Christine Marceau est venue me proposer ses services pour notre cabinet. Tout naturellement, je lui demande son curriculum :
– On n’est plus au moyen âge…
–  ?!
– Comment pouvez-vous encore réclamer un CV, c’est la pire des choses que vous puissiez demander…
– Il me faut bien une trace…
– Vous avez pris des notes durant notre entretien?! Je suis une ennemie acharnée du CV!
– Pourquoi donc?
– Il y a 5 ans, je cherchais du travail, j’ai envoyer mon CV à des tas de boîtes de conseil, notamment à l’Institut de management Logos. Je rêvais d’y entrer depuis toujours.  Pas de réponse à mes lettres de motivations, tout devait aller au panier…. Un jour je lis dans le Monde un article sur un sujet que je connais bien, écrit par le patron de cet Institut. Je n’étais pas d’accord avec  les idées qu’il défendait. Aussitôt, je lui envoie une lettre avec mon point de vue  et mes critiques.
– Courageux, l’a-t-il lue ?
– Quelques jours plus tard, son assistante m’appelle pour le rencontrer. J’étais folle de joie et en même temps inquiète. Je m’attendais à des reproches ou une leçon bien en règle…
– Alors ?
– Une grande amabilité, on échange nos idées, tout ne peut s’écrire dans le Monde, on était en phase…
– Vous lui avez parlé de votre recherche d’emploi…
– Cela aurait cassé l’ambiance, entre passionnés d’un sujet, on prend du plaisir, on en oublie l’heure et on se coopte. Quelques semaines plus tard, il m’appelle et me propose une situation à ses côtés.
– Il vous a quand même demandé un CV à ce moment-là ?
– J’en ai fait un, spécialement pour lui en mettant le focus sur les sujets qui l’intéressaient.
– Bien joué !

Quelques heures plus tard, je me retrouve à Bagneux.
Le jour est comme du goudron. La pluie menace les tombes. Les bruits humains amortis sous les cyprès. Pierre Salmon est mort. Un accident de voiture. Chasseur de tête connu, décrié, aux méthodes de ventes hardies, aux relations abruptes avec les candidats, mais des appuis politiques, un bagout hors du commun. La profession distante de son vivant l’accompagne à son dernier cabinet. Je hais l’enterrement. Le licenciement de la vie. Le cortège se forme. Défilent les têtes de la profession, visages figés, dans une odeur terreuse.  Une bénédiction est psalmodiée par un prêtre. Je ne connais pas le défunt, la rumeur le décrit comme un «farfelu».  Les confrères se cassent en deux pour saluer la famille et s’égayent entre les tombes. A la sortie du cimetière, des phrases de convenances : «un mec bien», « la profession perd un de ses meilleurs membres», «c’était un homme droit», puis chacun regagne sa voiture et se précipite au téléphone pour prendre contact avec les clients de l’inhumé.
En 30 ans, j’ai assisté à des dizaines d’enterrements : rangées de pierres tombales aussi élogieuses les unes que les autres. Jamais une ne dénigre celui qui est dessous. Tout le monde est merveilleux sur un CV comme sur une pierre tombale. Ci-gît un mec bien. «Que pensez-vous de mon CV?» Quête d’amour narcissique, signe d’angoisse existentielle, aussi ridicule que celle d’un homme qui demande à la femme qu’il veut séduire ce qu’elle pense de sa carte d’identité. Elle s’en moque surtout si elle ne ressent rien et s’il ne la fait pas rêver. CV veut dire candidat, candidat signifie gêne et tracas, donc un rejet quasi obligatoire. En 30 ans, je n’en ai jamais vu un qui dénigre son auteur. Inutile CV bien écrit, bien tapé, avec photo couleurs montrant un sourire vainqueur, si dans le comportement on agit à contre-courant du succès.   Ah, CV, cher CV quand tu nous tiens, tu nous tues.
La nuit est tombée sur Paris, enveloppante. Je rêve d’un bureau sans CV. La France surpeuplée de cadres qui savent en rédiger. La capacité à savoir le faire est inversement proportionnelle à la probabilité de trouver un emploi. Le CV erre d’entreprise en entreprise, de cabinet de recrutement en agences de l’APEC. Envahisseur protéiforme : chronologique,  par compétences, court, long car on n’a pas eu le temps d’en faire un court, clip avec mise en scène, générique de fin, BD, à la Alain Delon parlant à la troisième personne, RATP recherchant une station qui dessert son domicile … mais CV problème pour celui qui le reçoit, lui-même habité par le souci du sien.  Focus sur soi, écran total qui empêche de s’ouvrir au monde.
Fantastique compétition vers les mêmes cibles de plus en plus rares. Et au bout, refus et déception.  Rien n’est complètement vrai ou faux, vivant ou mort. L’emploi n’est pas d’un côté, le chômage d’un autre. Des actifs sont inutiles dans une organisation, des disparus habitent l’organigramme de l’entreprise. Qu’y a-t-il après le chômage ? La résurrection de l’actif qui s’adapte, un revenant sur le marché de l’emploi grâce à des approches atypiques, astucieuses, souvent « border line ».
Dans la voiture, je ressasse ces questions. Je revois Christine Marceau dans mon bureau et sa théorie sur le CV.  Finalement plus on est candidat, moins on intéresse, qui peut être attiré par un demandeur d’emploi, quémandeur, donc emmerdeur ? La pauvreté du chercheur d’emploi est inversement proportionnelle à sa capacité d’attraction.   Le meilleur remède :  la distance, le recul, l’éloignement, les vacances. Au lieu de s’entêter à chercher sans trouver, mieux vaut prendre le large.
Etre candidat à la vie, oui. A l’amour, à l’affection des amis, à la tendresse du conjoint, des enfants, des parents, à son jeu favori, à son sport habituel, des activités agréables, dormir, ne rien faire… Un patron recrute un cadre pour sa passion, sa personnalité, son enthousiasme.  Lui faire comprendre que son intérêt passe par lui, et il écoutera. Ne pas dire du bien de son CV, mais  lui dire le bien qu’il en retirera.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Article précédentVous avez aimé cet été
Article suivantComment tuer votre stress en 51 coups de grâce
Paul-Emile Taillandier
Après l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et la Faculté de Droit d’Assas, Paul-Emile Taillandier commence sa carrière comme chargé de mission au Cabinet du Préfet de la Guadeloupe, puis devient secrétaire général d’une Union Régionale du MEDEF. De 1986 à 2008, il dirige le cabinet de recrutement Taillandier Conseil. En 2008, il crée Talents-Clés Conseil, cabinet spécialisé dans le recrutement de profil rare et fonde en 2012 "Cadre et Dirigeant magazine". Auteur d’un roman La Nuit Créole et d’un e book Curriculum à éviter. Page Google+