Le pervers narcissique, femme ou homme, séducteur et dangereux

Très convaincant dans un entretien d’embauche, il sait hypnotiser avec brio son interlocuteur, et une fois engagé, ce malade se présente en sauveur. Son égo gonflé à bloc, il pense être le maître de la situation, sélectionne une victime bien précise, et la séduit. Très rapidement commence son travail de sape : détruire sa victime du moment psychiquement à petit feu et miner le moral des équipes. S’il occupe un poste à responsabilités, incapable de construire et d’anticiper, il freine la compétitivité de son entreprise. Sans aucun respect pour autrui ni pour la compagnie qui l’emploie, il utilise son entourage professionnel pour arriver à ses fins dans le travail, et aussi anéantir moralement sa proie.

Lecture associée : Psychopathe en costume et cravate : comment s’en protéger

Le pervers narcissique mine la productivité de l’entreprise

Il choisit sa proie sur mesure, toujours une personne généreuse, vive et à fort potentiel, et met toute une stratégie machiavélique pour jouir de sa destruction. A terme, l’entreprise dans laquelle il se trouve peut dévier sur une banalisation des actes immoraux, une communication floue ou carrément fausse ; de mauvaises décisions prises à la hâte sans concertation ni objectivité entraînent un bilan désastreux et accroissent les risques en réduisant significativement la productivité, l’entreprise étant mise en péril et des vies détruites sans que le responsable (le PN) soit inquiété.
[asa]2889152057[/asa]

14 traits qui trahissent le pervers narcissique

Malgré tous ces stratagèmes pour ne pas être pris, vous pouvez le repérer à un certain nombre de caractéristiques qui lui sont propres.

– Immature
Resté au stade infantile, il vit essentiellement dans le présent pour satisfaire des besoins qui doivent être immédiatement assouvis. Il ne supporte ni la critique ni la frustration.
– Beau-parleur
d’un énorme bagout, il est capable de capter tout un auditoire en racontant n’importe quoi.
– Narcissique
Incapable d’aimer ni d’avoir le moindre sentiment pour autrui, avec un égo surdimensionné, naturellement arrogant, il n’hésite pas à jouer les modestes pour dissimuler son caractère.
– Charismatique
On lui prête naturellement des qualités de leader car c’est un grand séducteur. Si sa proie a de l’argent, du pouvoir, du prestige, il mettra tout en action pour gagner sa confiance et mieux la duper ensuite.
–   Caméléon
Se comportant en véritable caméléon, il adapte son stratagème en fonction des personnes et des lieux qui l’entourent. Certains tombent dans ses pièges en buvant ses paroles, d’autres les percent à jour. Très communicant, il a un talent naturel pour se faire valoir, et s’attribue les qualités et les travaux de ses collègues qu’il prend soin d’écraser au passage, jusqu’à usurper le parcours professionnel d’autrui, même celui de personnes décédées. Adepte du faux curriculum vitae et des faux diplômes, il navigue de mensonge en mensonge, s’adapte – malhonnêtement – en fonction de son interlocuteur du moment. Lorsqu’il s’aperçoit qu’un collègue a compris son stratagème et qu’il risque de faire tomber son masque, il le traque.
–   Manipulateur hors pair
Il n’hésite pas un seul instant à faire culpabiliser les autres avec un aplomb déconcertant. Il tient volontairement des propos très flous pour déstabiliser son interlocuteur et éviter aussi de s’impliquer. En général il se sert d’un tiers pour tirer les ficelles et semer la discorde.
– D’une labilité logique
Il fait des erreurs de raisonnement, accorde de l’importance à certains faits qui lui sont propres et en minimisent d’autres. Son esprit pauvre comme sa mémoire se concentre uniquement sur ce qui l’arrange. Menteur né, il va sans aucun problème de contradiction en contradiction. On ne peut pas compter sur lui, tant ses promesses ne sont pas tenues. Habitué des lapsus et des actes manqués révélateurs, en cas de dommage dû à leurs faits, il minimise toujours sa responsabilité.
– Dangereux téméraire
Dépourvu de toute moralité et du sentiment de la peur, il prend plus de risques que la moyenne. Irresponsable et incapable d’anticiper, il lui est impossible d’envisager les conséquences de ses actes. De toute façon, ce n’est jamais sa faute mais celle des autres. Incapable de se projeter dans l’avenir, il vit sur l’éphémère.
– Sans remords
Il ne se sent aucunement responsable, se positionne sans hésiter en victime, et culpabilise les autres. Son bouc-émissaire, omniprésent pour lui, est selon ses dires seul responsable.
Agressif 
Il se montre très souvent agressif, menaçant, abuse des procédures juridiques, passe son temps à dire du mal des autres, à les rabaisser, les humilier et ce dans l’unique but de leur voler leur estime d’eux-mêmes.
– Aucune empathie
Incapable d’éprouver le moindre sentiment d’empathie, il se nourrit des émotions des autres, entre dans le cadre de leurs préoccupations sans vergogne et les imite pour leur faire croire qu’il éprouve, comme eux, des sentiments. Quoi qu’il arrive, il n’éprouve pas de remords.
Paranoïaque
« Tel je suis, tel je crois les autres » est la devise qui le caractérise. Il attribue aux autres ses propres malfaisances.
– Dominateur
Il veut tout contrôler, tout diriger autour de lui, s’entourant uniquement de personnes fragiles et malléables pour satisfaire ses besoins. Il traque ceux qui  lui font de l’ombre, et les éloigne sans ménagement.
Criminel prédateur
Dépourvu de toute émotion, il vampirise sa victime, la dépossède de tous ses repères pour le détruire psychiquement.  Il commet le crime parfait.

