Publicité
Publicité

Trouver un emploi après 50 ans

Trouver un emploi dans l'économie actuelle est toujours difficile. De nombreux obstacles plombent les démarches, avec en plus des discriminations comme celle qui touche le plus de 50 ans. Résultat, il met 20% à 30 % plus de temps à trouver un emploi que les plus jeunes. Pourtant le senior peut rester optimiste, la difficulté ne serait pas l’âge mais la culture, le recruteur estimant souvent qu'il a beaucoup de mal à s'intégrer dans une équipe plus jeune. 10 conseils pour mettre l'accent sur les atouts du sénior, ou comment trouver un emploi après 50 ans.

Derrière cet article, il y a le travail d’une équipe, un article similaire s’achète entre 3 et 10 euros,  mais vous pouvez payer ce que vous voulez, et dans tous les cas poursuivre votre lecture autant que vous le souhaitez.

Dépoussiérer votre CV

Comment trouver un emploi après 50 ans est le défi d’un nombre de plus en plus important de quinquas.  Ils doivent transformer en atouts ce que souvent il leur est reproché. Ainsi, un manager ou un recruteur sera impressionné par vos compétences et vos expertises, et peut-être pas si vous les avez conquises pendant les septennats de François Mitterrand. Cela va de soi,  supprimez  de votre présentation toute expérience de plus de 10 ans, la plupart des employeurs sont intéressés par vos compétences actuelles, par celles qui vont vous permettre de réussir aujourd’hui dans un poste de son entreprise,  et dans votre capacité à le faire aussi dans l’avenir.
Lecture connexe  CV : 5 conseils faciles pour le rendre convaincant

Réseauter, réseauter encore

Le temps est révolu où vous trouviez un emploi en épluchant les petites annonces de journaux, et en envoyant votre CV. Vous vivez à l’heure de la créativité pour vous faire connaître des chefs d’entreprise. Aujourd’hui, votre talent à réseauter est le premier atout de votre démarche. Rien ne remplace la valeur de l’interaction en face-à-face et la richesse du gisement social qui peut fournir des références, des recommandations, et des opportunités concrètes.
lecture connexe Réseautage : habitudes à prendre pour devenir un pro

Se préparer aux entretiens

De nombreux seniors ont évolué jusque là sans avoir mené des entretiens de recrutement, ils ont trouvé leur bonheur professionnel au gré des promotions ou de la cooptation dans un marché de plein emploi. Si vous êtes dans ce cas, une compétence vous manque, celle de l’entretien qui est un moment crucial pour montrer votre énergie, votre passion ou votre enthousiasme à rejoindre telle fonction ou telle entreprise. Vous aurez probablement à faire un peu plus que vos concurrents plus jeunes, à démontrer plus de conviction ou de ténacité, donc préparez-vous, entraînez vous, formez-vous, faites des simulations pour devenir percutant. Il ne suffit pas d’être compétent, il vous faut en convaincre vos interlocuteurs.
lecture connexe Entretien de recrutement : les 46 erreurs les plus courantes à éviter

Montrer votre âge actif

Rien ne sert de vous concentrer sur votre âge. Au lieu de penser et vous dépenser pour le défendre, utilisez plutôt des exemples concrets qui attestent de vos compétences et de votre dynamisme pour faire passer le message que vous valez le professionnalisme d’un plus jeune demandeur. Dans le marché du travail d’aujourd’hui, si vous ne répondez pas à 125% aux qualifications professionnelles exigées dans un recrutement, il en sera tiré comme conséquence que vous n’êtes pas capable d’assumer avec succès ce poste. Cet argument vaut pour tous les candidats quel que soit leur âge, mais encore plus pour le senior.

