Publicité
Publicité

Pôle emploi cadre : 17 raisons d’être encore à Pôle Emploi

© Nagel's Blickwinkel - Fotolia.com

Pourquoi êtes-vous toujours inscrit à Pôle Emploi malgré vos diplômes et votre expérience ? Voici une liste de 17 raisons, des plus sérieuses aux plus légères...

Un article qui date un peu mais toujours  d’actualité. Il pose la question suivante : pourquoi êtes-vous toujours au chômage inscrit chez Pôle Emploi ? Plusieurs raisons font que vous vous tirez vous-même une balle dans le pied, selon John Heckers dans un article de Careerrealism.com.

PUBLICITE

1 – Vous ne réseautez pas assez

Presque tous les emplois sont aujourd’hui trouvés par réseau. Si vous faites acte de candidature sur des sites emploi en fouillant le web, si vous comptez sur les recruteurs ou si vous répondez à des annonces, vous n’en faites pas assez. Et le CV le plus beau du monde est quasiment inutile.

2 – Vous n’êtes pas
performant 
en entretien

Un recruteur raconte : « nous avons reçu en entretien plusieurs personnes pour un poste d’assistante. Bien que ce poste ne soit pas d’un niveau très élevé, je suis surpris et choqué de voir le peu d’intérêt dont les candidates ont fait preuve pour l’emploi. Mâchant du chewing gum, mal habillées, discutant, donnant des leçons … Elles ont fusillé leur entretien. »

PUBLICITE

3 – Vous portez un piercing

Retirez les piercings de votre visage. La présence de ces accessoires déplaît aux recruteurs, même s’ils font partie intégrante des codes des nouvelles générations. Dans leur esprit cela ne fait pas professionnel de se présenter avec un objet sur le visage.

4 – Vous êtes mal rasé

Renoncez à la barbe naissante au motif même si c’est la mode. Portez une vraie barbe bien entretenue ou soyez rasé de près. Les décisionnaires en matière de recrutement font rarement partie de la catégorie des jeunes auprès desquels la barbe de 3 jours fait branché.

5 – Vous êtes trop gourmand

Aujourd’hui nous sommes dans une grande période baissière où les salaires stagnent dans le meilleur des cas. Il se peut que vous soyez amené à postuler à un emploi de 50K alors que vous sortez d’un poste où vous étiez plutôt à 70K. Ne faites pas mention d’un tel écart, tout le monde fait attention, ne laissez pas penser à l’employeur que vous avez vécu au-dessus de vos moyens. Prenez le poste à 50K et vous aurez au moins le privilège de sortir des effectifs de Pôle Emploi.

6 – Vous êtes surdimensionné

Soyez réaliste, on ne vous recrutera pas si vous avez 10 ans d’expérience et avez exercé des responsabilités alors que le poste à pourvoir s’adresse à un débutant. Le poste pour un junior reste un poste pour débutant. Tout ce que vous obtiendrez c’est ennuyer l’employeur. Bien sûr vous pouvez être au bord du désespoir, mais mieux vaut mieux consulter un psy ou créer votre propre entreprise que postuler pour des emplois pour lesquels vous êtes surdimensionné. Voir un cadre d’expérience candidater pour une position de stagiaire ne fait pas décrocher le téléphone à l’employeur, car il sait que il sait très bien que vous partirez dès que vous aurez trouvé quelque chose de mieux , vous ne  contribuerez pas au progrès de l’entreprise, et serez difficile à manager au risque de mettre l’équipe en danger. Ne vous fatiguez pas à candidater pour un job qui ne vous concerne plus.

7 – Vous êtes
un “serial candidat”

Un chef d’entreprise témoigne : « j’ai fait l’erreur une fois de placer une offre sur un des principaux sites d’emploi ; grosse erreur. J’ai reçu les candidatures les plus farfelues, y compris avec 0% des compétences demandées ». La règle d’or est d’avoir dans son CV au moins 80% des qualifications et compétences demandées pour postuler. Dans le cas contraire, vous perdez votre temps.

8 – Votre métier est
en voie de disparition
ou est en danger

Vous n’allez probablement pas trouver grand-chose dans certains secteurs spécifiques en crise temporaire ou permanente. Bien des métiers et des industries ont disparu. Certaines tâches sont désormais prises en charge par des robots ou par les clients qui désormais rangent eux-mêmes leurs chariots du supermarché après avoir fait leurs courses. Certaines tâches sont ajoutées dans la fiche de poste des employés en place. Il est probablement temps pour vous de retourner à l’école ou de changer de secteur d’activité.

9 – Vous n’avez pas
la bonne posture

Il se peut que vous passiez pour arrogant ou pour quelqu’un qui n’a pas l’attitude adéquate. Avec une attitude passive et négative, l’entretien tourne vite court.

10 – Vous êtes déprimé

Bien des cadres licenciés éprouvant de la difficulté à  rebondir dans la foulée recourent à des antidépresseurs. Prenez-en si vous en avez besoin, mais faites attention à ce que vous prenez. Etre relativement déprimé est normal durant cette période  de perte de repères, mais si malgré tout vous persistez à être d’humeur maussade, si vous pleurez, si vous êtes  démotivé et vous souffrez d’insomnies, voyez rapidement votre médecin.

11 – Vous êtes en colère

Votre colère ne touche pas les peaux de vache qui vous ont viré ou débarqué. Et pourtant, cela vous tue physiquement et pénalise votre carrière. Dépassez  vite ce stade de réaction, honnêtement, si vous avez été licencié, vous avez votre part de responsabilité, même si le licenciement  économique revient à la  seule décision de l’entreprise. Traitez votre colère avant de postuler.

