Tout prend un e : e-commerce, e-recrutement, e-paiement

Le cadre digital ne connaît pas le chômage, certains parlent même à court de terme de pénurie de profils qualifiés dans ce domaine.  Tout prend un e : e-commerce, e-recrutement, e-paiement…. Les experts en e-quelque chose sont choyés dans les entreprises. Depuis dix ans, ces métiers se sont développés surfant sur les crises et même en profitant. PME et groupes du CAC 40 se digitalisent à grande vitesse, des parts de marchés sont en question, de nouveaux clients sont à conquérir, des fonctionnalités nouvelles inventées, du temps gagné, donc de l’argent. Des métiers nouveaux, des spécialistes de l’exploitation numérique, des “data analysts” et “data scientists”, ils élaborent des modèles prédictifs à partir des informations numérisées. Les techniciens sont très prisés, il faut des architectes de sites, des responsables d’applications, mais aussi des webmasters, des traffic managers, des community managers… Le boom de la téléphonie mobile amplifie le phénomène, comme les tablettes et autres epad, on parle de m-commerce, le business du  smartphone explose et se régénère. Le m-marketing a le vente en poupe, mieux comprendre l’e-acheteur, le convaincre, le fidéliser…
Lecture recommandée Le grand saut vers la transformation digitale

Tous les secteurs recrutent des profils “digitaux”

Dans la conjoncture de croissance molle, le secteur du digital crée des emplois de cadres et de non cadres. Tous les secteurs de l’économie sont concernés : la grande distribution avec l’e-commerce, les commandes en ligne, les « drives », la grande conso, les livres, les CD, les voyages, les banques, le luxe… tous les secteurs ont besoin de recruter des profils “digitaux”. Cela concerne les métiers de l’informatique, l’e-marketing, tous les experts e-commerce, le paiement en ligne … Le monde du numérique  a besoin de  Bac+ 3 et Bac +5, passionnés par les nouveaux canaux de distribution, les réseaux sociaux, le référencement, la googlelisation des pratiques, la génération Y ou Z… L’économie numérique a besoin de cadres techniciens et marketing, parfois à cheval sur les deux disciplines, et semble avoir surpris le système éducatif français. Les diplômés des grandes écoles de commerce ne peuvent plus rechigner à se mettre devant un écran pour faire de l’e-business.

Un job garanti au bout des doigts pour tous

Les métiers naissent tous les jours avec des noms anglais. L’ e-marketing regroupe les pratiques marketing et publicitaires pour développer l’activité d’un site Internet. Après la stratégie, arrivent l’animation et le renouvellement du contenu du site, l’e-mailing de fidélisation, la création de forums, de communauté sur les réseaux sociaux… mais aussi l’ergonomie web, le référencement, la création de trafic… autant de métiers dont il est difficile de faire une liste exhaustive tant le digital touche tous les domaines et donc toutes les formations, qu’elles soient techniques et de sciences molles : consultant en référencement naturel (SEO pour Search Engine Optimization), en référencement payant (SEA),  consultant IT, consultant en technologie de l’information,  consultant SMO (Social Media Optimization Social Media Optimization), consultant web analytique, designer web mobile, développeur / animateur flash polyvalent, développeur multimédia, spécialiste mi-technique, mi-créatif, développeur web mobile, ergonome de jeux web, game designer, développeur multimédia, animateur 2D/3D, chef de projet web, intégrateur web, chef de projet numérique,  expert en sécurité informatique, gestionnaire de base de données, ingénieur réseaux, journaliste en ligne, juriste Internet, knowledge manager… pour en savoir plus  http://metiers.internet.gouv.fr/
Lecture recommandée Les métiers du Web