Depuis quelques années, un nouveau format d’entraide se propage. Appelé
« intelligence collective », il est fondé sur l’intelligence du groupe et privilégie la dimension collaborative. Dans cet exercice, le groupe (10 personnes maximum) se rassemble autour d’un entrepreneur « exposant » ses difficultés dans l’accomplissement de son projet professionnel pour lui permettre de déterminer de manière autonome la démarche à suivre. La valeur ajoutée de cette méthode réside dans le fait que l’exposant lui-même, grâce à l’énergie du groupe, actionne les leviers qui lui permettront de progresser sur son parcours. L’intelligence collective, une approche puissante au service des entrepreneurs.

Effet de synergie de la dynamique de groupe

Cette méthode peut se révéler particulièrement fructueuse dans le secteur de l’entreprenariat où bon nombre d’entrepreneurs se trouvent à un stade critique dans leur projet à un moment donné, et ne savent comment s’y prendre pour contourner les obstacles. Grâce à la dynamique de groupe, l’entrepreneur « exposant » est en mesure de prendre un certain recul par rapport à son projet pour pouvoir avancer, ce qui n’aurait pas été possible dans le cadre d’une démarche individuelle.
En effet, la mise en commun des ressources de chaque membre joue un rôle de premier plan dans ce processus : elle va pousser l’entrepreneur « exposant » à dépasser son niveau de questionnement individuel, donc restreint, pour embrasser un niveau supérieur.
A  lire aussi Comment valider la faisabilité de votre idée de business

Un rôle précis pour chacun dans le groupe

Le groupe est constitué de l‘exposant, un entrepreneur qui se porte volontaire pour expliquer sa situation, et des participants, qui endossent tour à tour le rôle d’écoutants actifs et d’adjuvants. Sans oublier le modérateur qui anime le groupe.

Principes acceptés par les parties prenantes

Cette méthode est basée sur des principes que toutes les parties prenantes s’engagent à respecter au début de l’exercice : la personne exposant sa problématique étant amenée à divulguer des informations sensibles sur son activité, les participants s’engagent donc à respecter la confidentialité des informations communiquées.
Ce devoir de confidentialité vaut pour tous. L’espace créé est un espace de tolérance et de bienveillance où l’égo n’a pas sa place. Le feedback donné à l’exposant n’est pas de nature directive. Les participants s’engagent à respecter leur tour de parole et leur non-prise de parole en temps voulu.
A lire aussi Réussite : de quelle intelligence avez-vous besoin ?

Les étapes qui balisent le processus

L’entrepreneur exposant présente sa problématique en temps limité en suivant les axiomes suivants :
Quel est mon projet ?
Quel est mon problème ?
Ce que je voudrais changer ?
Ce qui m’empêche de progresser ?
Les participants écoutent et s’imprègnent des informations reçues, et portent également une attention soutenue à la physionomie et à l’expression corporelle de l’exposant. A la fin de l’exposé, chacun prend à son tour la parole et exprime son ressenti par rapport aux informations fournies par l’exposant.
La personne peut réagir de deux manières : elle fait part de sa propre expérience en tant qu’entrepreneur et peut simplement apporter un regard externe sur la situation, ou elle lui pose une question. C’est à ce stade que l’effet de synergie se déploie : grâce à l’apport des participants, l’entrepreneur « exposant » bénéficie de la diversité des idées fournies par le groupe. Ces faisceaux multiples lui permettent d’atteindre un point de convergence dans sa réflexion et d’envisager sa problématique sous un angle inédit et éclairé.

Importance de la non-prise de parole

Curieusement, ce point de basculement est favorisé par la non-prise de parole. Lorsque les écoutants/adjuvants posent une question, l’entrepreneur ayant exposé sa problématique doit s’astreindre ne pas réagir verbalement. Cette renonciation consentie doit forcer la personne à réfléchir à la conduite de son projet, le but étant d’accueillir pleinement la question posée à l’image d’une substance qui irait se déposer entièrement au fond d’un récipient. Les questions posées ont ainsi un réel impact car elles s’impriment dans l’esprit de l’exposant, et sont plus à mêmes de déclencher une prise de conscience aiguisée par rapport au bien-fondé des questions qu’il se posait alors.
A lire aussi Comment prendre la meilleure décision dans votre intérêt

Un travail sur soi bénéfique et constructif

Cet exercice est indéniablement un travail sur soi, qui permet de faire évoluer sa propre perception de ses besoins. Au cours de l’exercice, après écoute et réception du feedback des participants, l’exposant est amené à se dépouiller des questions secondaires ou superflues, à les requalifier par priorité pour mieux se concentrer sur l’essentiel.
Cette remise en question constructive est fondamentale car elle lui permettra d’avancer sûrement dans la réalisation de son projet entrepreneurial.
A lire aussi Secrets pour devenir un entrepreneur prospère