Publicité
Publicité

Travail à temps partagé : une solution pour l’emploi

© azmanjaka - Fotolia.com

Le Travail à temps partagé (TTP) peut être une véritable solution pour l'emploi des cadres comme pour les entreprises qui les embauchent. Explications.

A l’occasion du colloque sur le Travail à temps partagé (TTP) qui se tiendra demain le 15 novembre à Paris* pour fêter les 20 ans de la Fnattp (Fédération nationale des associations du travail en temps partagé), nous revenons sur les avantages d’une formule qui peut être une véritable solution pour l’emploi des cadres comme pour les entreprises qui les embauchent.

PUBLICITE

Concrètement, l’emploi en temps partagé permet à un salarié de travailler pour plusieurs entreprises (généralement 2 à 3 ou plus), explique la Fnattp. Le salarié a donc un contrat de travail à temps partiel avec chaque entreprise, c’est le multisalariat. Le salarié peut également avoir une autre activité exercée sous un autre statut, complémentaire à son travail salarié à temps partiel, c’est alors de la pluriactivité.

Les 5 avantages pour les cadres

1 – Favorise l’employabilité
Pour les personnes en recherche d’activité, notamment les cadres (seniors, jeunes diplômés), travailler en temps partagé au sein de plusieurs entreprises favorise l’employabilité, tout en apportant diversité et richesse d’expériences, souligne la Fnattp.

PUBLICITE

2 – Valorise le savoir-faire
Pour un cadre confirmé, le TTP, c’est l’opportunité de valoriser son savoir-faire et de diversifier ses expériences en partageant ses compétences entre plusieurs entreprises. Pour un cadre senior, le TTP est une alternative pertinente pour gérer le troisième temps de carrière et pouvoir accompagner et former des juniors.

3 – Plus de sécurité
Le TTP n’est pas synonyme de précarité : travailler dans plusieurs entreprises limite le risque d’inactivité. En effet, même dans un contexte économique tendu, il paraît peu probable de perdre simultanément plusieurs emplois, et ce, d’autant plus qu’on intervient dans des entreprises de secteurs différents.

4 – Découvrir le marché caché
Le TTP c’est la possibilité de découvrir un marché caché pour lequel les besoins ne sont pas clairement exprimés car de nombreuses PME ignorent les opportunités qui leur permettent d’y répondre.

5 – Plus de réseaux professionnels
Travailler en TTP, c’est multiplier les contacts professionnels, et donc multiplier les opportunités professionnelles.

Les 5 avantages pour l’entreprise

1 – Gérer les besoins au juste coût
Ce système permet aux entreprises permet de gérer les besoins de compétences « au juste temps et au juste coût », en enrichissant et en optimisant les expertises, signale la Fnattp. Il donne à l’entreprise la possibilité de tester ou de lancer une activité nouvelle à des coûts maîtrisés.

2 – Bénéficier de cadres expérimentés
Face aux contraintes économiques actuelles, le TTP permet aux PME de recourir aux compétences des cadres expérimentés dont elles ont besoin, et de pouvoir ainsi disposer des mêmes savoir-faire et potentiels humains que les grandes entreprises.

3 – Souplesse de mise en oeuvre
Le TTP apporte donc un véritable avantage compétitif aux PME, qui n’ont pas nécessairement besoin de toutes les fonctions cadres 5 jours par semaine pour répondre à leurs besoins structurels ou pour lancer de nouveaux projets. Le support contractuel classique du TTP des cadres est le contrat de travail, CDI ou CDD, dont les modalités sont librement arrêtées entre l’entreprise et le cadre : flexibilité dans la gestion du temps, dans la saisonnalité, etc.

