La crise économique liée au Corona Virus a impacté beaucoup d’entrepreneurs et particulièrement les indépendants. Pour les indemniser, des aides de l’Etat ont vu le jour mais leur montant reste assez faible. Dans ce contexte, on peut rapidement céder à la panique et remettre en question son lancement dans l’entrepreneuriat. Après tout, cette aventure était-elle bien raisonnable ? Si cette crise te fait douter, j’aimerais te faire revenir aux fondamentaux de ton business, pour que tu puisses décider avec discernement, de l’avenir de ton entreprise.

Risque : un contexte incertain certes, mais l’entrepreneur a-t-il déjà vu l’horizon ?

La crise économique offre une vision plus que brumeuse de l’avenir. Les clients prennent peur et gèlent ainsi leurs Investissements…temporairement. Il devient ainsi difficile de faire des plans sur la comète. Mais cette incertitude n’est-elle pas le quotidien de l’entrepreneur ?
Et bien si ! Comme je le dis souvent, le risque fait partie de l’ADN de l’entrepreneuriat, et l’incertitude fait partie du risque. Dans ce cadre, la crise est certes, une nouvelle zone de turbulence à traverser, mais dont on viendra à bout en décidant d’avancer !
De plus la crise est un facteur externe qui ne dépend pas de toi, et ne devrais pas remettre en question la raison d’être de ton entreprise.
Repenses à quand tu t’es lancé : la difficulté de définir un projet entrepreneurial, la peur de ne pas trouver tes premiers clients et de fixer tes tarifs, la peur de publier ton premier contenu…toutes ces étapes étaient en soi beaucoup plus challengeante car tu mettais à l’épreuve ton business model, ta légitimité et un peu de ta personne.

Aujourd’hui, avec la crise, quasiment tout le monde est logé à la même enseigne. En revanche, tu peux rebondir vite, en agissant dès maintenant pour l’après crise : en renforçant/créant ta communauté, en étant là pour tes clients, en avançant sur le développant de ton business (stratégie). La crise est une simple épreuve, relèveras-tu le défi ?

Mindset : un événement qui va également mettre ta force mentale à l’épreuve

En dehors du contexte, c’est ton mindset, ton état d’esprit qui va être challengé. Ton activité se casse la figure : comment réagis-tu ?
Pour être proactif, je te conseille de te poser ces deux questions :
– Est-ce le contexte qui explique ton ralentissement d’activité ?
– A une échelle micro : est-ce ton propre business model qui aurait besoin de mieux s’adapter à ce type d’épreuve ?

Si ton activité subit la crise en raison du simple contexte, tu ne peux rien y faire, donc ne te remets pas en question. Continue de te focaliser sur ce quoi tu peux agir. En revanche, si ton activité sombre parce que ton business model n’est pas adapté (100% présentiel par exemple), c’est à toi d’en tirer les leçons et de voir la crise comme une opportunité pour rebondir, et revenir ainsi plus fort et plus armé (puisqu’on nous parle de guerre…).
Si tu utilises cette crise pour restructurer ton business, c’est que tu as l’âme d’un entrepreneur. Si au contraire, tu utilises ce temps pour penser à te reconvertir, ou revenir au salariat, c’est que les risques que tu vois dans l’entrepreneuriat sont plus élevés que les avantages.

Il n’y a pas de jugement, seulement une question à se poser en toute honnêteté : maintenant que je suis au plus bas, ai-je toujours envie d’entreprendre ?

Argent : sais-tu mobiliser tes ressources
financières ?

La survie de ton entreprise dépend de l’argent que tu y injectes.
– Les virements de tes clients
– Ta trésorerie
– Les aides d’Etat
– Les prêts des banques

Penser de manière pragmatique :
– As-tu des rentrées d’argent prévues venant de tes clients ?
– As-tu de la trésorerie ? Combien de mois te permet-elle de tenir ?
– Peux-tu bénéficier des aides de l’Etat (prime d’activité, Fond de solidarité..)?
– Souhaites-tu bénéficier d’un prêt bancaire (je ne suis pas forcément pour les prêts car il te faudra rembourser, mais si ton projet entrepreneurial te tient vraiment à coeur, c’est une option à considérer).

La semaine dernière, j’ai échangé avec une cliente dont l’activité était au ralenti en raison de la crise. Je lui ai alors demandé si elle avait fait une simulation pour bénéficier du fond de solidarité. Sa réponse était la suivante :” non, mais je préfère laisser cela à ceux qui en ont vraiment besoin”.
Attention tout à fait louable mais qui ne va pas dans le sens de la survie de son entreprise : si l’Etat met à disposition de l’argent et que tu réponds aux critères d’attribution de cette aide, prends-le !
De la même manière que ce n’est pas parce que tu ne finis pas ton assiette qu’elle ira au pauvre petit somalien, ce n’est pas parce que tu ne prends pas ce qui t’es donné que cela fera plus d’argent pour les entrepreneurs rencontrant une plus grande détresse financière.
L’oxygène de ton entreprise, c’est l’argent. Refuser les sources d’argent, c’est dire non au respirateur (allons-y pour une métaphore sanitaire !).

Temps : profiter de la crise pour repartir de bon pied !

Nous vivons un temps arrêté, un temps incertain, un temps d’exception. Nous pouvons choisir de subir le temps, ou de le laisser s’écouler à son rythme. Nos vies d’occidentaux sont marquées par un rapport très fort au temps : un temps qui nous échappe mais après lequel on court. Pour mieux vivre le confinement et mettre à profit le temps dont nous disposons pleinement aujourd’hui, mieux vaut l’utiliser à bon escient.

Comment ?  En pensant à soi bien sûr. Mais également en prenant le temps de reposer les bases solides de ton entreprise :
– Ton business model est-il résilient ?
– Ta communication est-elle optimale ?
– Ta stratégie de contenu est-elle rodée ?
– Ta stratégie d’acquisition client est-elle efficace ?
– Ton site web est-il optimisé pour la capture de mail ?
– Ton offre est-elle irrésistible ?

Toutes ces choses que tu n’as pas retravaillées depuis ton lancement.  Car même si le temps t’échappait, tu étais toujours à sa poursuite. Maintenant que tu l’as rattrapé, utilises-le à bon escient. Dans moins de temps que tu ne le penses, il sera reparti ;-)