12 – Vous n’avez pas suivi
les consignes pour postuler

On vous demande une petite déclaration à côté de votre CV qui explique pourquoi, après avoir consulté le site de l’entreprise, vous souhaitez postuler. Très peu de personnes se plient à cette demande qui n’est pourtant pas bien compliquée à satisfaire! Faites ce qui vous est demandé dans l’annonce ou par le cabinet de recrutement. Si vous ne faites déjà pas ce que votre manager potentiel vous demande, vous ne le ferez pas non plus lorsque vous serez recruté, n’est-ce pas ?

13 – Vous avez zappé
une étape importante
du processus de recrutement

Un employeur raconte :  il demande à une candidate qui l’intéresse de venir à l’un de ses événements marketing pour rencontrer ses clients. Elle lui répond qu’elle ne peut pas se libérer mais reste néanmoins toujours intéressée par le poste. Or cet événement était la phase décisive avant le verdict., et cette candidate était depuis deux ans à la recherche d’un travail ; pas très étonnant dans ces conditions.

14 – Vous parlez trop

Cela peut arriver, l’extraverti parle tellement qu’il rate l’opportunité. Pensez à vous taire, cela vaut mieux parfois que de dires des choses ineptes.

15 – Votre discours est vague

Si on vous pose une question, répondez. Ne fuyez pas, ne donnez pas des réponses toutes faites. Par exemple, de nombreux cadres auxquels on demande d’évoquer leurs défauts répondent par « Je pense être juste trop motivé et trop dur avec moi-même ». Réponse rédhibitoire.

16 – Vous ne savez pas communiquer

Evitez que la personne avec laquelle vous passez l’entretien ait à vous tirer les vers du nez. Si vous ne savez pas bien communiquer, vous n’allez pas être recruté. Si vous l’êtes, vous ne durerez pas.

17 – Vous n’êtes pas préparé
à l’entretien

C’est très clair. Si vous êtes en concurrence avec un candidat parfaitement préparé, vous allez perdre et perdre gros. Ne soyez pas avare ! Faites-vous aider pour préparer vos entretiens de recrutement, réseauter, accéder au marché caché, et où que vous soyez géographiquement, trouvez un coach de carrière efficace et honnête. Soyez prudent, renseignez-vous, mais cela vaut le coup.

Gratuit : recevez les Newsletters

7 réactions

  1. arennn

    15 janvier 2016 à 7 h 46 min

    Le chapitre 2 de cet article m’éclaire sur la véracité de l’article. Je suis assistante de direction et ce résumé péjoratif me surprend. Je doute qu’une assistante de direction puisse mâcher lors de son entretien. Quand on recrute, on doit savoir faire la différence pour ne pas aboutir à une généralité désobligeante.
    Copié-Collé de l’extrait :
    Bien que ce poste ne soit pas d’un niveau très élevé, je suis surpris et choqué de voir le peu d’intérêt dont les candidates ont fait preuve pour l’emploi. Mâchant du chewing gum, mal habillées, discutant, donnant des leçons … Elles ont fusillé leur entretien.

  2. Explorajob

    30 décembre 2014 à 0 h 08 min

    Cet article et les commentaires qu’il suscite prouve qu’il est nécessaire de remettre l’Humain au cœur du processus de recrutement. Il ne s’agit pas seulement de candidats et de recruteurs, mais d’hommes et de femmes qui entrent en contact parce qu’ils se cherchent les uns les autres, parce qu’ils ont besoin les uns des autres. Se fixer sur les seules compétences d’un candidat est une erreur. Sa personnalité compte tout autant ! Pour les candidats, il est donc important de se montrer dynamique, motivé(e), enthousiaste. Sans cela, même le meilleur des CV devient inutile…

  3. Jobs Booker

    15 septembre 2014 à 17 h 19 min

    Cet article et les commentaires qu’il suscite prouve qu’il est nécessaire de remettre l’Humain au cœur du processus de recrutement. Il ne s’agit pas seulement de candidats et de recruteurs, mais d’hommes et de femmes qui entrent en contact parce qu’ils se cherchent les uns les autres, parce qu’ils ont besoin les uns des autres. Se fixer sur les seules compétences d’un candidat est une erreur. Sa personnalité compte tout autant ! Pour les candidats, il est donc important de se montrer dynamique, motivé(e), enthousiaste. Sans cela, même le meilleur des CV devient inutile…

  4. Fabienne

    6 juin 2014 à 19 h 28 min

    C’est le comble , cet article … Je pense vous n’avez pas fait d’entretien depuis très longtemps. Les RH versions 2.0 versus il y a 20 ans ne sont qu’appuyées sur des stat’, grilles pour recruter versus des opérationnels. Les processus sont déshumanisés, il faut rentrer dans des cases ou un standard précis, que vous ayez +de 40 ans ….eh bien ce n’est pas gagné DU TOUT !

  5. Marina D.

    21 mai 2014 à 15 h 35 min

    D’habitude les articles sur Cadre et Dirigeant Magazine sont plutôt intéressants, là, c’est dommage, ça manque de hauteur… Déjà l’affiche annonce la suite de l’article. Pas très accueillant ;-). Il serait intéressant de faire un autre article complémentaire qui permette de balancer aussi sur l’autre facette (celle de l’entreprise…).

  6. Marina D.

    12 mai 2014 à 14 h 26 min

    Etonnant que personne n’ait encore réagi à cet article, qui me parait un peu simpliste et culpabilisateur… D’autres paramètres aussi rentrent en jeu : entreprises qui désirent un mouton à 5 pattes, profil atypique, entreprises qui recherchent des clones, aspects subjectifs (comme le feeling,…).

    • Nel

      16 mai 2014 à 22 h 54 min

      Cet article ne parle pas de l’âge qui « plombe » immanquablement tous vos atouts ! Qui recrute aujourd’hui des + 40 ans ?

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x