4 – Disposer de compétences variées
Le TTP des cadres s’adapte à la plupart des fonctions de l’entreprise : fonctions transversales « classiques » (production, administration et finances, RH, achat, logistique, gestion de la force commerciale, marketing, communication…) comme fonctions « expertes » : logisticiens, ingénieurs qualité, spécialistes de marketing direct, webmaster, spécialistes du développement durable …

5 – Bénéficier d’une vision élargie
Le TTP des cadres, c’est l’opportunité de bénéficier de l’expertise d’un professionnel. Celui-ci dispose d’un meilleur recul que les autres collaborateurs de l’entreprise grâce à une vision élargie par sa pluriactivité.

* Le Travail en Temps Partagé : la solution pour l’emploi ! Vendredi 15 novembre 2013 au Conservatoire National des Arts et Métiers, Amphi Abbé-Grégoire, 292 Rue St Martin 75003 Paris. De 14h à 18h : pour voir le programme détaillé, cliquez ici.

6 réactions

  1. Corentin

    13 janvier 2014 à 13 h 39 min

    Bonjour, intéressant, mais comment se voir proposer ce type de contrat? Jusqu’à maintenant à travers mes recherches, je n’ai jamais de telle offre ? Faut-il s’orienter vers les agences d’intérim pour obtenir un temps partagé ?

  2. Christelle Bretaudeau

    19 novembre 2013 à 13 h 12 min

    Pour les PME, et pour la fonction achat, c’est une vraie solution. L’intitulé de ma fonction est consultante, mais je préfère intervenante car dans la réalité, je partage mon temps entre clients pour l’optimisation de leurs achats et gère de A à Z les dossiers, mais toujours en collaboration avec eux. Au fur et à mesure, la fonction prend vraiment toute sa place, démontre son utilité et son apport positif pour l’entreprise et le besoin de recruter est validé. J’accompagne la personne qui reprend alors le service: soit c’est une évolution interne, soit un recrutement. Dans les 2 cas, la société a avancé sans prendre de risque et validant son besoin. C’est donc idéal.

  3. Serge Pascal

    19 novembre 2013 à 12 h 58 min

    Je pense que cela sera de plus en plus une alternative pour rebondir sur un marché de l’emploi qui devient très compliqué pour les cadres seniors. Mais il y a encore pas mal de barrières culturelles à faire tomber pour que cela devienne un réflexe pour les PME. Le concept n’est pas nouveau car cette semaine, qui est la semaine du temps partagé, nombre d’associations fêtent aussi les 20 ans des premières associations qui se sont crées pour promouvoir le temps partagé (par exemple CTP 71 dont je suis adhérent). Les fonctions supports se prêtent bien au temps partagé … mais il y a des freins car dans le concept il y a partage et c’est loin d’être évident pour une PME de partager sa ressource !!! Ce n’est sans doute pas LA solution miracle mais c’est une des formes atypiques du travail qui se développe. La presse locale en parle : http://www.lejsl.com/edition-de-macon/2013/11/19/le-bon-temps-au-bon-cout.

  4. Anne van der Weide

    15 novembre 2013 à 23 h 21 min

    J’ajouterais : relation gagnant-gagnant car il est statistiquement démontré qu’un salarié à temps partiel (ou partagé) est plus performant qu’un salarié en CDI temps plein …

  5. Eric Lamirande

    14 novembre 2013 à 14 h 18 min

    Cet aspect est réglementé, au Canada, de la manière suivante: Travail partagé http://www.servicecanada.gc.ca/fra/travail_partage/index.shtml

    • Eric Saint-Guillain

      15 novembre 2013 à 16 h 16 min

      Il est clair que les entreprises, et notamment les PME, ont des besoins d’expertise dans divers domaines, mais n’ont pas les moyens ou le besoin d’avoir ses ressources à plein temps. L’avantage que comporte ce type de travail par rapport à de l’ externalisation pure est que la personne travaillant à temps partagé est plus impliquée et concernée par la vie de l’entreprise. Notre économie est en pleine mutation, et de fait, le monde du travail également. D’autres formes de travail, de contrats de travail, de même qu’un autre type de protection sociale doivent être mis en place. C’est ce qu’évoque Denis Pennel dans son livre « Travailler pour soi ».

Réagissez à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x