Notre article publié sur l’absentéisme a suscité de nombreux commentaires sur LinkedIn, plus particulièrement en provenance du Canada. Parmi ceux-ci, nous relayons celui de Maryse Loranger, professeur de danse à Montréal, qui propose de se poser dix questions pour évaluer sa motivation au travail, et celui d’Anne Desrochers, gestionnaire de projets événementiels à Montréal, qui nous fait découvrir la théorie de la motivation de Herzberg.

Dix questions essentielles à se poser

“Ces questions, nous signale Maryse Loranger, je les pose, car elles renferment autant de force et de puissance que les réponses qui en découlent. Ayant enseigné depuis plusieurs années, autant auprès des enfants que des adultes, j’ai observé que peu importe l’âge, l’éducation, l’origine, la culture, le cheminement etc., ces questions sont essentielles pour définir s’il y aura motivation ou non à faire la tâche”. Les voici:

1 – Pourvez-vous noter votre niveau de contentement à aller travailler ?
2 – Ressentez-vous un sentiment d’accomplissement dans votre milieu de travail ?
3 – Avez-vous un bon niveau de confiance à évoluer dans votre environnement de travail ?
4 – Vous percevez-vous important au sein de votre organisation ?
5 – Avez-vous une bonne communication avec vos supérieurs ? Avec vos collègues ?
6 – Ressentez-vous une bonne cohésion d’équipe au sein de l’organisation avec laquelle vous travaillez ?
7 – Voyez-vous de la cohérence et de la constance dans les discours de vos supérieurs ou collaborateurs ?
8 – Avez-vous l’impression de faire partie d’une équipe ou d’une vision commune ?
9 – Sentez-vous un soutien et une complicité de l’équipe ou des collaborateurs ?
10 – Avez-vous du plaisir à faire votre travail ?

Herzberg : satisfaction et insatisfaction agissent de manière indépendante

De son côté, Anne Desrochers, gestionnaire de projets événementiels à Montréal, nous signale qu’elle a eu l’opportunité d’étudier la théorie de la motivation de Herzberg dans un de ses cours à HEC , ce qui lui a fait comprendre bien des choses par rapport à sa propre motivation au travail. Pour Frederick Herzberg (1923-2000), psychologue et professeur de management à l’Université de l’Utah, les facteurs de satisfaction au travail ne sont pas les mêmes que les facteurs d’insatisfaction et de mécontentement. Il considère que ces deux facteurs – la satisfaction et l’insatisfaction au travail – agissent de manière indépendante : ainsi, le contraire de la satisfaction n’est pas l’insatisfaction, mais l’absence de satisfaction. De la même manière, le contraire de l’insatisfaction est l’absence d’insatisfaction.

Frederick Herzberg donne l’exemple de six facteurs d’insatisfaction, qui sont tous relatifs aux conditions de travail :
– la politique salariale
– les conditions de travail
– le salaire
– le système de supervision
– le statut
– la sécurité du travail

Pour Herzberg, la motivation ne peut pas provenir uniquement de l’élimination des facteurs d’insatisfaction. Il donne également l’exemple de six facteurs de satisfaction, qui sont tous relatifs à l’épanouissement de l’individu dans son travail :
– la réalisation de soi
– l’évolution de carrière
– l’autonomie
– les responsabilités
– la reconnaissance
– l’intérêt du travail

La formule de la motivation selon Herzberg est la suivante: Motivation = absence d’insatisfaction + satisfaction

Et vous qu’en pensez-vous ? Le débat est ouvert à tous vos commentaires et à vos articles pour ceux qui souhaitent développer un point particulier. A vos claviers !