Très prudents et très réservés face aux perspectives d’emploi des cadres en 2014 : telle était la position unanime des professionnels du recrutement invités par l’Apec à s’exprimer lors d’une table-ronde à l’occasion de la présentation hier à Paris de l’enquête annuelle de l’Apec réalisée fin 2013 auprès de 11 000 entreprises. Il est vrai que les chiffres ne sont guère encourageants : le volume des recrutements des cadres devrait atteindre le même niveau en 2014 qu’en 2013 (année qui avait connu une baisse de 10%!), soit 163 500 pour la fourchette basse et 171 200 pour la fourchette haute. Avec deux populations particulièrement touchées : les jeunes et les cadres cumulant plus de 15 ans d’expérience.

Brigitte Dumont (ANDRH) : “2014 un peu plus dynamique”

Vice-présidente de l’ANDRH, Brigitte Dumont a estimé ainsi que “2014 s’annonçait comme une année un peu plus dynamique que l’an dernier en matière de recrutement des cadres après le trou d’air de 2013”. Les recrutements ont été mesurés l’année dernière et nous avons privilégié la formation interne, a t-elle ajouté. Si l’optimisme reste encore mesuré pour 2014, elle note que “le point bas est arrivé en 2013 et que les entreprises devraient recruter en 2014 pour suivre la reprise et pour améliorer leur productivité”.

 Jean-Paul Brette (Syntec) : “inadéquation entre l’offre et la demande”

Pour Jean-Paul Brette, président du Syntec, qui regroupe les cabinets de recrutement, “on est descendu à 16 000 recrutements de cadres en 2013 contre 20 000 l’année précédente. Le marché des cadres est difficile : il y a une inadéquation entre l’offre et la demande avec une population qui a plus de 20 ans d’expérience et qui a beaucoup de difficultés à se repositionner”, rapporte t-il. Et s’il constate une “légère remontée des recrutements en janvier 2014 qui nous permet d’être modérément optimiste pour 2014”, il note toutefois que les entreprises ont des projets, mais qu’elles les reportent. Elles pilotent au jour le jour leurs besoins, constate t-il. Face à cette situation, on note une part grandissante des CDD ainsi que le développement de l’externalisation des recrutements des ingénieurs et des informaticiens et du management de transition.

François Roux (Prism’Emploi) : “on décroche à nouveau en 2014”

Délégué général de Prism’Emploi, qui regroupe les agences d’intérim, François Roux est le plus pessimiste quant à l’évolution des recrutements. “L’intérim ne fonctionne pas, note t-il : les recrutements sont en baisse depuis 25 mois et nous avons perdu 45 000 emplois en 2013, beaucoup plus que ce qu’annonce l’Insee. On pensait avoir touché le point bas fin 2013, or on décroche à nouveau en janvier et février 2014”, déclare t-il. Pour François Roux, les perspectives d’amélioration existent toutefois avec de nouvelles formes d’emploi comme le portage salarial (qui va être réservé exclusivement aux cadres) et le CDI Intérim, qui devrait entrer en vigueur à la fin de ce mois.



Article précédentChanger d’approche quand cela ne marche pas
Article suivantCristina Kirchner… née un 19 Février
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+