C’est aujourd’hui une évidence : l’engagement RSE est devenu un impératif de compétitivité pour de nombreuses entreprises afin d’accélérer leur croissance. Dans la continuité de la Loi Pacte et face aux conséquences de la crise COVID, améliorer sa productivité et ses performances, tant financières que sociales, a désormais dépassé les simples enjeux d’image et de notoriété. Si la responsabilité sociale des entreprises représente aujourd’hui un redoutable axe stratégique pour attirer et fidéliser les talents, il n’en reste pas moins que le conseil en gestion de patrimoine, proposé et offert aux salariés au sein de leur entreprise, doit être renforcé !

Depuis plusieurs années, les entreprises mettent en place des dispositifs pour proposer davantage de services à leurs collaborateurs et leur permettre ainsi de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle. Accès privilégié à des salles de sport, places en crèches, forfait de mobilité douce… les offres proposées sont multiples. Objectifs : contribuer à plus de sérénité au travail et à plus d’épanouissement social. Certaines entreprises vont même plus loin, s’inspirant de la culture anglo-saxonne plus avancée dans ce domaine, tel que le cabinet Laurens Corning qui propose à ses collaborateurs des bilans médicaux complets.

Un service supplémentaire in situ pour réduire la charge mentale des salariés

Dans un registre similaire, veiller à la santé financière et patrimoniale des collaborateurs reste un axe encore peu exploré, qui permet pourtant d’améliorer leur disponibilité et leur productivité.  Ainsi, proposer un accompagnement gratuit, in situ, pour les aider à gérer leurs finances personnelles et à anticiper les étapes charnières de leur vie : démarrage dans la vie active, union, étude des enfants, dépendance des parents, retraite, gestion de successions … est un formidable moyen de valoriser et fidéliser ses salariés. Car disons-le :  leur vie professionnelle ne leur laisse pas toujours le temps de gérer aussi bien qu’ils le souhaiteraient toutes ces problématiques personnelles !

Selon l’étude mondiale « Future of Pay » menée par l’ADP Research Institute® en 2019[1], près d’un salarié sur deux souhaite bénéficier de conseils pour la gestion de ses finances personnelles, dans le cadre de son activité et de la part de son employeur.  Il existe bien là, une demande… à laquelle peu d’entreprises répondent aujourd’hui ! Il est à parier que, d’ici à 5 ans, de plus en plus de sociétés se doteront de services supplémentaires pour accompagner leurs salariés et mettront en place des partenariats avec des acteurs du conseil en gestion de patrimoine.

S’appuyer sur l’entreprise pour éviter l’automédication financière

Ces services patrimoniaux, intégrés à l’entreprise, permettraient de pallier la difficulté des Français (et salariés) à accéder à des informations fiables sur les sujets financiers. Alors que la cellule familiale et la sphère éducative semblent délaisser l’éducation financière, les entreprises, quant à elles, tendent à endosser ce rôle de conseil. Un mouvement d’autant plus fort que les effectifs se réduisent progressivement dans les agences bancaires, et que de plus en plus de Français se tournent vers « l’automédication financière » sur le web, ce qui ne répond pas ou, très partiellement, à leurs attentes.

Concrètement, l’entreprise pourrait accueillir dans ses murs, un espace d’information dédié au conseil en stratégie d’épargne, de gestion des finances personnelles et plus globalement de sensibilisation au monde financier et ses solutions d’investissement. Le collaborateur pourrait bénéficier d’entretiens individuels avec un conseiller, au sein de son entreprise, pour établir un premier bilan patrimonial, voire un accompagnement sur le long terme. Ils pourront aussi être complétés par l’envoi d’une veille patrimoniale et par des réunions d’information ponctuelles, animées par des experts.

Un vecteur de motivation collective

Les acteurs du conseil en gestion de patrimoine semblent avoir une carte à jouer, face aux besoins de nombreuses sociétés, de leur DRH ou de leur CSE, de repenser leur lieu de travail et surtout le rôle même de l’entreprise. A eux d’aller à la rencontre des salariés, des cadres et des dirigeants d’entreprises et de développer les services personnalisés et sur-mesure. Tous ont à y gagner car, au-delà du conseil à valeur ajoutée, offrir une telle prestation sur le lieu de travail pourra constituer, à l’issue de la crise Covid, une motivation supplémentaire pour renouer avec le collectif.

[1] https://www.fr.adp.com/a-propos-adp/communiques-de-presse/pres-un-francais-sur-2-attend-de-son-entreprise-quelle-le-conseille–pour-sa-retraite.aspx




Article précédentComment le COVID a ralenti la transformation digitale des entreprises
Article suivantMade in France : alliez geste éthique et qualité !
Diplômé de sciences économiques à l’Université de Grenoble, Christian Hubert débute sa carrière dans le monde du sport (handball). À la suite de sa « retraite sportive », il rejoint le réseau UFF comme conseiller en gestion de patrimoine, puis conseiller auprès des entreprises. En 1994, il devient Directeur d’Agence à Marseille, puis Grenoble, avant de prendre, en 2002, la Direction de Région pour manager jusqu’à 12 agences. En parallèle, il s’investit en faveur de la sphère sportive professionnelle et amateur. Il devient en 2011 Directeur d’UFF Sport Conseil, entité dédiée à la gestion patrimoniale et financière des sportifs professionnels et de haut niveau, qu’il contribue à développer. En février 2020, il entre au CA du PAUC Handball (à Aix-en-Provence). Depuis 2017, il est Directeur Commercial Adjoint du réseau UFF. Il initie dès 2020 la création de Bank@Work, service d’accompagnement en gestion de patrimoine offert aux salariés des entreprises qui décident d’y recourir en partenariat avec l’UFF.