Entreprendre ne s’apprend pas à l’école 

Entreprendre est avant tout une affaire de terrain. De l’étude de marché pour rencontrer tous les acteurs qui graviteront autour de votre entreprise, de la recherche des fournisseurs, partenaires commerciaux, de la capacité à convaincre, à vendre, à s’entourer des bonnes personnes, à voir plus loin et anticiper son marché… Autant de posture, d’instinct et de capacité à rebondir qui vous aideront à réussir… Et cela ne s’apprend pas à l’école !
Lecture associée  Entreprendre : les erreurs que vous pouvez éviter

Cadre, vous avez une longueur d’avance

Dans ce contexte, votre expérience professionnelle à un poste de cadre vous donne une longueur d’avance. La gestion de projet, le management d’équipes, la fixation des objectifs sont des missions qui développent une certaine mentalité propre à l’entrepreneuriat… « L’expérience professionnelle apporte beaucoup quant à la manière d’aborder la création d’entreprise, explique Kadija, coach entrepreneur dans un organisme parisien. Elle permet d’éviter certaines erreurs. Les cadres ont l’habitude d’anticiper (les budgets, les deadlines, les catastrophes en tout genre) et cette qualité est fondamentale pour réussir. Par leur métier exigeant, requérant des compétences transverses et une vision à 360 degrés, ils développent le savoir-être indispensable à la direction d’une entreprise. »

Cadre reconverti entrepreneurCDM

Attention aux pièges du prisme salarié

Attention tout de même, votre vision de cadre est avant tout celle d’un salarié et l’aspect émotionnel inhérent à la création de votre propre affaire risque de vous jouer des tours : le stress lié à l’enjeu personnel et aux financements (qui sont ici des financements personnels) doit être géré. Vous devez éviter de zapper comme de nombreux cadres de faire une étude de marché, même et peut-être surtout quand  vous vous lancez dans le même secteur d’activité, pensant que vous connaissez suffisamment l’offre et la demande.
« La vision du salarié, même à haute responsabilité, est pourtant différente de celle du dirigeant d’entreprise, souligne Kadija. Devenir dirigeant implique d’identifier son propre positionnement stratégique, ses propres valeurs ; mettre en place une vision à long terme ; trouver les partenaires commerciaux en accord avec son entreprise (et non celle de son ex-employeur). »  Il s’agit donc de ne pas se précipiter dans l’entrepreneuriat, alors même que vos expériences et compétences s’y prêtent.
Lecture associée  5 techniques pour se démarquer et devenir un entrepreneur à succès

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Les basiques de la gestion pour diriger une entreprise

Piloter votre affaire nécessite des connaissances et compétences de base dans des domaines spécifiques : gestion de trésorerie, suivi comptable, mise en place de tableaux de bords de gestion appropriés, aspects juridiques, fiscaux et sociaux… Que vous ayez vécu une expérience professionnelle ou non dans ces domaines, une formation à la création d’entreprise vous enrichira et vous donnera les fondamentaux. Vous pouvez vous tourner vers les réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise présents dans chaque département, ils proposent généralement des ateliers de sensibilisation, des formations courtes (de quelques heures à une semaine) relatives aux basiques de la gestion d’entreprise et aux compétences clés du dirigeant.

15 % des chefs d’entreprise n’ont aucun diplôme

15 % des chefs d’entreprise français n’ont validé aucun diplôme au cours de leur vie et 20 % ont « juste » le Bac. À l’instar de Jacques Dessange qui a « simplement » appris le métier de coiffeur dans le salon de son père ou encore Yves Rocher (fondateur de la célèbre marque de produits de beauté), qui a abandonné l’école à 14 ans, nombreux sont ceux qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale sans passer par la case scolaire. Cette voie directe peut autant conduire à la réussite que le passage par une formation longue dans une école ou une université, pour peu que l’on réussisse à déployer savoir-être et savoir-faire propres à la direction d’une entreprise. Que vous soyez diplômé ou non, bénéficiaire d’une expérience professionnelle ou nouvel actif, l’entrepreneuriat est un nouveau métier qui s’apprend surtout sur le terrain !
Lecture associée  70% des personnes les plus riches de la planète sont parties de rien