Bill Gates crédit bilan.ch

Les dix traits du succès selon Warren G.Bennis

Warren Gamaliel Bennis décédé en Juillet de cette année était un universitaire, consultant en organisation et auteur, considéré comme un pionnier des études sur le leadership, il enseignait comme professeur d’université en administration des affaires et a fondé l’Institut de leadership à l’Université de Californie du Sud. Selon lui les dix traits du succès d’un grand leader sont :
– la connaissance de soi
– l‘ouverture aux idées des autres
– le désir d’apprendre et de s’améliorer
– la curiosité
– la prise de risque
– la force de concentration
– le goût de l’adversité
– le savoir conjuguer tradition et changement
– l’esprit d’ouverture
– la capacité à travailler avec l’environnement
– et à s’inspirer de mentors et modèles
Ces traits et caractéristiques sont identifiés dans son livre Essentials of Management par Andrew J. DuBrin :  la force de réalisation, la puissance motrice, la confiance en soi, l’honnêteté, l’intégrité, la transparence, la bonne capacité intellectuelle, la compétence, la sensibilité aux personnes, et le sens de l’humour.
Lecture connexe  Secrets pour devenir un entrepreneur prospère

Un regard rétrospectif sur la biographie de Bill Gates montre que ces caractéristiques dispersées dans ses comportements existent et ont contribué à sa réussite planétaire. Sa capacité à évaluer les situations et à élaborer des tactiques pour les surmonter reflète un niveau élevé d’intuition. Calme même sous une pression extrême, il a fourni une stabilité durable aux collaborateurs, un soutien émotionnel qui améliore leur productivité, et fait des ajustements qui impactent la performance. Il a toujours eu l’ambition de fournir un niveau élevé de satisfaction à ses clients et la capacité de récupérer rapidement des situations désagréables, cette forte résilience encourageant les équipes.
Pour approfondir le sujet Comment réussir votre leadership

La success story de Bill Gates

Né en 1955, il étudie à Harvard qu’il abandonne pour se consacrer au développement de logiciels avec son ami Paul Allen. Il développe MS DOS pour IBM et convainc d’autres entreprises d’adapter le même système. En 1983  il créé Windows 1, un utilisateur d’interphase graphique qui fournit des graphismes multitâches, mais le produit ne marche pas. Il persévère et conçoit Windows 3.0, 3.1, 3.11, 95, 2000, et la Millennium Edition sur une période de 22 ans, s’emparant de parts de marché exorbitantes qui laissent sur place ses concurrents. Microsoft avec 55 000 personnes dans 85 pays est le numéro 1 du logiciel à l’échelle internationale. Il dirige également sa fondation pour améliorer la santé mondiale et l’apprentissage de familles à faible revenu. La Fondation Bill et Melinda Gates a donné 2 milliards de dollars pour la santé mondiale.  Il reste l’homme le plus riche du monde avec 79,2 milliards de dollars en 2015 d’après le classement du magazine Forbes, devançant Carlos Slim, magnat des télécommunications, avec 77,1 milliards, Warren Buffett (72,7 milliards), Amancio Ortega, Zara,(64,5 milliards), et Larry Ellison, fondateur d’Oracle (54,3 milliards).
Lecture connexe   70% des personnes les plus riches de la planète sont parties de rien

Les traits du succès identifiés chez Bill Gates

Bill Gates a fait preuve d’une grande confiance en soi et a su prendre des risques, notamment quand il a quitté Harvard pour développer son propre business. Peu aurait renoncé à un futur diplôme prestigieux qui ouvre les portes des entreprises. Ses qualités de leadership, d’apprentissage de l’adversité, de concentration sur le travail, sa connaissance de soi, et son désir d’apprendre et d’améliorer ont été mis à contribution après l’échec de Windows 1. Il a continué à développer six autres progiciels qui ont finalement dominé les marchés mondiaux. Ces logiciels développés font preuve d’une convivialité éprouvée et d’innovation, preuves que Bill Gates a travaillé avec l’environnement et s’est adapté chaque fois que nécessaire. En plus de trente ans il a montré la clarté de sa pensée et sa force de réalisation, en fin de carrière il montre, si besoin était, sa capacité de recul, sa hauteur et son ampleur de vue en s’éloignant du domaine qu’il connait le mieux pour se consacrer à l’humanitaire. Un modèle universel et un mentor à imiter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.