Une démarche aux origines canadiennes, basée sur l’échange de pratiques, l’entraide et l’intelligence collective, conçue et développée par Claude Champagne et Adrien Payette, deux Canadiens, qui en donnent la définition suivante : « Un groupe de codéveloppement est un groupe de personnes qui veulent améliorer leur pratique professionnelle, quelle qu’elle soit, et qui s’entraident dans ce sens, car elles croient pouvoir apprendre les unes des autres » L’objectif est d’apprendre au contact des autres, développer son identité professionnelle et améliorer sa pratique par l’expérience, l’échange, l’action et l’expérimentation, en prenant en compte la dynamique de groupe. Focus sur le codéveloppement par une experte.

Une alternative à la formation classique

Cette approche très pragmatique, ici, pas ou peu de théorie, l’animateur n’est pas le « sachant » du groupe, simplement le garant du cadre, du bon déroulé des interactions et du processus. Il guide le groupe à pratiquer une forme de coaching au service du client. Tous les sujets traités sont apportés par les participants et issus de leurs difficultés, préoccupations et projets concrets, vécus au quotidien, et sur lesquels ils souhaitent prendre du recul pour être plus efficaces. Les participants sont d’autant plus motivés à être dans l’action et la résolution de leurs problèmes que l’on parle d’eux.

Plusieurs groupes poursuivant des objectifs variés peuvent être constitués, reliant des objectifs individuels et collectifs : des managers pour développer leur pratique, leur posture, une équipe projet pour favoriser la coopération, une équipe intergénérationnelle pour resserrer les liens, des entrepreneurs pour sortir de leur isolement et partager leurs problématiques de dirigeant, etc…

Bien qu’à l’origine il s’agisse de groupes de pairs, des groupes hétérogènes, mixant les métiers, les profils, l’ancienneté, les secteurs d’activité peuvent également se constituer, avec pour objectif commun leur auto-développement et la constitution d’un réseau d’entraide, en capitalisant sur la diversité.

A quoi ressemble une séance de codéveloppement ?

Un groupe de codéveloppement, constitué de 5 à 8 personnes, se réunit dans la durée (6 mois minimum), à raison d’une fois par mois, pour des séances de 3h environ. A chaque séance, le groupe se met d’accord pour traiter le sujet d’une personne, qui devient « cliente » du jour. Les autres jouent le rôle de consultants et l’aident à progresser, selon un exercice structuré de consultation en 6 étapes, encadré par un animateur.  Chaque étape a son importance  et permet au client d’avancer, s’exprimer, prendre du recul, clarifier sa situation, formuler une demande d’aide au groupe, écouter, réfléchir, changer de cadre de référence, agir.
A lire aussi  Le codéveloppement au cœur de l’efficacité du manager

Pourquoi le codéveloppement est-il si efficace ?

C’est un outil très puissant, en quelques heures, il permet des avancées significatives, et ce pour plusieurs raisons :

  • la méthode structurée et l’animateur libèrent le groupe qui avance progressivement, en toute confiance
  • le climat de bienveillance est propice à l’échange, à la transparence
  • le client est plongé dans la réflexion et dans l’action
  • le partage d’expériences permet prises de recul et apprentissages que la théorie n’apporte pas
  • le codéveloppement s’intéresse avant tout à la relation qu’entretient la personne avec sa situation en s’exprimant sur ses difficultés, le client fait un pas en avant dans son développement
  • la méthode permet de penser « out of the box » et développer sa créativité.

Pourquoi un tel succès auprès de ceux qui se lancent dans l’aventure codéveloppement ?

Les règles du jeu sont simples. Chacun est acteur tout de suite, dès la première séance. C’est une bouffée d’oxygène, un espace où l’on prend enfin le temps de se poser, s’exprimer, écouter, ’être écouté, sans se sentir jugé ni critiqué.  Chacun trouve sa place, prend la parole à tour de rôle, dans un respect mutuel. Tous les avis sont importants, et les divergences acceptées, voire recommandées et appréciées car utiles au client.

Il s’agit d’un formidable exercice d’humilité, où l’on se dévoile aux autres, parle de ses difficultés et accepte d’aider et de se faire aider. Et pour ne rien gâcher, la mayonnaise prend très vite entre les participants, des liens se développent naturellement, avec un esprit d’entraide et de solidarité, qui se poursuit souvent au-delà des séances.
A lire du même expert  Reverse mentoring : quand la génération Y coache ses dirigeants

Une méthode gagnante pour tous

Le client progresse, prend du recul sur sa situation, creuse sa problématique, multiplie les perspectives, trouve de nouvelles solutions, fait un tri de tout ce qu’il a reçu afin de mettre en place un plan d’action concret, motivant et réaliste. Les consultants apprennent à écouter, questionner, aider, attendre avant de se précipiter sur les conseils, accepter des pratiques et avis différents des leurs et se centrer sur le client. Le groupe s’enrichit, chacun apprend à donner et recevoir, interagir en bonne intelligence.

Les valeurs véhiculées par cette approche se répandent et se généralisent en dehors du groupe, d’où l’intérêt pour une entreprise de le proposer à ses équipes, pour initier de profonds changements de comportements, créer une culture de coopération et ainsi aller vers plus de performance.  Le codéveloppement se vit, se pratique, alors si l’aventure vous tente, Make Things Happen !
A lire aussi Manager, c’est créer les conditions dans lesquelles on aime travailler

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.