Selon  une étude* menée par Olivier Torres, professeur en sciences de gestion à l’Université de Montpellier et directeur de l’observatoire Amarok*, spécialisé sur la santé des dirigeants de PME, les dirigeants de PME dorment peu, mais surtout mal. Voici les principales conclusions de cette étude.

Une moyenne de 6,5 heures par nuit

333 dirigeants de PME de tous secteurs et tous âges* ont été interrogés simultanément sur la base de l’Index de la Qualité du Sommeil de Pittsburgh et de l’Echelle de Somnolence d’Epworth.  Ils dorment en moyenne 6,5 heures par nuit, ce qui est en dessous de la moyenne communément admise (7 à 8 heures par nuit). 68 % des dirigeants déclarent dormir 6 à 7 heures, 13 % 5 à 6 heures et 4 % ont moins de 5 heures de sommeil effectif par nuit.  Le dirigeant d’entreprise rogne sur son sommeil pour diverses raisons, comme par exemple la nécessité de prendre le train de 5h du matin pour honorer un rendez-vous, partir à l’étranger pour des raisons d’affaires, s’endormir tardivement après avoir relevé une dernière fois ses e-mails ou après un repas arrosé avec un client. Il s’agit pour les auteurs de l’étude “d’une volonté délibérée de réduire son temps de sommeil afin d’accroître son temps de travail : dormir moins pour travailler plus. Cette substitution temps de sommeil/temps de travail peut finir par devenir dangereuse pour l’organisme et engendrer une dette du sommeil, impactant négativement la vigilance du dirigeant, notamment en contexte de PME”.

48% des dirigeants dorment mal

Outre la durée du sommeil, 1 dirigeant sur 2 déclare souffrir d’un sommeil de mauvaise qualité, dont 23% présentent une somnolence avérée, voire sévère (7%) durant la journée. Parallèlement, 1 sur 3 déclare avoir des difficultés à demeurer éveillé pendant la journée, notamment lorsqu’ils conduisent, prennent un repas ou sont occupés dans une activité sociale, et manquent d’enthousiasme pour faire leur travail. 2 sur 10 reconnaissent  être dérangé au moins une fois par semaine par différents troubles : réveils nocturnes fréquents, difficultés d’endormissement, réveils précoces, problèmes respiratoires, etc.

Parmi les dirigeants interrogés, 20% d’entre eux déclarent avoir des troubles du sommeil liés au travail au moins une fois par semaine, dus à des soucis professionnels, du stress, de l’angoisse ou de l’anxiété, des préoccupations ou des décisions professionnelles. “Une gestion optimale du sommeil du dirigeant est un gage d’une bonne gestion de la PME en général, concluent les auteurs de l’étude. Protéger le sommeil de l’entrepreneur, c’est aussi se préoccuper du bien être dans toute l’entreprise car ce dernier en est la clé de voûte”.

* Observatoire Amarok spécialisé sur la santé des dirigeants de PME
* Echantillon constitué de 17% de femmes et 83% d’hommes, âgés pour 29% de moins de 39 ans, entre 40 et 49 ans à 50% et de plus de 50 ans à 21%, du BTP/construction, du commerce, des services/transport, dans des TPE  PME et ETI.



Article précédentPour la création d’un Ordre des Managers !
Article suivantCiel, mon contrat !
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+