leur laisse penser qu’ils vont recevoir une réponse positive. Mieux vaut ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier.
Idem pour votre réseautage qui doit être au cœur de votre stratégie de recherche, ne relâchez pas vos efforts et continuez les échanges tant que vous n’avez pas une réponse définitive, on ne sait jamais qui peut vous aider à trouver votre prochain emploi.
Lecture associée

2 – Customiser CV
et lettre d’accompagnement

Vous avez juste quelques secondes pour attirer l’attention d’un recruteur. Une fois que votre CV a passé le filtre des robots, il arrive sur le bureau du recruteur qui dispose de quelques secondes pour décider du sort de votre candidature. Si vous ne mettez pas en évidence dès les premières lignes ce que vous apportez à l’entreprise qui recrute, vous êtes écarté. Vous devez faire correspondre vos qualifications avec les exigences du poste à pourvoir et renoncer au CV passe partout pour le CV unique, spécifique à chaque démarche, à chaque poste et chaque recruteur.
Avant de l’envoyer, étudiez-le, peaufinez-le, concoctez-le pour coller au mieux aux caractéristiques du poste et à la culture de l’entreprise qui recrute.
Lecture associée  « Customiser » votre CV
pour convaincre les recruteurs

PUBLICITE

3 – Jouer la transparence
et rester vous-même

Vous pouvez tout mettre sur votre cursus en faisant un tri sélectif de vos expériences, ce qui intéresse le recruteur se trouve dans les dix dernières années, ce qui remonte à plus loin peut être cité sans trop de détail à moins que cela soit aussi un argument complémentaire pour votre candidature. Détaillez le plus récent et citez chronologiquement le plus ancien.
Si vous avez des « trous » dans votre CV – cela arrive à des candidats très bien à notre époque -, évitez de les occulter. Vous avez le droit d’avoir été sans emploi plusieurs mois, mais écrivez-le, assumez-le et expliquez ce que vous avez fait pendant ce gap, même si cela était du bénévolat. Restez vous-même en entretien, cela ne sert à rien de jouer un rôle, le plus souvent vous ne pourrez pas le tenir jusqu’à la fin, et risquez de décevoir. Soyez poli mais pas trop, aux faux sourires et acquiescements soumis, préférez avouer ce que vous pensez avec respect plutôt que d’avancer ce que vous croyez qu’il veut entendre. Un employeur veut savoir qui il recrute, et n’apprécie pas d’être trompé sur la marchandise.
lecture associée  Entretien avec un recruteur :
ce que vous devez faire pour le rater  

4 –  Première impression,
ressenti et story telling

Le jour de votre entretien avec un recruteur est crucial. Habillez-vous correctement, et surtout dans un style cohérent avec le métier et la fonction brigués, cela va de soi, on ne se présente pas de la même manière dans une start up de la Station F ou au siège d’une banque du 8ème arrondissement. Si vous faites une erreur à ce stade, c’est sûrement que vous n’avez pas intégré les codes de cette profession.  A la question « cravate ou pas cravate », prenez-là quitte à l’enlever.
Les apparences comptent dans tous les métiers même chez ceux qui prétendent le contraire.
Une autre règle à bien prendre en compte : la première impression est la bonne surtout si elle est mauvaise. Elle est valable pour votre interlocuteur comme pour vous. Ecoutez la petite musique en vous, et si vous ne sentez pas la situation ou les personnes, prenez en considération cette impression.
Au cours de l’entretien, faites en sorte de sortir du schéma scolaire (élève/professeur) ou policier (enquêteur/témoin), le meilleur moyen consistant à partager votre expérience et vos compétences en vous racontant. En parlant de ce que vous avez réellement vécu, vous allez faire passer une émotion  et convaincre plus facilement. La deuxième règle est de répondre aux questions posées, en relativisant vos réponses par rapport au poste à pourvoir, en les relayant à vos compétences notamment sur la manière dont vous avez géré des situations et problématiques similaires. Plus vos propos sont concrets, précis et illustrés d’exemples, de chiffres et d’images, plus le recruteur est convaincu.
lecture associée  La méthode du social selling
pour faire mouche en entretien de recrutement

Dernier conseil tout bête :
respecter votre  ex patron

Cela ne sert à rien de dire du mal de votre employeur précédent. Attention de ne pas le faire malgré vous, lorsque vous expliquez les raisons pour lesquelles vous êtes parti de son entreprise. Vous pouvez tout dire, mais dans le respect de tous. Qui plus est, c’est un moment que le recruteur observe particulièrement, il apprécie le tact avec lequel vous expliquez les raisons de votre départ sans mettre en cause votre précédente hiérarchie.

Gratuit : recevez les Newsletters

Reid Nalliat, Paris

Reid Nalliat, Paris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x