Au dirigeant d’éliminer ce terroriste de l’entreprise

Les recrutements par cooptation non encadrés doivent être proscrits, et si votre entreprise doit embaucher de nouveau collaborateur, il existe des tests empruntés à la criminologie que commencent à utiliser les recruteurs. Le plus pratiqué est l’IP9 (l’inventaire de personnalité), distribué en Suisse par l’éditeur parisien ECPA (centre de psychologie appliquée), qui mesure les traits névrotiques, hystéroïdes, obsessionnels, psychopathiques, paranoïaques et schizoïdes. Il ne s’agit donc plus seulement de sonder la personnalité d’un candidat, mais de déceler s’il est carrément dangereux. Le test B-scan mis en place par les experts Robert Hare et Paul Babiak comporte 111 points qui traquent ces personnalités à problèmes pour éviter de les embaucher. S’ils ont déjà à l’intérieur de l’entreprise, il ne faut pas céder au chantage ni aux menaces, et se séparer au plus vite de ces collaborateurs toxiques, en évitant l’injustice de licencier plus le harcelé que le harceleur.

Le harcèlement ne connaît pas la crise

Et le nombre des victimes s’accroît. D’après le Conseil Economique Social et environnemental, on dénombre en France plus de 400 suicides liés au travail. Les entreprises font de bons règlements intérieurs et nul n’est censé ignorer la loi. Il faut savoir que le harcèlement au travail est sévèrement réprimé : article 222.33.2 du code pénal ; un an de prison accompagné d’une amende de 15  000 € !  Le pervers narcissique est un terroriste avec lequel il n’est pas question de coopérer. Si vous ne mettez pas sérieusement en route un plan d’action pour éradiquer ce danger, le phénomène va  s’accroître de plus en plus avec tous les risques concomitants qui vont s’accumuler.

8 Commentaires

  1. Le service dans lequel je travaille actuellement supporte depuis plus 2 ans un pervers narcissique. J’avais détecté son problème de comportement dès le départ et à la fin de sa première période d’essai j’avais demandé à ma direction de ne pas le garder (j’étais responsable du service à ce moment là). Je travaille dans un secteur où il est difficile de recruter et la direction n’a pas suivi mes recommandations. Nous devons supporter au quotidien ses sauts d’humeur, son chantage (il démissionne tous les 3 mois et il y en a toujours un pour le retenir) dès qu’on le contredit, ses mails qui dévalorisent les personnes du service, il passe son temps à se victimiser ou à se mettre en valeur en s’appropriant le travail des autres …J’ai tiré de nombreuses fois la sonnette d’alarme auprès de la direction, mais à part un recadrage à l’oral il n’a jamais eu aucune sanction.Cela m’a même fait perdre mon poste de responsable du service. Dès qu’on lui fait un reproche, il se fait passer pour la victime et passe son temps à se plaindre auprès de la direction. Il n’hésite pas à nous mettre en copie des mails et à dénigrer l’ensemble du service. La direction est au courant qu’il est coutumier du fait car il a déjà eu ce type de comportement dans des sociétés précédentes. Comme c’est quelqu’un de procédurier, la direction ne fait rien contre lui et nous fait comprendre que c’est comme cela et que la priorité c’est de servir le client. Cette personne a fini par démissionner pour de bon et ne fera plus partie du service dans quelques semaines.Malheureusement, son passage va laisser des traces même après son départ puisque plusieurs membres du service se sont mises en recherche d’un autre poste. Je suis moi même en recherche active, car même si cette personne s’en va, j’ai perdu totalement confiance en ma direction.J’adore mon travail, mais je ne peux plus continuer à travailler pour des personnes qui ne pensent finalement qu’au profit et qui se moquent du bien être des salariés.

