Le 25 janvier dernier, « Graine d’entrepreneuse » réunissait 28 fillettes âgées de 8 à 12 ans autour d’un concours de startups. Ateliers de code et de marketing, montage de projet, mini pitchs : Retour sur cet événement d’un nouveau genre et sur ses motivations.

A première vue, il s’agit d’un concours d’entrepreneurs comme un autre, mais quand on y regarde de plus près, on se rend compte que les participants sont non seulement des enfants, mais aussi et surtout uniquement des petites filles ! En effet, « Graine d’entrepreneuse », concours organisé par la plateforme Yoopies en partenariat avec Céline Lazorthes (fondatrice de Leetchi), a pour ambition de libérer l’empowerment féminin dès le plus jeune âge, d’inculquer l’envie d’entreprendre à des petites filles afin qu’elles deviennent les dirigeantes de demain.

Médiatiser les rôle models ne suffit pas à insuffler la graine de l’entrepreneuriat

Rappelons que les femmes représentent 40 % des créations d’entreprises, une donnée stable depuis plus d’une décennie malgré les nombreux réseaux et événements destinés à booster cette statistique. Il semblerait en effet que l’entrepreneuriat soit plus une question d’éducation, de culture intrinsèque que d’une envie déclenchée par un effet de réseau ou par la vue de « role models ». C’est en tout cas ce que pensent les professionnels du sujet qui déploient ainsi de plus en plus d’actions en faveur d’un public de plus en plus jeune (tout sexe confondu), dans l’optique d’insuffler la graine entrepreneuriale au plus tôt, dans les fondements mêmes de l’éducation.
Lecture associée Céline Lazorthes : la créatrice de Leetchi s’engage pour l’entrepreneuriat féminin

« Apprendre la culture du risque aux petites filles » – Marlène Schiappa

Et le concours « Graine d’entrepreneuse » va dans ce sens : « Je crois qu’il est important que, dès le plus jeune âge, les petites filles apprennent la culture du risque, cette culture de la création, cette culture de l’entrepreneuriat », expliquait la Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes*, Marlène Schiappa, pour soutenir l’événement. « Apprendre à être dans une posture d’affirmation de soi (…) Gagner en confiance (…) » sont autant de clé qui mènent au succès entrepreneurial à l’âge adulte, a-t-elle rappelé.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

C’est dans ce contexte que 28 participantes âgées de 8 à 12 ans ont passé l’après-midi du 25 janvier à découvrir l’entrepreneuriat via des ateliers sur le code informatique, le marketing ou encore la création graphique. Le concours portait ensuite sur l’élaboration d’un concept d’entreprise, monté en petit groupe avec réflexion sur le nom, le logo, le site Internet et le développement d’un mini plan de communication. De vraies stratèges en herbe !
Lecture associée Quand nos enfants nous apprennent à manager

Un retour favorable des parents et des filles boostées pour l’avenir

En fin d’après-midi, le public, composé uniquement de parents, assistait aux pitchs de présentation tel un véritable événement entrepreneurial, avec une scène et un micro. Les réactions étaient totalement favorables. « Ça lui donnera des idées et l’encouragera à s’imposer », expliquait le père d’Anouck, 11 ans. « Ma fille a adoré l’année dernière, expliquait la mère d’Alexis âgée de 9 ans. Elle est enthousiasmée à l’idée de travailler à nouveau sur des projets communs avec d’autres filles. » « Je veux montrer à ma fille qu’elle peut faire tout ce qu’elle veut, expliquait une autre mère dans le public, je voudrais qu’elle s’autorise à faire ce qui l’anime sans avoir peur de comment elle va y arriver. »

Des projets qui font sens pour des enfants aussi fous que les grands

Les projets proposés par les enfants étaient porteurs de sens, comme « Mon incroyable livre », plateforme de partage de livres ou encore le site « Un enfant aide un enfant » permettant de vendre des objets dont on ne se sert plus pour financer les associations d’aide aux plus démunis.
Le projet « Cisaillette » a également retenu l’attention pour son aspect merveilleux puisqu’il s’agit d’une paire de ciseaux capable de cracher des paillettes au moment de la découpe. Enfin, le projet FlashShoes a ravi les adeptes du futur avec un concept de chaussures sur réacteurs propulsées par énergie solaire.

« C’est génial tout ce qu’on a pu faire, s’est réjoui Anna, 10 ans, j’ai adoré l’atelier code et c’était excellent de voir des filles faire des métiers qu’on croit réservés aux garçons ». Pour cette seconde édition, le concours « Graine d’entrepreneuse » a démontré que les petites filles, elles aussi, sont capables d’avoir la bosse de l’entreprise. « Apprendre à être dans une posture d’affirmation de soi », « Gagner en confiance » sont les fondements de la réussite évoqués par Marlène Schiappa, encouragés ici en toute bienveillance.

A propos des organisateurs

Yoopies est une plateforme de mise en relation dédiée à la garde d’enfants. Créée en 2012, la startup rencontre un franc succès en France et à travers l’Europe, ses activités s’élargissant à l’aide aux personnes âgées, au soutien scolaire, au ménage ou encore à la garde d’animaux. Leetchi est une startup de cagnotte en ligne fondée par Céline Lazorthes et dirigée actuellement par Alix Poulet.

*et de la lutte contre les discriminations.