Selon une étude intitulée « les Français et le stress » menée par OpinionWay en mai 2019, 38 % des salariés considèrent que leur travail les a rendu malheureux au cours des 6 derniers mois. Principaux responsables : l’encadrement et la charge de travail. Selon une autre étude d’ADP (Automatic Data Processing), les Français demeurent même parmi les salariés les plus stressés, avec pratiquement 1 répondant sur 5 (19 %) qui subit un stress quotidien au travail. Mais quelle est la cause de ce stress au travail et quels sont les moyens d’y remédier ?

Stress au travail : une question de machisme

Les outils collaboratifs ont bouleversé la manière de coopérer au travail, au détriment parfois d’une dimension essentielle au bien-être. Trop souvent, les comportements qui ne favorisent pas un équilibre vie-travail sain sont mis en avant. Travailler de longues heures, être disponible 24h / 24 et 7j/7 et ne jamais éteindre le téléphone sont devenus des normes de travail culturelles bien établies ces dernières années.
Des entrepreneurs connus comme Elon Musk représentent un exemple à suivre.  Cependant l’homme d’affaires charismatique s’est récemment retiré d’une routine épuisante de 120 heures par semaine le laissant « dans un était d‘épuisement total » et comme s’il « perdait un tas de neurones ». Au lieu de cela, il a adopté une formule « plus durable » en passant de 80 à 90 heures par semaine, qui lui permettra de travailler entre 11 et 18 heures par jour, selon qu’il prenne ou non le week-end pour se ressourcer et se reposer.
Ne pas planifier la prise de congés est un autre comportement toxique qui alimente le stress au travail. Malgré le « droit à la déconnexion » instauré par la loi, un grand nombre de salariés français restent connectés à leur travail pendant les vacances, notamment via leur messagerie professionnelle. Un moyen pour eux de se rassurer et d’anticiper le retour au travail.
Une tendance que confirme l’étude de l’agence d’intérim Qapa. Courant juin, une majorité de 62% déclarait ainsi « continuer à répondre à leurs appels ou bien à leurs emails professionnels pendant leur période de congés ». Un autre point que soulève cette même étude est la banalisation du phénomène. Loin de juger leur comportement marginal, 52 % des interrogés pensent que leurs collègues sont tout aussi connectés. À croire que l’hyperconnectivité est devenue une norme.
Pourtant, travailler de longues heures n’est pas toujours synonyme de productivité. En effet, cela peut indiquer qu’il existe des problèmes dans la gestion de la charge de travail et la capacité à déléguer.

La sur-communication : un facteur de stress

L’utilisation professionnelle d’internet et de la téléphonie mobile a totalement chamboulé les pratiques de communication dans le monde du travail en floutant la frontière pourtant nette entre vie privée et vie professionnelle et en sur-sollicitant les salariés. Il est difficile de gérer un déluge quotidien de messages sur une multitude de canaux digitaux. Tout cela s’accumule à un défi multitâche, en particulier si l’on considère que l’employé moyen reçoit plus de 600 emails par semaine. Beaucoup parmi les français ont désormais pris l’habitude de vérifier leurs smartphones en permanence. C’est un fardeau digital qui fait monter l’hormone du stress, altère la concentration, perturbe le sommeil et est une source majeure d’anxiété.

Le bien-être des employés, une responsabilité d’entreprise

Malgré l’augmentation du stress au travail, de nombreuses entreprises n’accordent toujours pas suffisamment d’attention au bien-être des employés. Selon une étude IFOP pour RH Securex, les arrêts de travail pour des raisons étrangères aux congés sont en hausse de deux points depuis un an. En 2018, 16 % des salariés en ont notamment sollicité pour des raisons autres que la santé, notamment une absence de motivation ou une « fatigue mentale » liées au travail.
Les chefs d’entreprise, du conseil d’administration, sont responsables de l’évaluation de la conception des charges de travail, d’un soutien moral et de ressources adéquates aidant les employés à réduire le stress.
Les responsables hiérarchiques ont un rôle particulièrement crucial à jouer et sont contactés en premier par leurs employés en cas de situation stressante. Ils sont à même de savoir que les membres de leurs équipes consacrent un nombre d’heures excessif à leur travail ou ne parviennent pas à prendre leur congé dans sa totalité.
Les managers quant à eux doivent être capables de détecter les premiers signes de stress chez les employés ceux-ci peuvent inclure le manque de concentration, l’irritabilité ou des larmes. Dans ce cas ils prennent des mesures nécessaires pour déclencher un dialogue avec les ressources humaines.

Éliminer les tabous

La mise en place d’une culture du travail où la pression permanente est perçue comme une situation normale pour obtenir une promotion, conduira à l’épuisement des talents, de l’atelier à la salle de conférence. Les entreprises les plus progressistes, reconnaissent le fait que les employés puissent discuter de leurs problèmes de stress au travail. Au lieu de caractériser le stress comme quelque chose d’associé à la faiblesse, ils mettent en place des protocoles de bien-être au travail incluant des ressources, des conseils et une formation permettant de réduire l’absentéisme lié au stress et l’augmentation de la productivité.
Au cours des dernières années, nous avons assisté à l’émergence de « héros du bien-être au travail, » comme António Horta-Osória, PDG de Lloyds Banking Group, qui a expliqué ouvertement que le stress combiné à un travail sans relâche pour transformer la situation de son entreprise s’était fait au détriment de son esprit et de sa santé.
La charge morale de la rentabilité de la société et le travail de milliers d’employés ont fait monter en flèche son stress et son anxiété. Le manque de sommeil s’est installé et l’épuisement professionnel a rapidement suivi. Ce fut une expérience intense qui a redéfini ses priorités en matière de gestion et placé le bien-être au premier rang des priorités de la société chez Lloyds.

Augmenter le niveau de bien-être au travail n’a pas seulement un impact positif sur le plan commercial d’un point de vue productif. Il renforce également la marque employeur lorsqu’il s’agit de recruter et de conserver les meilleurs talents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.