Mettre en avant
votre esprit d’équipe

Un manager plus jeune dont les parents peuvent avoir votre âge se posera beaucoup de questions sur les probabilités de réussir votre intégration dans une équipe composée en majorité de cadres plus jeunes. L’actif senior est souvent considéré comme têtu, engoncé dans ses habitudes, et empêtré dans une culture dépassée. L’entreprise cherche un équipier, quel que soit l’âge, qui sait montrer son sens du collectif, et prendre la direction d’une entité en donnant du sens au travail des autres et en initiant les plus jeunes, elle recrute aussi celui qui fait preuve d’énergie et d’excitation en se tournant délibérément vers l’avenir.
lecture connexe  Senior : comment vous organiser pour retrouver une activité

Montrer votre e-adaptabilité

Savoir utiliser et exploiter au mieux la technologie illustre souvent ce qui fait la différence entre un jeune cadre et un senior. Il y a chez les recruteurs un a priori qui tend considérer comme un « has been » le réfractaire au clavier qui a toujours eu une secrétaire, l’allergique au smartphone, au nomadisme professionnel et  au travail à distance. Dans vos contacts avec les recruteurs ou les éventuels employeurs utilisez ces nouveaux moyens de communication, et le sujet de votre modernité sera évacué des questions qu’ils se posent.

Devenir la solution,
offrir des clés

En fin de compte, la question de l’âge est souvent l’arbre qui cache la forêt. Votre plus gros handicap est souvent votre difficulté à vous vendre comme une solution au problème ou au projet de l’entreprise. Votre âge vous ramène à votre ego alors qu’il est question de partir de l’intérêt de l’entreprise ou de celui de votre interlocuteur pour décliner à ses yeux comment vos atouts vont répondre à ses projets, comment vos compétences et vos expériences sont les clés évidentes de son problème,  et votre âge sera éclipsé.
lecture connexe  Entretien de recrutement : ce que cachent les questions que l’on vous pose

Se former, encore
et toujours

En vous investissant dans une formation, vous vous enrichissez mais aussi montrez combien vous êtes désireux d’apprendre de nouvelles choses, démontrant votre  ouverture d’esprit et votre attirance pour les nouvelles technologies. Vous gagnerez aussi une précieuse crédibilité et votre employabilité en complétant votre potentiel et en l’actualisant.

Rester positif et confiant

La recherche d’un emploi est un parcours difficile, besogneux et long, quel que soit l’âge, pour s’en sortir mieux vaut prendre du recul, et estimer à chaque fois qu’un poste vous est refusé,  que vous perdez une bataille et pas la guerre qui continue.  Vous avez à longtemps chercher sans perdre confiance en vous, ni votre calme ou votre bonne humeur au risque d’être catalogué comme un «vieux grincheux. » C’est une règle veille comme le monde, il vaut mieux faire envie que pitié.

Derrière cet article, il y a le travail d’une équipe, un article similaire s’achète entre 3 et 10 euros,  mais vous pouvez payer ce que vous voulez, et dans tous les cas poursuivre votre lecture autant que vous le souhaitez.

Gratuit : recevez les Newsletters

Florian de Peyrebrune, Paris

Florian de Peyrebrune, Paris

2 réactions

  1. Josiane

    17 novembre 2017 à 10 h 49 min

    Bonjour,

    J’ai déposé une annonce sur la plateforme http://www.emploisenior.net et j’ai été contacté par un recruteur. Le service est gratuit y compris pour les mises en relation, ce que je n’ai pas trouvé ailleurs. Allez y jeter un oeil si vous recherchez du travail après la cinquantaine comme moi, vous ne devriez pas être déçus.

    Bon week-end à tous

  2. CORITON

    3 mai 2016 à 16 h 40 min

    A tous les plus de 50 ans mais aussi et surtout aux autres, je conseille ce texte de Mac Arthur.
    « La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. L’on ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années. L’on devient vieux parce que l’on déserte son Idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son Idéal ride l’âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont des ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort. Jeune est celui qui s’étonne et qui s’émerveille. Il demande, comme l’enfant insatiable : « Et après ? » Il défie les événements et trouve la Joie au Jeu et à la Vie. Vous êtes aussi jeunes que votre Foi dans la Vie. Vous êtes aussi vieux que votre doute. Aussi jeunes que votre confiance en vous-mêmes, aussi jeunes que votre espoir, mais aussi vieux que votre abattement. vous resterez jeunes aussi longtemps que vous resterez réceptifs. Réceptifs à ce qui est beau, bon et grand. Réceptifs aux messages de la Nature, des femmes, des hommes et de l’Infini. Si, un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme, rongé par le cynisme…, eh bien, que Dieu ait pitié de votre âme de vieillard ! »
    Général MacArthur – Extrait d’un Discours prononcé en 1945
    (Hommage au président Roosevelt décédé)

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x