Les PME et les ETI (entreprises de taille intermédiaire) sont optimistes à l’export, selon le baromètre* qui vient d’être réalisé par CCI International, OpinionWay, et TV 5 Monde sur le thème « Les PME-ETI françaises et l’internationalisation ». Elles sont 56% à prévoir une augmentation de leur chiffre d’affaires à l’international dans les 2 ans à venir. Voici le top 10 des destinations export préférés des PME-ETI interrogées pour ce baromètre.

Allemagne, Belgique, Chine, le trio de tête

Lorsqu’elles pensent à leur internationalisation, les entreprises françaises de plus de 20 salariés pensent essentiellement aux pays d’Europe de l’Ouest, aux Etats-Unis et aux BRIC. Voici le top 10 des pays offrant le plus d’opportunités selon les chefs d’entreprises interrogés pour le baromètre :

1 – Allemagne : 21%
2 – Belgique : 12%
3 – Chine : 11%
4 – Espagne : 11%
5 – Italie : 10%
6 – Royaume-Uni : 9%
7 – Etats-Unis : 8%
8 – Suisse : 6%
9 – Russie : 5%
10 – Brésil : 4%

On retrouve ensuite dans des proportions moindres les pays suivants : Cameroun, Qatar, Roumanie, Turquie, Bulgarie, Afrique du Sud, Slovaquie, Grèce, Arabie Saoudite, Angola, Congo, Rép. Dém. du Congo, Norvège, Hongrie, Argentine, Burkina, Mexique, Singapour, Pologne, Luxembourg, Algérie, Inde, Maroc, Pays-Bas, Emirats Arabes Unis, Japon, Canada, Tunisie, Portugal et Gabon. Les premières motivations à l’internationalisation concernent la performance (conquête clients, CA, taux de croissance) et l’image de l’entreprise (image, notoriété).

Recrutements en augmentation

Les PME-ETI affichent également leur optimisme en matière de recrutement : la majorité des entreprises (59%) présentes à l’international envisagent de recruter en France, mais aussi à l’étranger. Les principaux éléments qui peuvent inciter les entreprises à s’internationaliser (davantage) sont : des opportunités commerciales et une réduction des coûts. Le positionnement sur de nouveaux marchés géographiques et l’innovation font partie des 3 priorités stratégiques des entreprises de 20 salariés, derrière la stratégie commerciale. Selon les secteurs d’activité, certains enjeux sont plus importants : pour le commerce la stratégie commerciale est encore plus primordiale, alors que les industries de biens d’équipement mettent plus l’accent que les autres sur l’innovation.

Les entreprises françaises de 20 salariés et plus ont de nombreux liens avec l’international, que ce soit par le biais de veille stratégique, de recours à des fournisseurs étrangers ou pour une activité à l’international à proprement parler. 52% des entreprises françaises de 20 salariés et plus sont présentes à l’international par le biais d’exportations ou d’une implantation à l’étranger. Les freins actuels à l’internationalisation concernent la méconnaissance des pays et des procédures. Lorsqu’elles ont une activité internationale, les entreprises accordent moins d’importance au frein linguistique et plus à la difficulté d’identifier de bons partenaires.

Les CCI, 1er organisme d’aide

Enfin, le réseau des CCI de France et des CCI françaises dans le monde est identifié comme le 1er organisme d’aide au développement des PME – ETI françaises à l’international. Les 2/3 des entreprises présentes à l’international ont eu recours à un organisme d’accompagnement à un moment ou un autre de leur parcours. Les organismes les plus sollicités sont, après les CCI, la Coface et Ubifrance.

* Pour établir ce baromètre, une étude quantitative a été réalisée auprès d’un échantillon de 503 dirigeants d’entreprises françaises de 20 salariés et plus.