Les entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité ont subi une nouvelle baisse d’activité, annonce le 28 juillet dans un communiqué l’UPA*, l’organisation qui les représente. Selon la dernière enquête* portant sur le 2ème trimestre 2014, le chiffre d’affaires des entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité a encore reculé de 1,5% en valeur par rapport à la même période en 2013. Aucune amélioration n’est constatée, ni sur le plan de la conjoncture ni sur le plan de l’emploi, note l’UPA. D’où la sonnette d’alarme tirée par le président de cette organisation, Jean-Pierre Crouzet. Détails des chiffres qui révèlent cependant quelques disparités selon les secteurs d’activité.

L’hôtellerie-restauration et les travaux publics souffrent le plus

Les secteurs les plus touchés concernent les travaux publics, les services, la fabrication et l’hôtellerie-restauration, qui voient leur chiffre d’affaires baisser de 2,5 à 3% au 2ème trimestre 2014, note le communiqué de l’UPA. Tandis que les entreprises de l’alimentation et du bâtiment s’en sortent mieux, même si elles reculent respectivement de 0,5% et 1%.

Et cela ne risque pas de s’arranger : près d’un tiers (30%) des chefs d’entreprise de l’artisanat et du commerce de proximité interrogés dans le cadre de cette enquête prévoient encore une baisse de chiffre d’affaires au cours du 3ème trimestre. Reste quand même 18% d’optimistes qui anticipent au contraire une activité plus soutenue, à commencer par les hôteliers-restaurateurs qui traditionnellement fondent des espoirs sur la période estivale.

L’UPA tire la sonnette d’alarme

Pour l’UPA, “ces chiffres nous rappellent que le pacte de responsabilité n’a encore aucune réalité dans les entreprises et que l’accélération du calendrier de baisse du coût du travail était totalement justifiée”. Concrètement, le président de l’UPA Jean-Pierre Crouzet estime qu’il faut avancer à 2014 les baisses de charges prévues pour 2015 et 2016 pour éviter une nouvelle vague de fermetures d’entreprises.

En outre, l’UPA demande que le nouveau dispositif légal sur le temps partiel (minimum de 24 heures hebdomadaires) soit assoupli, de façon à ce que l’intérêt commun de l’employeur et du salarié puisse être privilégié. L’enquête révèle que près d’un quart (24%) des entreprises de proximité (qui emploient au moins un salarié) ont recours au temps partiel et que la moitié de ces contrats à temps partiel sont d’une durée inférieure au nouveau plafond de 24 heures hebdomadaires fixé par la loi.

* L’UPA ou Union professionnelle artisanale est l’organisation nationale représentative de l’artisanat et du commerce de proximité. Elle est constituée des trois grandes organisations professionnelles qui fédèrent ces catégories d’entreprises : la CAPEB pour l’artisanat du bâtiment, la CNAMS pour l’artisanat de la fabrication et des services et la CGAD pour l’artisanat et le commerce alimentaire de proximité, ainsi que l’hôtellerie-restauration.
 
* Enquête réalisée à la demande de l’UPA par l’Institut I+C durant la première quinzaine du mois de juillet auprès d’un échantillon représentatif de 4 400 entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité.


Article précédentVirginia Rometty…née un 31 juillet
Article suivantRainbow Loom : comment réussir grâce à Youtube
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+