Le séminaire : un outil de management

Le mot séminaire vient du latin seminarium, qui signifiait « pépinière ». La religion catholique distingue le grand séminaire –  institution et lieu de formation des prêtres –  et  le petit séminaire – collège ou lycée qui forme des futurs séminaristes du grand séminaire. Mais grand ou petit, il existe un séminaire œcuménique, c’est celui de l’entreprise. Réunion de travail intellectuel en petit groupe pour enseigner, il a été colonisé par le monde de l’entreprise sous des formes  variées : lieux touristiques, à  l’étranger, une demi-journée, une semaine, des formes studieuses ou ludiques, de compétition…

Les choix sont immenses: 1001 salles. D’une manière générale se pratiquent des séminaires de motivation ou team building, sous forme de challenges, de récompense axés sur une activité de prestige, de célébration  ou de fête, convention annuelle. On part du principe que ces réunions sont faites pour gérer le capital humain, créer de la cohésion d’équipe, la renforcer ou stimuler les collaborateurs.

Toutes les formes se rencontrent :  voyage, activités sportives ou ludiques, sports extrêmes – parachutisme, saut à l’élastique – , voyages exotiques, raids, sports mécaniques, courses au trésor ou d’orientation, accrobranches,  stages commandos…Les séminaires intéressent les entreprises car ils génèrent des échanges, créer du lien, font faire connaissance entre salariés.

Un investissement sur le capital humain

En période de crise, le séminaire devient un investissement. Les entreprises ont moins de moyens en ce moment. Faire  un séminaire revient  à investir sur l’avenir. On ne part plus au bout du monde mais on se réunit.

On investit dans le capital humain et avant de se lancer on se pose les questions essentielles pour cet investissement soit rentable. Taille du séminaire, nombre des participants,  thème à choisir, budget à prévoir… Plus que jamais en période de crise, où les affaires sont difficiles, où les collaborateurs peuvent de se démobiliser, le séminaire est utile. Il représente un temps fort, une rupture dans les habitudes, une occasion de se montrer, de marquer des points… Attention il peut devenir un piège et écourter une carrière.

Sous des aspects cools, le cadre doit garder une bonne maîtrise de soi. Les soirées se transforment en événements à risque, boire quelques verres après le dîner rapproche, mais peut casser une relation si les langues se délient trop « in vino veritas ».  En ces temps d’individualisme et de doute, le séminaire permet de soigner son réseau, créer un sentiment d’appartenance, partager des valeurs de l’entreprise comme le développement durable ou l’éco-conception, et donner du sens au travail de chacun dans le cadre d’une politique commune.