  2. Un grave problème se pose lorsque nous avons une entreprise qui fait appel a une autre DRH externalisée dont le “patron” est lui même un PN. J’ai connu cette situation. Aucun espoir possible les deux PN étant aux commandes. Dépression nerveuse, désespoir et idées suicidaires fûrent le résultat de 5 ans de travail dans ce milieu. Aujourd’hui, je ne sais que faire pour nettoyer ce cancer.

    • Pour moi c’est fini. C’est du passé, mais si je pouvais aider d’une manière ou d’une autre ceux qui sont resté…Je le ferai volontier.

  3. Bravo pour la description c’est exactement cette liste. Merci d’avoir parlé des cooptations ”copinages” qui gangrènent l’entreprise avec ces profils toxiques.

    Je suis experte en détection des pervers narcissiques. Les prénom / nom me suffisent. Pas de questionnaire, ni de test. Validation par téléphone, email. Après 20 ans d’expérience en entreprise, je n’ai vu que des énergumènes comme eux et ce n’est pas prêt de changer car ils sont 80% de la population. Un PN manager c’est absolument à éviter ! Seuls 7% de l’ensemble des PN sont à peu près sociables en entreprise. Le reste sont un poison que vous pouvez éviter avec ces tests de profiling, qu’ils peuvent hélas contourner en donnant des réponses fausses.
    J’ai créé ma propre méthode, le PN est qualifié à 360° sous toutes ses coutures. Ils sont en fait très prévisibles. Comme je le dis très souvent : les repérer c’est se protéger. Vous pouvez découvrir ce que je propose ici : https://askamedium.fr/detection-pervers-narcissiques/
    Avec joie d’aider dirigeants, RH, recruteurs, cabinets privés et entreprises. Détection rapide, sérieuse et efficace. Dites non à ces tueurs de productivité, de bonne ambiance, de santé et de motivation dans vos équipes !

  4. Une réponse possible: l’assertivité, c’est à dire défendre ses droits, savoir dire non calement, sans agressivité, même si ce n’est pas facile. Aumoins cela permet de se défendre et de ne pas flancher, car le pervers narcissique est redoutable.

  5. Bonjour, Merci, tout est dit, trés bonne synthése et analyse. personnellement, je les repére de suite, mais je vois souvent mes collégues tomber sous son charme, c’est qui me fait le plus de mal, je crois… Bon courage, malheureusement, l’on ne change pas la nature humaine, c’est l’à le hic.

  6. …je réagis à cet article que je trouve insensé! TOUTES les grandes entreprises ont mis en place VOLONTAIREMENT ce type de personnalité. Il correspond à 200% à leurs attentes : aucun sens de l’empathie, prêt à défendre corps et âme l’intérêt de l’entreprise si cela lui garantit sa place sociale, menteur, manipulateur et expert en jeu de rôle, parfait pour exploiter les ressources d’autrui sans que cela coûte un cent de plus à l’entreprise, il est présent sur TOUS les fronts des cellules de phone marketing et représente fort bien le garde chiourme impitoyable. La responsabilité est à l’entreprise autant qu’elle est aux électeurs de juger de la santé mentale de ses représentants. Constater un fait n’enlève nullement la responsabilité de l’acteur de ce fait… Dernier point, les entreprises qui ne “produisent pas de valeur” continuerons à recruter ce type de profil !!!

  7. “Si vous ne mettez pas sérieusement en route un plan d’action pour éradiquer ce danger, le phénomène va s’accroître de plus en plus avec tous les risques concomitants qui vont s’accumuler.”
    Un phénomène qui s’amplifie exponentiellement en suivant la courbe des crises, des destructions d’emplois, des licenciements, etc. et autres injustices que de plus en plus de gens subissent dans la société actuelle. Et ce d’autant plus, que la perversion narcissique est une défense de survie (survie psychique).
    Si le “pervers narcissique” fait des ravages au sein des entreprises, quand est-il dans les institutions où ce genre d’individu peut sévir en toute impunité sans jamais être inquiété ?
    Nous sommes encore très loin de prendre la mesure de l’ampleur du problème : https:/perversionnarcissiqueetpsychopathie.wordpress.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.