Le numérique métamorphose les manières de consommer et de faire des affaires. Si votre entreprise ne vise qu’à s’ajuster, elle ne survivra pas. Il est impératif de transformer vos façons d’agir, et la seule façon d’y arriver est primo de changer votre style de management.  

Le numérique régit maintenant les activités socio-économiques

La numérisation est la conversion de l’information : texte, image, son, vidéo, savoir, etc. en nombres, pouvant ainsi être entreposée, traitée et échangée via des supports informatiques. Elle est devenue un phénomène sociétal mondial grâce à l’accessibilité de l’Internet, maintenant même mobile, combinée à la miniaturisation, la sophistication et la convivialité des nouveaux et multiples moyens de communication.

Ainsi les téléphones intelligents, tablettes, objets connectés, réseaux sociaux, etc. ont propulsé la diffusion et l’échange de connaissances. On est passé de l’intelligence artificielle, aux mégadonnées, à la réalité virtuelle et plus bientôt. Le numérique régit déjà une part considérable des activités socio-économiques. Il a radicalement changé les habitudes de vie, les interactions humaines, la manière de consommer et même d’être citoyen.

Dans ce contexte, les entreprises qui survivent et les États performants choisissent de se transformer plutôt que simplement s’ajuster. En effet, il ne faut surtout pas se limiter à fournir les plus récents gadgets technologiques au personnel, mettre en place des robots conversationnels ou une interface de programmation d’applications (API). Il est crucial d’aller plus en profondeur en réinventant la culture organisationnelle, la gouvernance et même la façon de créer de la valeur.
Lecture associée Management stratégique et complexité exigent des lunettes particulières pour vraiment mobiliser

La réussite de la transformation numérique repose sur l’intelligence collective pour  avancer vers un but commun

Pour votre entreprise, cela passe indubitablement par un changement fondamental du modèle d’affaires et des processus pour la rendre plus agile. Les interactions traditionnelles avec la clientèle disparaissent au profit d’expériences numériques optimisées. Comment y arriver si on continue de fonctionner en silo? Plus grave encore, comment recruter et motiver la cruciale élite des talents milléniaux, habitués d’interagir en mode 2.0 ?

En ce qui concerne les États, les citoyens exigent au moins autant d’agilité que les entreprises, notamment qu’ils s’adaptent à leurs comportements, et non l’inverse. Leur transformation vise donc à améliorer l’efficience et la transparence, afin d’offrir des services publics plus intuitifs et facilement accessibles n’importe où, n’importe quand.

Par conséquent, la réussite de toute transformation numérique repose essentiellement sur l’intelligence collective, c’est-à-dire les connaissances et la réflexion de toutes les parties prenantes pour avancer vers un but commun. À l’évidence, cela passe par un changement du style traditionnel de management. Plus important encore, cette métamorphose doit se faire en premier.
Lecture associée Complexité et transformation du management

Un leadership collectif, distribué entre ceux qui ont le désir, la compétence et la capacité d’agir

Pour avoir la moindre chance de réussir, la transformation numérique doit reposer sur un style de management qui habilite les talents et co‑construit ce changement radical avec eux. La bonne nouvelle est que les initiatives pour le promouvoir et l’implanter ont déjà commencé[1]. La moins bonne est que le management traditionnel est encore bien loin de disparaître. De plus, comme le montre le Graphique 1, les caractéristiques de ce management en devenir sont radicalement différentes de celui en déclin.

D’emblée, il faut souligner qu’il s’agit de tendre vers les attributs du management en devenir et non pas systématiquement condamner et rejeter tout comportement qui ne s’y conforme pas intégralement. À la base, c’est un style où le leadership repose sur la vision et la démocratie plutôt que l’autorité et la hiérarchie. Pour ce faire, des espaces de brainstorming, de débats d’idées et de prises de décisions existent rendant possible la co-construction de la réalité du terrain.

C’est donc un leadership collectif, distribué entre ceux ayant le désir, la compétence et la capacité d’agir. C’est un style qui inspire et habilite les talents, en privilégiant la confiance et l’écoute active. Cela passe évidemment par la diffusion d’une information transparente et une communication fluide.
Lecture associée La gouvernance du futur pour votre entreprise

Le management en devenir qui facilite, coopère et crée une communauté

Dans le management en devenir, il ne s’agit plus de diriger, sanctionner et récompenser, mais bien de faciliter, coopérer et créer une communauté. Au lieu de critiquer et évaluer, le leader habilite, accompagne et développe une imputabilité collective parmi les talents. Relativement aux structures, la pyramide, les silos et la hiérarchie font place à la transversalité, aux réseaux et la coconstruction. C’est le seul moyen pour développer un modèle d’affaires et des processus agiles, de même que des produits et services s’adaptant constamment à l’évolution rapide des besoins de la clientèle et des citoyens.

Finalement, pour le suivi des opérations, les objectifs, le contrôle, l’évaluation et la discipline sont respectivement remplacés par l’intelligence collective, la collaboration, l’innovation et l’accompagnement. Ainsi, l’expérimentation est encouragée puis du temps est alloué pour repenser les processus et créer de meilleurs produits et services. Cela est crucial pour développer une organisation agile qui priorise la réponse aux changements sociétaux plutôt que le suivi d’un plan.

À vous maintenant d’évaluer où vous en êtes dans l’implantation du management en devenir. Dès lors, vous saurez vos chances de réussir l’incontournable transformation numérique.
[1] Un exemple dans le guide : Les problèmes organisationnels : formulation et résolution