Est-il encore possible de réduire votre impôt sur le revenu ?

 Lorsque l’Etat accorde un avantage fiscal, c’est qu’il entend soutenir un secteur d’activité économique, avec une vocation sociale. Les dispositifs visant à réduire l’impôt sur le revenu se font rares, mais ils existent encore. Il faut toutefois rester vigilant sur la qualité de l’opérateur et du produit, qu’il soit immobilier ou financier. Explications.

Quelles questions se poser avant d’investir pour défiscaliser ?

Ai-je compris dans quoi je m’engage ?

Il est important de bien comprendre dans quoi on investit et les engagements que l’on prend, avec les risques éventuels de redressement (revente d’un bien avant la fin de l’engagement de détention, travaux non éligibles et donc non déductibles, absence de location d’un matériel rendant un dispositif sans objet, etc.).  

Ai-je la trésorerie nécessaire ?

Il faut également payer assez d’impôt pour bénéficier de certains dispositifs, et surtout avoir de la trésorerie disponible.

En matière patrimoniale, hiérarchisez vos besoins, comme dans la pyramide de Maslow :

  • 3 à 6 mois de revenus minimum en liquidités mobilisables rapidement
  • De quoi couvrir les besoins moyen terme de la famille (études des enfants, un mariage, travaux importants à réaliser chez vous, etc.)
  • anticipation des cas de coups durs (prévoyance en cas d’arrêt de travail ou d’invalidité par exemple, ou droits de succession que vos enfants auront à régler, et qui ne sont pas à négliger, le barème progressif des droits allant jusqu’à 45% du patrimoine…).

Equilibrez votre patrimoine : financier / immobilier, liquidité, horizon d’investissement, etc.

Nous n’examinons pas toutes les règles et conditions de chaque dispositif, mais uniquement le calcul des réductions d’impôt offertes par ces dispositifs.

Donner pour réduire votre impôt sur le revenu

Donner à un organisme d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique vous apporte une réduction d’impôt de 66% du versement dans la limite de 20% du revenu imposable.

Donner à un organisme d’aide aux personnes en difficulté réduit votre impôt de 75% du versement dans la limite de 537€, au-delà de ce montant, c’est la réduction ci-avant qui s’applique.

Investir dans le capital-risque pour réduire votre impôt sur le revenu

Les « FCPI / FIP » sont des fonds d’investissement qui prennent des participations dans des sociétés, et vous apportent une réduction d’impôt de 18% du montant investi net de frais de souscription dans la limite de 12 000€ / an pour une personne seule, et du double pour un couple soumis à imposition commune, soit 2 160€ ou 4 320€.

Investir dans le cinéma pour réduire votre impôt sur le revenu

Les « SOFICA » sont des fonds spécialisés dans le cinéma et la production audiovisuelle, et ouvrent une réduction de 30, 36 ou 48% de l’investissement limité à 18 000€ / an, et à 25% du revenu net global.

Prenez garde, car les FCPI, les FIP et les SOFICA n’apportent pas de garantie en capital, et nul ne sait si vous aurez une bonne ou une mauvaise surprise au moment où vous récupèrerez la valeur des parts acquises.

Favoriser le maintien des personnes âgées à domicile pour réduire votre impôt sur le revenu

Pour soutenir l’économie et aider les personnes âgées à se maintenir à domicile pour mieux vieillir, vous pouvez bénéficier de la réduction « investissement au capital des PME », en prenant des parts dans une coopérative lyonnaise, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations, la « SCIC 3 colonnes ». En plus de récupérer votre capital au terme de l’engagement de détention, vous aurez une réduction d’impôt de 18% de votre investissement avec un maximum de versement de 50 000€ pour une personne seule et le double pour un couple soumis à imposition commune.

Aider l’outre-mer pour réduire votre impôt sur le revenu

Le dispositif dit « Girardin industriel » repose sur un investissement dans des sociétés achetant et louant du matériel à des entrepreneurs situés dans les DROM-COM (départements, régions et communautés d’outre-mer). Cet investissement n’offre pas une rentabilité annuelle, mais vous fait payer votre impôt en avance avec une réduction.

