Publicité
Publicité

Votre CV efficace : pourquoi vous devez en omettre certaines parties

Votre CV est l'occasion de raconter l'histoire de votre carrière, alors allégez-le des scories insignifiantes et gardez-lui ses feux qui vont attirer la convoitise des patrons d’entreprise. A vous d’analyser chaque cas et de déterminer si vous devez mettre en avant telle expérience ou au contraire la laisser en coulisse. CV : pourquoi vous devez en omettre certaines parties.

Le CV, un outil
de marketing  

Vous n’avez pas l’obligation d’énumérer chaque situation occupée. Le CV est un document de marketing, pas un contrat, son objectif étant de vous présenter honnêtement sous un jour favorable aux recruteurs et aux employeurs. Faire l’impasse sur un poste mérite toute votre attention et votre prudence. En effet en dépend votre crédibilité de candidat, si vous omettez de mentionner un poste qui s’est mal fini avec l’entreprise, vous risquez de perdre la confiance du recruteur ou de l’employeur s’ils l’apprennent à un moment du processus de recrutement.
Lecture associée  « Customiser » votre CV pour convaincre les recruteurs

PUBLICITE

Omettre l’emploi
qui ne change rien
à votre situation

Un job qui a 6 mois ou moins peut être omis dans votre CV sans risque de répercussions négatives. En indiquant en face de chaque emploi une date précisant l’année de début et celle de la fin, cela passe sans difficulté. Et si jamais, par hasard, le sujet vient sur le tapis, vous pourrez toujours expliquer le caractère anecdotique de ce poste de transition.

Oublier l’expérience
sans rapport avec le poste
à pourvoir

Les recruteurs apprécient en général les candidats issus d’horizons professionnels différents voire atypiques ou exotiques. Néanmoins, une exigence de sécurité sous-tend souvent toute démarche de recrutement, et une expérience complètement erratique par rapport au poste à pourvoir peut séduire comme plus souvent susciter chez le recruteur ou l’employeur une interrogation sur votre candidature et votre niveau d’engagement. Avant de faire un choix, mieux vaut analyser le profil du recruteur, sa culture, sa réceptivité à l’originalité d’une telle expérience… et dans le doute, il est préférable de s’abstenir.
Lecture associée  Comment présenter les périodes sans emploi dans votre CV

PUBLICITE

Zapper l’entreprise
qui a une réputation
désastreuse

Un employeur est au courant de l’actualité de ses concurrents et des entreprises en général. Si vous avez travaillé dans une société qui fait la une des journaux et le buzz sur les réseaux sociaux, pour une raison peu honorable (scandale financier, fraude fiscale, faillite frauduleuse…), vous devez trouver une parade pour ne pas en pâtir. Le choix est délicat, et entre deux maux, mieux vaut choisir le moindre. En général et souvent malgré nous, on associe et on assimile la mauvaise réputation d’une entreprise aux personnes qui travaillent sous sa marque écornée. Une tendance humaine à faire un transfert des maux de l’entreprise sur les épaules de celui qui y a travaillé. Si ce ressenti devient un poids sur votre propre réputation, mieux vaut vous en dissocier rapidement.
Lecture associée  CV : les mots et expressions à bannir

Les postes à mentionner
dans tous les cas

Il peut y avoir dans votre carrière professionnelle un poste que vous jugez anecdotique ou sans signification véritable avec le temps. Vous devez faire preuve de minutie et analyser chaque poste pour déterminer celui qui doit impérativement être mentionné, malgré sa mauvaise image à vos yeux.
celui qui a duré plus d’une année, car il est très difficile de cacher un vide aussi grand dans votre cursus. Mieux veut l’indiquer brièvement l’inclure dans le curriculum, et préparer l’explication que ne manquera pas de vous demander le recruteur toujours inquiet ou suspicieux d’une période sans emploi, c’est aussi l’occasion de partager avec votre interlocuteur les conditions dans lesquels les choses se sont passées, et de montrer votre comportement dans la gestion d’une difficulté.
celui qui vous a enrichi d’une expérience requise pour le poste à pourvoir. A vous de sauvegarder les atouts de votre CV en y laissant les compétences acquises complètement en cohérence avec le poste que vous briguez, même si cet épisode professionnel s’est mal fini.
celui dans lequel vous avez une expérience réussie. Vous êtes parti en mauvais termes de cette entreprise, et en gardez une amère sensation qui vous incite à l’occulter. Une fin « tendue » voire conflictuelle ne doit pourtant pas l’emporter sur le travail que vous y avez accompli surtout si vous y avez obtenu des résultats exceptionnels qui boostent l’attractivité de votre CV aux yeux des recruteurs et employeurs. N’amputez pas votre CV de trophées qui bine au contraire vont devenir des atouts en faveur de votre candidature.
Votre CV est l’occasion de raconter l’histoire de votre carrière, alors allégez-le des scories insignifiantes et gardez-lui ses feux qui vont attirer la convoitise des patrons d’entreprise, tout en respectant la vérité de votre cursus professionnel et en vous tenant prêt à expliquer,  en toute transparence, une expérience omise dans votre CV.

Gratuit : recevez les Newsletters

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x