Un enjeu pour le privé et le public

L’Etat et les entreprises publiques sont en général les premiers investisseurs, et donc les premiers donneurs d’ordres. Considérés comme la locomotive de l’économie grâce aux opportunités d’affaires ainsi offertes aux entreprises privées, les achats effectués par ces organismes sont variés : tous types de produits et matériels, prestations de service du nettoyage et gardiennage jusqu’aux études et conseil, réalisation de grands projets : autoroutes,  stades,  barrages…etc. Mieux encore, l’impact des achats, au-delà de la qualité des produits achetés ou des prestations réalisées, touche l’environnement général des affaires du pays et surtout la qualité et le confort de vie des citoyens. La sécurité des pratiques reste un point problématique dans la gestion des achats publics ; “Favoritisme, corruption, et prise illégale d’intérêt” menacent leur transparence et leur efficacité. Afin de les sécuriser, l’achat par Appel d’Offre dans les institutions publiques.est devenu la règle, voire le garant de la performance.
Pour approfondir le sujet L’achat, une fonction stratégique de l’entreprise

Les avantages de l’appel d’offre

Un appel d’offre peut être ouvert et public, dans la mesure où toute entreprise du domaine peut participer en soumettant son offre pendant les séances d’ouverture, ou restreint à un nombre limité de fournisseurs initialement pré-qualifiés. Le recours à cette méthode se justifie car elle stimule la compétition, et se traduit par des achats réalisés avec le meilleur rapport qualité-prix. En plus de cet intérêt économique, l’appel d’offre donne aux PME des opportunités d’affaires et de développement, et garantit un minimum de transparence, si, bien évidemment, le cahier des charges n’est pas taillé sur mesure pour permettre de retenir d’avance une entreprise bien ciblée.

La face cachée des appels d’offres

La qualité des prestations sous-traitées passe à travers la sélection d’un fournisseur aux  compétences reconnues dans son domaine d’expertise. Toutefois, l’appel d’offre peut constituer une barrière pour la sélection de certains à cause de leur réticence, compte tenu du budget à  engager pour la préparation de l’offre, bien évidemment sans garantie de gain. En plus, ces fournisseurs souvent leaders dans leur domaine, ont en général assez de contrats pour se permettre un choix ciblé des clients, prenant en considération la réputation de quelques pays, ou quelques établissements, quant à la transparence des processus d’achats et au respect des délais de paiement contractuels. L’appel d’offre constitue également une barrière contre la communication client-fournisseurs : contrairement à d’autres méthodes où le fournisseur peut contribuer à l’établissement des spécifications techniques ou, au moins, proposer des améliorations, aucune communication n’est permise entre acheteur et fournisseur exception faite des demandes de clarification de certains points. Pire encore, certaines procédures considèrent non conforme toute offre incomplète pour tout  manque de document ou certificat, et ce sans prendre la peine de demander au soumissionnaire de la compléter.
Pour approfondir le sujet  Comment détecter la fraude en entreprise

Inconvénients de l’appel d’offre

Les achats par appel d’offre ont d’autres inconvénients :
– ils éliminent toute relation à long terme entre client et fournisseur si ce dernier ne trouve aucun intérêt ni motivation pour préserver la relation,
– ils ralentissent et compliquent les procédures rendant la durée de contractualisation très longue,
– ils favorisent le risque d’entente entre les fournisseurs surtout quand leur nombre est très limité,
– ils rendent difficile, en cas d’oubli ou manque de clarification dans le cahier des charges, la négociation de nouvelles conditions et détails du contrat une fois celui-ci établi,
– en cas de problème, la responsabilité est dissipée entre la Commission de jugement et l’Acheteur.

Compte tenu de ces avantages et de ces inconvénients, le choix entre la négociation et les appels d’offres reste un point de débat. Cela dépend de la complexité du produit, du type de l’industrie, de la durée du contrat, de l’intégrité de l’acheteur et surtout des convictions du Top Management qui parfois préfère la transparence à l’efficacité des achats.
Pour approfondir le sujet  Achat des matières premières : risque ou opportunité?



Article précédentLes meilleures citations d’André Malraux
Article suivantCadre à mi-carrière, c’est votre semaine Apec! On en profite.
Zakariyae Tajani, contributeur expert, Casablanca
Titulaire d’un Diplôme d’Ingénieur d’Etat, d’un Master de l’ENSAM France et d’un MBA de l’Ecole des Ponts et Chaussées, Zakariyae TAJANI a fait des achats non seulement un domaine d'expertise, mais une vraie passion. En effet, après avoir occupé le poste d’Ingénieur mécanicien au sein d’une Centrale Thermique de production de l’électricité, il a commencé sa carrière dans le domaine des Achats à travers le poste de Responsable du Bureau des Méthodes, dans la même Centrale, où il était en charge de la préparation de la maintenance et l’achat de tout le matériel et les prestations de service nécessaires à cet effet. Son expérience dans les achats a été complétée à travers le poste de Responsable d’Achat des combustibles ; sa mission était d’approvisionner les Centrales thermiques par le combustible (charbon, gaz naturel et fioul lourd).