Investir dans l’immobilier pour réduire votre impôt sur le revenu

L’immobilier est un investissement de long terme (plus de 10 ans, en raison des frais de notaire à l’entrée notamment) pour lequel l’emplacement est le mot-clé : bonne adresse, réalité du marché locatif, belle construction, possibilité de revente, et  gestionnaire sérieux pour les résidences meublées gérées par un professionnel.

  • Deux dispositifs à noter dans l’immobilier ancien : le « Monuments historiques » (les travaux de restauration sont déductibles à 100% du revenu global) d’une part, et le « Malraux » (réduction pouvant aller jusqu’à 30% du montant des travaux, dans la limite de 400 000€ sur 4 ans) d’autre part.
  • En ce qui concerne l’immobilier neuf dont les dispositifs se succèdent (Périssol, Robien, Scellier, etc.), la loi « Pinel » accorde 12 à 21% sur 6 à 12 ans, d’un investissement de 300 000€ maximum (au-delà, la réduction ne s’applique plus).

Le « Censi-Bouvard » (résidence étudiante, EHPAD) quant à lui, prévoit une réduction d’impôt de 11% répartis sur 9 ans, d’un investissement meublé de 300 000€ maximum.

Quel que soit le dispositif choisi, n’oubliez pas le plafonnement global des niches fiscales qui est de 10 000€ par an toutes réductions et crédits d’impôt compris (frais de garde des jeunes enfants, femme de ménage…).

Retenez toutefois que le « Malraux » et le « Monuments historiques » n’y entrent pas, et que les « SOFICA » et le « Girardin industriel » ouvrent un plafonnement global plus élevé de
18 000€ par an.

Est-il possible d’investir sans alourdir votre impôt sur le revenu ?

Ne soyez pas guidé uniquement par la fiscalité, car vous risquez de commettre des erreurs. Parfois l’avantage fiscal est réduit par les revenus fonciers du bien acheté, parfois votre capital fond comme neige au soleil alors que vous êtes une personne allergique au risque et ne disposant pas d’autres économies !

Sachez que vous pouvez baisser vos revenus imposables tout en vous constituant une épargne, comme avec le « PERP » qui continue à exister pour quelques mois encore à côté du nouveau « PER », plan d’épargne retraite issu de la loi Pacte.

Enfin et surtout, intéressez-vous au « LMNP » (loueur en meublé non professionnel) pour vous créer des revenus d’un ou plusieurs biens loués meublés, sans avoir à subir d’impôt sur ceux-ci durant de nombreuses années (surtout si l’investissement est fait à crédit), grâce à l’amortissement du bien. Bon à savoir : si on parle du même bien meublé, le LMNP est économiquement meilleur sur la durée que le Censi-Bouvard (avec réduction d’impôt mais pas d’amortissements). Faites bien vos calculs !

Pour en savoir plus sur le sujet cliquer sur Groupe SFC,
cabinet d’expertise-comptable, d’audit et de conseil.



Article précédentFastmag innove avec la caisse enregistreuse tactile
Article suivantRégis Lacroix, membre du Comité de Pilotage du Groupe SFC : tout comprendre de votre réussite en 13 questions
Maud Escoffier
Diplômée d’une maîtrise et d’un DESS Droit des Affaires, Maud Escoffier commence sa carrière comme Conseiller en gestion de patrimoine, elle devient en 2004 Responsable de la promotion et du suivi des ventes pour FIP Patrimoine, franchise de conseil en gestion de patrimoine. 7 ans plus tard, elle intègre CERFRANCE Lorraine Alsace, cabinet d’expertise comptable et de conseil, comme Responsable d’un pôle gestion de patrimoine régional, pour le créer et le structurer. Depuis mars 2015, elle est responsable du développement du Groupe SFC, cabinet d’expertise comptable, d’audit et de conseil dont le siège social est situé à Lyon, elle assure depuis 2016 la gérance de Phœnix Protection Sociale et Phœnix Gestion Privée, départements spécialisés du Groupe SFC, et devient membre du comité de pilotage. https://www.groupesfc.fr/phoenix-protection-sociale