De l’art de poser
les bonnes questions

Le plus souvent vous posez des questions ouvertes du type « Quelles sont vos plus grandes forces et faiblesses ? » ou « Que voulez-vous faire dans cinq ans ? » ou encore «Qu’est-ce qui vous motive ? ». Avec plus d’habitude des entretiens, vos questions porteront sur le comportement comme « Parlez-moi d’une occasion où vous avez réussi ….» En général vous pesez une question puis passez à une autre. La méthode est insatisfaisante surtout si vous entendez ce que vous vouliez entendre. En réalité, vous n’avez rien appris sur l’autre. Deux principales raisons expliquent ce résultat en trompe-l’œil. Vous ne faites pas suffisamment attention à ce qu’il a dit, à la façon de répondre à la question initiale, et de construire sa réponse. Très souvent vous hésitez à questionner plus avant de crainte de l’offenser, alors que vous pouvez être poli tout en restant et exigent. Bien écouter vous fait découvrir ce que vous voulez apprendre.
Pour approfondir le sujet Questions à poser en entretien de recrutement

1 – Reposer
la même question différemment

N’hésitez pas à poser la même question. Si dans sa réponse il dévie du sujet ou ne vous donne pas une vraie réponse, reprenez-la par : « Permettez-moi de vous poser d’une autre façon …». C’est efficace. Vous lui indiquez ainsi que vous ne décrochez pas, et sous-entendez que votre question initiale n’était pas assez claire. Vous avez ainsi plus de probabilité d’obtenir une vraie réponse qui aidera à  comprendre son comportement. Si vous changez la façon de formuler la question, veillez bien à poser la même question mais d’une autre manière.

2 – Relier une réponse
à une précédente réponse

Pour mieux comprendre un candidat, mieux vaut relier sa réponse à quelque chose qu’il a dit plus tôt. Il ne s’agit pas de piéger, mais plutôt de relier les ses propos entre eux. Vous pouvez lui demander ” Au moment où vous disiez…? » ou « Est-ce ce que vous avez dit … toute à l’heure ? ” Cela vous permet de mieux le comprendre, et lui indiquez que vous êtes vraiment à l’écoute. Cela fait lui fait appréhender la cohérence ou l’incohérence de qu’il a dit, et lui donne l’opportunité de se corriger ou de s’expliquer sur cette contradiction. Au fil de l’entretien, à vous de faire des recoupements et des synthèses intermédiaires de ce qu’il vous dit. Il ne s’agit pas de le harceler de questions précises ou de vérifications méticuleuses, mais de lui demander une meilleure explication, pour faire une synthèse cohérente de ses propos. Vous devez synthétiser plutôt qu’interroger.
A lire aussi Pourquoi faut-il recruter surtout du potentiel

3 – Se renseigner
sur
les conséquences des réponses

Quand à une question précise vous n’ obtenez pas une réponse explicite, ou pas très sûre, du type d’une affirmation comme «Je suis un perfectionniste» ou «Je travaille trop dur.»  plutôt que d’en rester là, cherchez à vraiment le comprendre vraiment en l’interrogeant sur les conséquences de sa réponse. Au perfectionniste auto-proclamé demandez de préciser comment son perfectionnisme se traduit dans les faits, ou bien quelles conséquences cela engendre ? Au travailleur acharné demandez comment cela peut s’exprimer   concrètement en heures de travail, en périmètre de responsabilité, en nombre de personnes encadrées, en chiffre d’affaires réalisé…. Et continuer de poser des questions d’explication jusqu’à ce que vous soyez satisfait. En agissant ainsi, vous crédibilisez votre démarche, montrez que vous êtes vraiment intéressé, que le sujet est important pour vous et voulez vraiment le comprendre.
A lire aussi Comment recruter sans dépenser une fortune

4 – Questions ouvertes ou  fermées

La question fermée est celle à laquelle il peut être répondu par un «oui» ou «non», alors que l’ouverte nécessite réflexion et explications. La fermée n’est pas toujours une simple question à laquelle n’importe qui peut rapidement répondre, si elle porte sur un sujet technique qui exige un niveau de connaissances.
Exemples de questions fermées :
Vous sentez-vous mieux l’homme de la situation ?
Avez-vous un master de gestion ?
Etes-vous en poste en ce moment ?
Avez-vous travaillé en Chine ?
Avez-vous terminé votre réponse ?
Étiez-vous décidé à accepter ce poste ?
Dois-je vous expliquer encore votre mission ?
Pouvez-vous vous engager maintenant ?
Connaissez-vous la comptabilité anglo-saxonne ?
Est-ce que vous êtes heureux dans votre travail ?
Avez-vous plus de 10 ans dans le marketing ?
Avez-vous déjà animé une équipe ?
Avez-vous terminé votre réponse ?
Exemples de questions ouvertes:
Quels sont les compétences que vous avez acquises à ce jour ?
Que prévoyez-vous comme évolution professionnelle dans les 2 ans ?
Comment avez-vous réussi dans votre précédente fonction ?
Quel est votre meilleur souvenir professionnel ?
Comment allez-vous aider notre entreprise si vous êtes engagé ?
Quelle expérience avez-vous du management des hommes ?
Comment avez-vous trouvé votre précédent job ?
Comment allez-vous vous organiser dans votre poste?
Quelles sont les valeurs auxquelles vous tenez ?
Pour quelles raisons refuseriez-vous une offre de ma part ?
Avez-vous des points à préciser que nous n’avons pas assez abordés ?
Questions fermées/semi-ouvertes
La fermée, résolue en un seul mot ou une phrase très courte, peut être transformée en une ouverte pour poursuivre l’échange:
Quel est le poste préféré de votre parcours, et pourquoi ?
Comment avez-vous trouvé votre premier emploi ?
Que retenez vous de bénéfique de vos études  ?
Comment vos talents et qualités peuvent aider notre société ?
Quelles moments de votre travail vous apportent le plus de satisfaction ?
Pourquoi avez-vous décidé de changer de métier ?
Aimez-vous animer une équipe, et pourquoi ?
Avez-vous affronter des conflits et comment les réglez-vous ?