Publicité
Publicité

6 questions cruciales à vous poser avant d’accepter un nouveau job

Vous avez enfin trouvé le poste qui vous enthousiasme. Vous lisez et relisez le mail de confirmation de votre engagement et vous voyez déjà dans votre nouvel habit professionnel. Mais ce n’est pas parce que cette opportunité, a priori tant rêvée depuis des mois voire des années, vous est offerte que vous devez nécessairement l’accepter. Avant de vous décider, repensez aux entretiens que vous avez eus, et demandez-vous si vous avez toutes les infos pour prendre la bonne décision. 6 questions cruciales à vous poser avant d'accepter un nouveau job. 

1 – Savez-vous précisément
ce que votre patron
attend de vous ?

Parfois, vous pouvez tellement exulter à l’idée d’un changement de situation professionnelle que vous en oubliez de vous poser les questions de base. Et le basique touche des sujets déterminants comme l’entreprise dans laquelle vous allez travailler, les collègues que vous allez côtoyer ou le système de rémunération, ou bien tout simplement les bureaux dans lesquels vous allez vous rendre tous les matins, autant de détails qui mis bout à bout peuvent vous gâcher le quotidien et compromettre votre réussite. Au-delà de ce contexte, vérifiez auprès de votre patron direct que vous avez bien identifié et compris ce qu’il attend de vous en termes de qualité, quantité, moyens à votre disposition et délais. N’oubliez pas que vous êtes deux à choisir, lui et vous, mieux vaut ne pas le laisser décider tout seul de tout.

PUBLICITE

2 – La rémunération proposée
vous donne-t-elle satisfaction ?

C’est une comportement typiquement français de ressentir une certaine gêne à aborder la question du salaire, donc de l’argent. Ce sujet a bien sûr été évoqué au cours de ou des entretiens que vous avez eus avec le recruteur, mais peut-être par timidité ou volonté de ne pas compromettre le bon déroulement de l’entretien, vous vous êtes contenté d’une formule générale ou d’un chiffre global. Il vous reste des questions de précision à poser, mieux vaut le faire avant de vous décider définitivement. N’hésitez pas à aborder tous les périphériques de la rémunération, d’autant plus que certains employeurs compensent un niveau de salaire – moyen par rapport au marché – par un package de divers avantages : mutuelle, congés, primes, voiture de fonction, téléphone et ordinateur ou encore intéressement, participation aux bénéfices et plans d’épargne.
Lecture associée  Rémunération des cadres :
les profils les plus recherchés et les mieux payés

3 – Vous sentez-vous en phase
avec la culture de l’entreprise ?

Cela implique que vous demandiez à votre interlocuteur comment il définit la culture de l’entreprise et les valeurs qui sont mises en avant. Ne vous fiez pas uniquement aux déclarations d’intention, mieux vaut découvrir si cela correspond à la réalité, en vous renseignant à l’extérieur et par vous-même en allant sur le terrain sentir les personnes et l’ambiance qui prédomine.  A ce niveau votre ressenti tripal est primordial, et comme pour beaucoup de situations, faites confiance à la petite musique en vous avec le principe que la première impression est la bonne, surtout si elle est mauvaise.  Si vous êtes aveuglé par ce que vous croyez être l’emploi de vos rêves, efforcez-vous de vous renseigner sur sa bonne santé, sa bonne notoriété auprès d’anciens salariés (comment elle les traite surtout quand les choses vont mal), et sa réputation.

PUBLICITE

4 – Vous sentez-vous à l’aise
avec le style de management
de votre futur patron ?

A un moment donné du processus de recrutement, vous avez rencontré celui qui sera votre chef. Comme pour l’entreprise, fiez-vous à votre ressenti, et si celui-ci n’est pas bon à la première poignée de mains, restez vigilent. Observez-le bien dans son comportement et les interrogations qu’il a à votre sujet. Vous avez aussi le loisir de lui poser des questions sur sa manière de manager, son éthique du travail et surtout sur ce qu’il a prévu pour faciliter votre intégration et vous permettre de bien démarrer dans son équipe. Après ces investigations, vous devez pouvoir estimer si sa personnalité et son style de leadership vous conviennent.
lecture associée  Comment faire pour que votre patron
vous trouve génial(e) et vous aide à réussir 

5 – Le poste proposé
vous rapproche-t-il
de votre objectif de carrière ?

Vous pouvez vous laisser « anesthésier » par une rémunération mirobolante – par rapport à la précédente -, un titre de fonction socialement valorisant qui cache parfois un contenu sans intérêt. La grande joie que vous éprouvez doit justement vous alerter et vous inciter à  étudier la situation avec plus d’objectivité. Après tout un emploi nouveau si sexy soit-il est un élément de plus de votre carrière, dont vous devez valider la cohérence par rapport à votre objectif global. Autant une rémunération très attractive dans l’immédiat ne correspond pas toujours à un choix pertinent de carrière à long terme, autant l’entreprise qui pratique une politique de promotion interne, peut vous laisser envisager la perspective de postes à un niveau supérieur.
Lecture associée Booster votre carrière :
et si vous preniez un coach !

6 – Pourrez-vous assumer
le rythme et la charge de travail ?

Nous avons tous des conditions de travail qui nous sont favorables, mieux vaut bien les décortiquer avant de vous engager. Si vous vous épanouissez dans des conditions extrêmes de stress, vérifiez de ne pas entrer dans une entreprise qui prône un management serein. Si vous avez l’habitude de rentrer chez vous en fin de journée à des heures régulières, évitez l’entreprise dans laquelle les cadres choisissent de travailler tard dans la soirée et ont pour principe de rester au bureau pour terminer une tâche quelle que soit l’heure. Vous devez savoir quel type de cadre vous êtes, si vous n’aimez pas travailler le week-end, refusez d’entrer dans une entreprise qui vous laisse libre d’organiser votre temps de travail, et vous amène à travailler certains jours ou le week-end à partir de votre domicile. Des questions à poser dès le départ pour ne pas tomber de haut dès le premier jour.

Autant d’informations que vous devez obtenir avant de vous décider, cela exige d’oser poser les questions sur ces sujets au bon moment du processus de recrutement et au bon interlocuteur. Enfin, malgré tout votre empressement à vouloir démarrer rapidement, restez vigilent jusqu’au bout, et avant de signer votre contrat de travail, épluchez toutes ses dispositions,  veillez à bien comprendre leurs conséquences sur votre quotidien, et si un point n’est pas clair, demandez des explications, et un délai pour l’examiner et éventuellement prendre conseil.

Gratuit : recevez les Newsletters

Reid Nalliat, Paris

Reid Nalliat, Paris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x