Sur son compte Twitter officiel, Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe EDF affiche cette formule : « Notre avenir est électrique et il est déjà là ». Un rien provocateur, il défend à coups de messages de 140 signes et de hashtags sans ambiguïté (#électrique, #énergie, #nucléaire) l’énergie nucléaire tout en promouvant (avec une certaine schizophrénie) les énergies renouvelables. Pas de quoi rassurer les écologistes qui réclament la fermeture et le démantèlement des installations nucléaires françaises.

Un pas vers les écologistes

Et pourtant, il vient d’effectuer un premier pas significatif vers les défenseurs des énergies propres mardi 24 janvier. Grâce à sa voix, prépondérante au sein du conseil d’administration d’EDF, une indemnisation d’une part fixe de 490 millions d’euros versés d’ici à 2021 (coûts de reconversion du personnel, démantèlement…) et d’une part variable pour compenser d’éventuels manques à gagner jusqu’en 2041, a été votée, entérinant ainsi la fermeture prévue en 2018 par le gouvernement de la Centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus vieille de France.

Le boss d’EDF, l’un des premiers groupes énergétiques mondiaux, serait-il devenu un écolo de la première heure ? Pas vraiment, mais il sait que les énergies renouvelables peuvent aussi rapporter gros, à en croire la directrice du développement durable Claude Nahon : « Je pense avoir convaincu plusieurs dirigeants que le développement durable c’est du business. Avec Jean-Bernard Lévy, c’est différent, il en était convaincu depuis longtemps », confie-t-elle*.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Sérieux et courageux

Sommé d’inscrire durablement le groupe public dans la transition énergétique conformément à la loi votée le 14 octobre 2014 à l’Assemblée nationale qui prévoit de ramener de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité en France, le polytechnicien nommé le 15 octobre n’a de toute façon pas le choix. Le défi est colossal mais JBL, comme on le surnomme à EDF, est prêt à le relever. « Il est sérieux, courageux, et abat beaucoup de boulot », déclare Jean-René Fourtou, président d’honneur de Vivendi**, société dont Lévy fut DG puis président du directoire entre 2002 et 2012.

Longuet : « Lévy appréhende EDF
comme un chef d’entreprise »

Malgré un salaire deux fois moins important que chez Thales, groupe d’électronique et de défense qu’il a présidé de 2012 à 2014, Jean-Bernard Lévy, fils de médecin entré en résistance en Auvergne en 1940, a pris la tête du groupe EDF déficitaire et endetté (environ 52 milliards d’euros en 2015, soit plus de 50 % du chiffre d’affaires), au bord du gouffre pour certains. De fait, il a déjà pris des décisions radicales (baisse des charges d’exploitation et des investissements) et veut avancer vite. « Il appréhende EDF comme un chef d’entreprise, analyse Gérard Longuet qui l’avait choisi comme conseiller technique en 1986 lorsqu’il fut nommé secrétaire d’État puis ministre délégué, chargé des Postes et Télécommunications. Il regarde les coûts de revient, voit que le groupe a un problème de marge, et tente de régler l’affaire. »**

Efficace et imperturbable

Efficacité et self-control sont les principales qualités du dirigeant qui poursuit donc sa marche en avant. La construction de deux EPR d’Hinkley Point au Royaune-Uni validée (mais très contestée) en septembre 2016 devrait rapporter à EDF « 9 % pendant 70 ans ». De quoi mettre du beurre dans les épinards… et permettre la rénovation du parc nucléaire français d’ici la fin de la décennie. Le patron, résolument optimiste, croit même en l’aboutissement des travaux de l’EPR de Flamanville d’ici à la fin 2018, un chantier qui accuse pourtant un retard de six ans. La démission de son directeur financier Thomas Piquemal en avril 2016 ne l’a pas perturbé outre mesure. Le blocage du siège d’EDF en décembre par des militants Greenpeace qui dénonçaient « l’obstination nucléaire » non plus. A bientôt 62 ans, Jean-Bernard Lévy est bien décidé à poursuivre sa mission, vaille que vaille.

* L’écolo d’EDF, par Ludovic Dupin, 7 avril 2016 http://www.usinenouvelle.com/article/l-ecolo-d-edf.N385802
**Jean-Bernard Lévy, un pilote exigeant à la tête d’EDF, par Nicolas Stiel, 4 octobre 2015 http://www.challenges.fr/energie-et-environnement/jean-bernard-levy-un-pilote-exigeant-a-la-tete-d-edf_61961