Aujourd’hui, les TPE-PME sont sans arrêt sous le feu d’innovations technologiques. Avec des cycles de développement de plus en plus courts, les innovations s’imposent et ne permettent plus aux entreprises de maîtriser leur technologie assez rapidement.

Diagnostic d’un paradoxe

Tout commence toujours très bien :
– Internet ? Génial ! Allons-y gaiement.
– E-mail ? Super ! Fini les timbres.
– Mobile ? Je vais enfin pouvoir travailler d’où je veux !
– Les réseaux sociaux ? Youpi !
Pourquoi diable les entreprises n’ont-elles pas toutes prises ce virage numérique ? En réalité, l’expérience a fini par avoir raison d’elles. Les TPE-PME qui ont suivi ce virage en investissant, parfois trop, sans avoir le retour qu’elles espéraient. Maintenant, nous voilà dans ce paradoxe où les solutions sont présentes mais la méfiance est installée, et surtout, plus personne n’arrive à suivre les évolutions digitales. Pourtant, le numérique n’a jamais été aussi bénéfique. Les grandes sociétés de ce monde bouleversent nos habitudes avec des innovations
« disruptives ». L’IA, le big data, la blockchain changent la donne.

Des applications innovantes et accessibles

Bien que certaines sociétés ne le voient pas encore, les solutions proposées aux TPE/PME aujourd’hui sont innovantes et offrent beaucoup de perspectives. Avec peu de moyens, une TPE pourrait ainsi :
– Proposer un paiement en ligne instantanée type Apple Pay,
– Faire signer des contrats en ligne électroniquement,
– Demander automatiquement l’avis de ses clients
– Prélever ses clients via SEPA 100% en ligne,
– Créer une application mobile,
– Avoir une présence mondiale sur le web sans latence,
– Mettre en place des bots,
– Ou encore, faire de l’iot.
En bref, un entrepreneur pourrait concurrencer un mastodonte comme la Fnac sur le terrain du digital. Comment ? Avec des millions d’euros ? Même pas. L’ensemble de ces services est entièrement possible via des solutions digitales.

Trouver votre chemin dans le labyrinthe du Cloud

La vraie question n’est donc plus « est-ce que je peux le faire ? » mais « comment vais-je le faire ? ». Les solutions Cloud aujourd’hui sont multiples. Alors, que choisir entre le IaaS*, le PaaS** ou le SaaS*** ?
Quel patron a encore envie aujourd’hui de s’occuper de serveur Xeon, de back-up de données ou encore de panne de disques durs ? Ça, c’est la réalité du IaaS.
Le SaaS est la solution technologique la plus simple, car « clé en main », et fonctionne bien en utilisation standard. Cependant, cette solution n’est pas flexible. Au moindre changement, on se confronte à ses limites. Enfin, grâce au PaaS, les environnements qui permettent aux applications de fonctionner ne sont plus sous la responsabilité du dirigeant. L’entreprise reste responsable de ses applications et de son contenu, mais ne gère plus l’hébergement et la maintenance de la plateforme. Cette solution permet d’adapter sa stratégie numérique en fonction de ses contraintes personnelles.

Revenons-en à la question principale. Vous pouvez trouver votre bonheur parmi ces trois solutions : tout dépend des besoins de l’entreprise. Avez-vous besoin de solutions libres, guidées ou toutes faites ?
Pour les TPE/PME qui veulent garder la main sur leur application, je recommande le PaaS, qui vous apporte un accompagnement. Le prestataire donne des conseils en fonction de la situation du client, qui reste décisionnaire.
Avec le SaaS, on ne se pose pas de question. Cependant, il impose ses standards. Quant au IaaS, il vous détourne de vos vrais problématiques métiers.

Dernier conseil pour votre révolution digitale

Si je vous ai un peu perdu, retenez simplement que la digitalisation est possible et à la portée de tous, de la TPE de quartier à la société côté en bourse. Comme dans toute révolution, il faut simplement oublier ce que l’on sait, ce que l’on a vécu professionnellement et oser se lancer. Peut-être une seconde fois.
* IaaS : Infrastructure as a Service
** PaaS : Plateforme en tant que Service
*** SaaS : Software as a Service

 



Article précédent« Graine d’entrepreneuse » : un concours de startup réservé aux filles !
Article suivantMicro-entreprise : dépassement des plafonds
Djamel Benyacoub, contributeur expert, Paris
Djamel Benyacoub, CEO fondateur d'Hawaii. Curieux et ayant soif d’apprendre, Djamel a suivi plusieurs programmes éducatifs de Microsoft pour développer ses connaissances dans le domaine informatique. Il a fait ses premiers pas comme développeur chez Avanade (ex. Joint-venture Microsoft/Accenture) et a poursuivi son expérience au sein de Euriware (ex. Cap Gemini). D’abord développeur puis spécialiste dans la mise en place de solutions collaboratives dans les entreprises, il croit au fort potentiel du Cloud et se lance à fond dès sa démocratisation. Entrepreneur passionné par les nouvelles technologies, c’est en mars 2010 qu'il créé Hawaii avec le désir d’aider les sociétés à taille humaine à prendre le virage du Cloud. Ainsi, la startup démocratise les services numériques, à petit prix, et laisse ses clients maitres à bord. Tout en cassant les code de l’ESN traditionnelle (pas de commercial, un abonnement, développement à la minute etc.), Hawaii veut offrir la meilleure expérience à ses clients.