Décryptage par Guillaume Déderen

L’une des caractéristiques fondamentales de la crise, c’est la prolifération subite des avis, opinions, remarques, conseils, recommandations, notules, etc., des gens qui n’y connaissent rien (tendance amplifiée depuis quelques années par les réseaux sociaux, transformés en cafés du commerce tentaculaires, où se retrouvent tous ceux qui appliquent le principe ontologique : « c’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule »).

Cet afflux brutal de branques est excellemment résumé par Ginette Leclerc dans Le Cave se rebiffe : « Dire qu’il suffit de mettre un gigot au four pour voir s’amener les emmerdeurs ! ».

Le travail du manager est donc triple : simultanément, il doit gérer la crise, rester stoïque face à l’amoncellement de stupidités déversées tout autour de lui, et surveiller que les « emmerdeurs » audiardiens ne dépassent pas les bornes de la désinformation et du délire. Et ce n’est pas la moindre affaire des préposés à la communication de crise que de tenir tout ce petit monde en rênes courtes…
Lecture connexe  Les meilleures citations de Michel Audiard

Michel Audiard, 1920-1985, dialoguiste, scénariste et réalisateur de cinéma

MIchel Audiard. Crédit : Babelio.com
MIchel Audiard. Crédit : Babelio.com

Ses dialogues témoignent de l’irrévérence des années 1960 et de la gouaille du parisien. Il est le père du scénariste et réalisateur Jacques Audiard, récompensé aux César du cinéma et par la Palme d’or du Festival de Cannes 2015. 
Scénariste et dialoguiste : Les Trois Mousquetaires, L’Ennemi public numéro un, Le rouge est mis, Retour de manivelle, Maigret tend un piège, Les Misérables, Les Grandes Familles, Archimède le clochard, Maigret et l’affaire Saint-Fiacre, Les Vieux de la vieille, Un taxi pour Tobrouk,  Le Président, Le cave se rebiffe, Un singe en hiver, Mélodie en sous-sol, Les Tontons flingueurs, Cent mille dollars au soleil, Les Barbouzes, La Métamorphose des cloportes, Ne nous fâchons pas, Tendre Voyou, la Grande Sauterelle et Le Pacha, Mort d’un pourri et Flic ou voyou, Les Égouts du paradis, Le Professionnel, Garde à vue, On ne meurt que deux fois, La Cage aux folles.
Réalisateur : Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause !, Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques, Elle cause plus… elle flingue, Comment réussir quand on est con et pleurnichard, Bons baisers à lundi. Abonnez-vous maintenant en 2 clics
Vous aimerez aussi  Le management selon Michel Audiard, le dialoguiste n°1 du cinéma français
Pour vous procurer le livre cliquez sur 
Le management selon Audiard



Article précédentDouzaleur, la marque running qui court décalé
Article suivantComment j’ai aidé une entreprise régionale à devenir un leader européen
Guillaume Déderen, Maître des requêtes au Conseil d'Etat, Paris
ENA, Maître des requêtes au Conseil d'Etat, depuis décembre 2018, conseiller de l’ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne, de 2013 à 2018 conseiller juridique du Gouvernement et de la cour suprême administrative, en tant que rapporteur de projets de lois et de décrets et magistrat. Chef du Département Risques et Crises à l’INHESJ, Premier Ministre (2012-2013); chef du bureau d'expertise des risques majeurs au Ministère de l'intérieur au sein de la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (2009-2011); sous-préfet, secrétaire général adjoint de la préfecture du Nord ; attaché d'ambassade en Ukraine ; éducateur de jeunes en difficulté à l’Orphelins Apprentis d'Auteuil (1997-2001) ; Professeur de lettres (1992-1996) à Sartrouville. Il a publié « La Beauté sur les genoux. Détours carnavalesques dans "Une saison en enfer" d'Arthur Rimbaud » Parade sauvage. Revue d'études rimbaldiennes (n° 25) - Classiques Garnier (2015) ; « Dictionnaire Rimbaud » Classiques Garnier 2015, et « Gérer une crise avec Michel Audiard : petit guide pour managers dans la mouise » Les Editions du Net (2015)