Aristote, philosophe grec (384-322 av. J.-C), disciple de Platon, précepteur d’Alexandre le Grand, 2300 ans plus tard, Aristote reste très influent, tant il a abordé tous les domaines du savoir humain de son époque en philosophie, science, logique, dialectique, physique, biologie, psychologie, métaphysique, éthique, politique… Extraits.

« Les avares amassent comme s’ils devaient vivre toujours ; les prodigues dissipent comme s’ils allaient mourir. »
« Il n’y a point de génie sans un grain de folie. »
« L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit. »
« Le commencement de toutes les sciences, c’est l’étonnement de ce que les choses sont ce qu’elles sont. »
« La qualité de l’expression verbale est d’être claire sans être banale. »
« La main est l’instrument des instruments. »
« Qui peut le plus peut le moins. »
« Ce n’est pas un ami que l’ami de tout le monde. »

« L’objet de la guerre, c’est la paix. »
« La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession. »
« Entre deux maux, il faut choisir le moindre. »
« La première qualité du style, c’est la clarté. »
« En toute chose, c’est la fin qui est essentiel. »
« L’homme est un animal social. »
« Le bien ne suffit pas à assurer le bonheur, mais le mal suffit à assurer le malheur. »
« Savoir, c’est se souvenir. »
« L’espérance est le songe d’un homme éveillé. »
« Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres. »
« Le sacrifice de soi est la condition de la vertu. »
« La science consiste à passer d’un étonnement à un autre. »
« Le bonheur est à ceux qui se suffisent à eux-mêmes. »
« Il n’y a pas une méthode unique pour étudier les choses. »
« Le spectacle de la nature est toujours beau. »
« L’homme est naturellement un animal politique. »
« Aimer, c’est jouir, tandis que ce n’est pas jouir que d’être aimé. »
« Qui chérit à l’excès sait haïr à l’excès. »
« La plus grande injustice est de traiter également les choses inégales. »
« L’amitié est une âme en deux corps. »
« Celui qui n’est plus ton ami ne l’a jamais été. »
« Or le prodigieux est agréable ; j’en donne pour preuve que tous, lorsqu’ils font un récit, en rajoutent toujours, pour produire du plaisir.»
« Un beau visage est un avantage préférable à toutes les lettres de recommandation. »
« Le doute est le commencement de la sagesse. »
« Les racines de l’éducation sont amères, mais ses fruits sont doux. »
« On ne devient homme qu’en se surpassant. »
« Dieu est trop parfait pour pouvoir penser à autre chose qu’à lui-même. »
« Si la vertu ne suffit pas à assurer le bonheur, la méchanceté suffit à rendre malheureux.»
« La beauté est un appui préférable à toutes les lettres de recommandation. »

« La vertu est le juste milieu entre deux vices. »
« Avoir beaucoup d’amis, c’est n’avoir point d’amis. »
« La marque distinctive du savant, c’est la capacité d’enseigner. »
« Si l’invraisemblable arrive, c’est donc que ce qui est invraisemblable est vraisemblable. »
« Le commencement est beaucoup plus que la moitié de l’objectif. »
« Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible, mais incroyable. »
« L’information exposée dans les circonstances les plus choquantes est celle dont le public se souviendra le plus longtemps. »
« L’égoïsme n’est pas l’amour de soi, mais une passion désordonnée de soi. »
« C’est la marque d’un esprit cultivé qu’être capable de nourrir une pensée sans la cautionner pour autant. »
« L’argent n’est qu’une fiction. »
« La totalité est plus que la somme des parties. »
« Nous ne connaissons pas le vrai si nous ignorons les causes. »
« La verge et le coeur sont des organes qui remuent d’eux-mêmes. »
« Pour devenir habile en quelque profession que ce soit, il faut le concours de la nature, de l’étude et de l’exercice. »
« La colère est nécessaire ; on ne triomphe de rien sans elle, si elle ne remplit l’âme, si elle n’échauffe le coeur ; elle doit donc nous servir, non comme chef, mais comme soldat. »
« Il faut jouer pour devenir sérieux. »