On peut être micro-entrepreneur(e), installé(e) en banlieue et réussir ! Tel est le message de l’association PlaNet Finance, une organisation de solidarité internationale fondée par Jacques Attali et présente dans 80 pays dont la mission est de lutter contre la pauvreté par le développement de la micro-finance. En France, 518 entreprises ont été créées en banlieue en 2013 grâce PlaNet Finance France, annonce l’association dans un communiqué.

La détermination dans les gènes de l’entrepreneur de banlieue

Certes le chiffre de 518 entreprises créées en banlieue avec l’aide de PlaNet Finance France peut apparaître bien faible face au montant  total de 538 100 entreprises créées en 2013 en France. Mais les créateurs d’entreprises en banlieue – public atypique dans le tissu économique français – font partie de ceux qui tirent la tendance de création d’entreprises vers le haut, même s’ils rencontrent plus de difficultés à démarrer leur activité. Les équipes de PlaNet Finance accompagnent les porteurs de projet grâce à deux dispositifs : “Entreprendre en banlieue” (accompagnement à la création) et “FinanCités” (financement).

Sur la seule année 2013, PlaNet Finance France a obtenu des résultats plus qu’encourageants sur le programme « Entreprendre en banlieue, note l’association : 5 antennes locales ont été créées (les «PlaNet Adam» = Associations de détection et d’accompagnement des micro-entrepreneurs), portant le total à 17 dans toute la France; 14 502 personnes sensibilisées (1er contact établi); 2 269 personnes accueillies dans les antennes locales, et 518 entreprises créées (taux de pérennité à 3 ans pour 80% d’entre elles).

Deux entrepreneurs à l’honneur

Deux entrepreneurs français accompagnés dans le cadre du programme «Entreprendre en banlieue» se sont fait remarquer en 2013 : Fethi Hakkar, inventeur d’un jus de datte à Vénissieux et Samir Habsi, qui fabrique des fougasses dans le Var. Ils ont respectivement reçu le Prix Entrepreneuriat Manuel en France et le Prix Innovation & Entrepreneuriat en France lors de la 6ème édition des International Microentrepreneurship Awards, qui s’est déroulée en décembre dernier à Paris.

Fethi Hakkar (27 ans) s’est lancé très jeune dans l’entrepreneuriat en décrochant à Vénissieux dans la banlieue de Lyon un contrat d’exclusivité pour la vente de jus de fruits. Il perd ensuite ce contrat et enchaîne les petits boulots pendant plus d’un an avant de décider de se lancer à nouveau dans l’aventure entrepreneuriale. Fort de son expérience dans la vente de jus de fruits, il se met à la recherche d’un produit unique et se rend alors compte qu’il n’existe aucun jus de datte commercialisable. Il lui faudra plus d’un an pour mettre au point sa recette de jus de fruit et trouver un fournisseur de dattes et un producteur de jus. En juin 2013, c’est l’aboutissement de son projet : il lance son produit, “Like Dat’”, dont la devise « Believe in your dreams » rend hommage à sa persévérance.

De son côté, Samir Habsi a débuté à 15 ans dans la boulangerie et a grimpé un à un tous les échelons avant d’être nommé meilleur apprenti de France à 18 ans. Après plusieurs années d’expérience, il décide de se perfectionner en pâtisserie. Malheureusement, sa carrière est brutalement interrompue par un grave accident. Arrêté pendant un an et demi, il épargne dans l’idée d’ouvrir sa propre boulangerie et parvient ainsi à acheter le nécessaire pour un laboratoire de panification. Suite à une étude de marché, il décide de se spécialiser dans la confection de fougasses, produit provençal introuvable dans les boulangeries de son quartier à la Seyne-sur-Mer (Var). Succès assuré car Samir Habsi a su fidéliser sa clientèle : son rêve est désormais d’ouvrir sa propre boulangerie.



Article précédentDépasser un constat d’impuissance
Article suivantEntrepreneur : comment lever des fonds au bon moment
Sophie Lhameen
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+