Les femmes moins ambitieuses

L’acte d’entreprendre est moins spontané pour les femmes, constate l’enquête. Elles ont plus besoin que les hommes de se constituer autour d’elle un environnement entrepreneurial. Avec cependant une modération : l’ambition de développement ne dépend pas que du sexe de l’entrepreneur, mais du contexte et de l’activité. D’où la nécessité, selon le réseau Entreprendre, de mener des actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat auprès des femmes. Et à ce titre, souligne son président, David Pouyanne, il est important de promouvoir les belles histoires d’entreprises développées par des femmes comme Anne-Laure Constanza d’Envie de Fraises, Kelly Choi de Kelly Sushi, etc.

Les femmes réseautent autant que les hommes

Deuxième constat de l’étude : les femmes réseautent autant que les hommes mais ont une approche différente. Tout autant que les hommes, les femmes sont intégrées dans les réseaux tels que Réseau Entreprendre, mais également le Medef (20%), le CJD (9%) et également l’APM (8%). Mais alors que les hommes ont une approche du réseau de « don contre don », les femmes quant à elles sont tout autant engagées, mais de manière plus ciblée en répondant à la poursuite d’un objectif précis.

Les femmes délèguent moins

Troisième constat : l’étude montre que seulement 34,9% des femmes délèguent contre 39% des hommes. Au quotidien, les femmes s’impliquent plus dans les fonctions opérationnelles afférentes à la vie de l’entreprise que les hommes : définition de l’offre, validation de plaquettes commerciales ou d’outils de communication, implication dans la réalisation de la paie des salariés… Paradoxalement, la fonction qu’elles délégueraient le moins serait le business développement, fonction souvent considérée comme stratégique, surtout durant une phase de croissance. A contrario, leurs homologues masculins ont tendance à moins s’impliquer dans les fonctions opérationnelles, se concentrant sur les fonctions stratégiques. Ainsi seuls, 36% des hommes déclarent s’impliquer dans les fonctions opérationnelles contre 45% pour les femmes.

Les femmes sont expérimentées
et ont des enfants

Contrairement à certaines idées reçues, les femmes entrepreneures ont des enfants (elles ont en moyenne 2 enfants à charge contre 3,5 pour les hommes) et sont expérimentées (63% des femmes interrogées dans le cadre de l’enquête avaient une expérience avant d’entreprendre). Elles ont en outre les mêmes intentions de développement de leur société que les hommes et sont plus diplômées (72% des femmes sont de niveaux bac+5). Les femmes créent ou dirigent une entreprise plus tôt que les hommes : 31% des femmes interrogées dans le cadre de l’enquête ont entre 25 et 45 ans (contre 15% des hommes) et 21% des hommes ont entre 55 et 70 ans (contre 7% des femmes). Enfin, les entrepreneures sont souvent plus issues d’une lignée entrepreneuriale (elles sont 45,8% à avoir une filiation entrepreneuriale).

* Pour lire les résultats de l’étude menée auprès de 813 lauréats et membres de Réseau Entreprendre, cliquez ici.



Article précédentPsychopathe en costume et cravate
Article suivant5 actions indispensables à mener pour retrouver un emploi
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+