« La loi du 2 août 2021 pour renforcer la prévention en santé au travail prévoit que les entreprises et leurs salariés bénéficient d’un ensemble commun de services de la part des services de prévention et de santé au travail sur l’ensemble du territoire.»  (Source Décret n° 2022-653 du 25 avril 2022).

Que prévoit la loi Santé ?

Entrée en vigueur le 31 mars 2022, cette nouvelle directive impose aux entreprises la réorganisation de leur gouvernance sur les sujets de la prévention de la désinsertion professionnelle. Son objectif premier vise à instituer une réelle culture de prévention renforcée au sein de toute organisation.

La crise sanitaire a profondément modifié nos conditions de travail. L’usage accru des nouvelles technologies peut avoir engendré une déshumanisation dans les relations socio-professionnelles. L’entreprise est alors confrontée à la réorganisation des modes de travail de ses collaborateurs pour favoriser l’élément clé de succès de toute structure : leur maintien dans l’emploi et leur qualité de vie au travail.

Qu’est-ce que la désinsertion professionnelle ?

La vie professionnelle d’un salarié est définie par toutes les expériences qu’il rencontre, qu’elles soient humaines ou situationnelles. Le processus de désinsertion professionnelle intervient lorsqu’on observe une rupture, quelle qu’elle soit, dans un environnement professionnel défini. Il peut alors s’agir d’une rupture liée à la santé, à une incapacité nouvelle de répondre à ses tâches ou encore à des dysfonctionnements cognitifs, psychiques voir de simple communication. Ces difficultés engendrent des complications significatives qui vont, au fur et à mesure, isoler et marginaliser le salarié.

réseauH ® : l’éthologie humaine au service des personnes handicapées

L’éthologie humaine développée par le cabinet @réseauH® est une science comportementale récemment appliquée par les organisations pour résoudre leurs problématiques RH et suivre l’évolution professionnelle de leurs salariés en situation de handicap ou de fragilité professionnelle temporaire. réseauH® a choisi de mettre l’éthologie au service de toutes les entreprises.
Nos éthologues accompagnent les salariés sur tout type de secteur pour toute problématique rencontrée. Leurs objectifs : instaurer un climat de confiance durable, permettre aux collaborateurs de développer leurs singularités et leurs employabilités.

Cette nouvelle approche comme science de terrain fait ses preuves. L’éthologue humain analyse la posture du collaborateur dans son environnement professionnel tout en identifiant les difficultés vécues par ce dernier et par son équipe. Cette méthode s’appuie sur les neurosciences et permet au collaborateur de sortir de postures parfois jugées inadéquates par ses interlocuteurs privilégiés et in fine, instaurer un cadre professionnel serein et stimulant.
Nos éthologues sont régulièrement sollicités pour intervenir dans des situations de désinsertion grave où les collaborateurs ne parviennent plus à s’adapter aux attentes de leur employeur voire à un changement de rythme et d’organisation, ce qui peut provoquer isolement et parfois négligence de soi.

Favoriser le maintien dans l’emploi des personnes handicapées

Les entreprises peuvent être réfractaires à l’idée d’aborder les questions liées aux situations de handicap. Malgré ça, des échanges sont possibles entre les RH et ces professionnels. Prendre soin de l’état de santé des collaborateurs est devenu une priorité absolue pour nos organisations. Il suffit de dépasser certaines peurs et aprioris pour ne pas permettre à une situation complexe de s’installer. L’apport des compétences des collaborateurs en situation de handicap est trop souvent minimisé ; pourtant leur capacité de résilience est prouvée. On oublie trop souvent que le chemin professionnel d’une personne handicapée n’est pas un long fleuve tranquille. La confiance apportée par le collectif et l’accompagnement à la montée en compétences doivent être un réflexe instinctif pour que les entreprises deviennent véritablement inclusives.

« L’accès à l’emploi s’améliore progressivement, en témoignent :

  • la baisse du nombre de demandeurs d’emploi en situation de handicap depuis 2019 ;
  • l’augmentation du nombre d’apprentis en situation de handicap : de 3 500 en 2019 à 6 000 en 2020 ;
  • ou encore les 15 000 recrutements (dont les deux tiers en CDI), signés depuis janvier 2021 au titre de l’aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés (AMEETH) du plan de relance.

Toutefois en dépit de l’obligation d’emploi qui pèse sur les entreprises, le taux d’emploi des entreprises reste inférieur à 4% au lieu des 6% prévus par la loi. » (Source : Insertion dans l’emploi des personnes handicapées – collaboration renforcée entre l’État et l’Agefiph (travail-emploi.gouv.fr))

Le taux de chômage des personnes en situation de handicap n’a cessé de baisser depuis 2020. Alors que ces travailleurs étaient les grands oubliés du travail et de l’emploi, la dynamique post-covid instaurée récemment est porteuse d’espoir en faveur de l’inclusion des singularités. Le temps est venu de libérer la parole de toutes nos parties prenantes.




Article précédentLa formation au management/leadership, un levier de performance
Article suivantEntreprise : pourquoi vous devriez acheter des vues YouTube
Après avoir été Directrice des achats Europe d’une importante société de transports, en 2009 après un MBA en développement durable, elle créé Handiréseau, cabinet destiné à faciliter l’intégration et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Rédactrice pour le magazine professionnel Décision Achats, elle remporte le 2ème Prix de l’Entrepreneure Responsable, organisé par EPWN, pour l’impact positif de réseauH et son approche très pragmatique. Chevallier de la Légion d’Honneur par le Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire en 2020, elle est nommée Présidente de la commission handicap et devient Vice-présidente en charge de l’inclusion au COMEX de la CPME nationale (Confédération Nationale des Petites et Moyennes Entreprises) aux côtés de son Président, François Asselin la même année. Administratrice au Haut Conseil à l’égalité, elle appréhende les difficultés des entreprises vis-à-vis de leurs obligations sociales et de leur politique RSE. En s’engageant dans ces actions syndicales, elle tente de faciliter l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap et de contribuer à renforcer l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.