Selon une étude menée par le cabinet Ernst & Young* auprès de 550 DAF (directeurs administratifs et financiers) et DRH (directeurs des ressources humaines), 80% d’entre eux déclarent collaborer de manière plus étroite ces 3 dernières années, ce qui contribue à la performance de l’entreprise. Pourtant, les DAF et les DRH ont une vision différente du capital humain : pour les premiers, il est généralement considéré comme un coût, pour les deuxièmes, il est au contraire perçu comme un investissement. Détails de cette étude.

4 raisons pour lesquelles les DAF et les DRH doivent plus travailler ensemble

Il existe, selon E&Y, 4 raisons pour lesquelles la collaboration entre DAF et DRH s’est accentuée au cours des 3 dernières années :
Une réponse à la rareté des talents et à l’augmentation des coûts du travail. De plus en plus, les entreprises ont besoin de mieux comprendre le rapport entre le coût et la performance, particulièrement dans les marchés matures ou en fort développement où il devient nécessaire d’identifier, de sécuriser et de développer les meilleurs talents.
– Une hiérarchie plus sensible aux RH. Les DRH ont été pendant longtemps relégués à une simple fonction de support, ce n’est plus le cas désormais. Ceux-ci ont désormais leur place dans les comités stratégiques des entreprises.

– S’adapter à des changements rapides. Dans un environnement des affaires qui ne cesse d’évoluer, il faut savoir s’adapter le plus rapidement possible. L’association entre DAF et DRH permet d’aller vite pour proposer de nouveaux produits et services en tenant compte de l’impact humain et financiers de ces changements.
– Inventer de nouveaux business model. Dans le cadre d’un processus de constante amélioration de leur efficacité, les entreprises sont à la recherche de nouveaux business model qui leur permettent d’améliorer leur rentabilité. Il faut par exemple choisir d’externaliser ou pas certaines tâches, bref bâtir un modèle économique global qui tienne compte des complications financières comme humaines d’un tel dispositif.

Les résultats sont déjà là

Les résultats de la plus grande coopération entre DAF et DRH sont tangibles : 63% des répondants du sondage E&Y affirment que la transformation des fonctions RH et Finance est un moteur déterminant de performance, et 70% estiment que le choix de l’ERP est un levier de performance RH / Finance. Parmi les entreprises qui ont mis en place une forte collaboration DAF-DRH, 41% ont vu leur EBITDA (Earnings before Interest, Depreciation and Amortization) augmenter de 10% dans les 12 derniers mois et 44% ont connu un plus fort engagement de leurs employés (contre 9% pour les autres entreprises).

Enfin, 43% ont connu une amélioration de la productivité de leurs employés (contre 10% pour les autres entreprises). Autres avantages de la coopération accrue entre DAF et DRH : une meilleure intégration entre les deux équipes au travers des process, des technologies et des systèmes. En ce qui concerne la planification stratégique, les personnes sondées par E&Y voient l’implication des DAF augmenter. De leur côté, les DRH vont plus utiliser l’analytique pour mieux comprendre la force de travail de leur entreprise. Ils seront également plus performants pour identifier et suivre des indicateurs RH. Les entreprises les plus performantes passent 50% de temps en plus que les autres à développer les relations entre DAF et DRH.

* Etude Partnering for performance



Article précédentBNP Paribas : 6.5 milliards € d’amende !
Article suivantEntreprises, utilisez l’huissier de justice !
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+