1 – La conception des sites évolue

Si vous comparez les sites conçus ces derniers mois avec ceux créés il y a quelques années, vous remarquerez des différences importantes. A part les tendances du design qui peuvent être de simples effets de mode, il y a des changements profonds de technologie et de normalisations. Plus que des tendances, les nouvelles normes actuelles sont le flat design et le responsive. Dégradés, ombres portées, biseaux… autant d’éléments conçus pour ressembler à des objets réels : C’est que l’on appelle le flat design.

Ses partisans privilégient la simplicité, le pragmatisme d’un design minimaliste : des lignes épurées valorisant le contenu et la convivialité. Le Flat design permet avant tout d’améliorer l’usabilité et l’engagement par une convergence des expériences utilisateurs du print et du digital : des pages modernes en pleine largeur, plus propres et rapides à charger – ce qui est désormais une exigence de Google pour un bon référencement. (Google Page Speed, YSlow)

Un site responsive répond homothétiquement aux différentes tailles d’écran : PC de bureau, tablette ou smart phone. A ne pas confondre avec Une version mobile qui est une occurrence de votre site – disposant d’un webdesign spécialement conçu pour l’affichage mobile. Avant, les entreprises avaient un site mobile séparé pour les utilisateurs de tablette ou de smartphone et un site complet pour les utilisateurs de bureau. Cette stratégie est loin d’être idéale (mise à jour, synchronisation du contenu, duplicate content…). Votre site doit prendre en compte toutes les tailles d’écran et fournir une visibilité optimale pour chaque utilisateur, ce qui augmente l’engagement de votre audience.

2 – Les préférences
des consommateurs changent

Vos clients attendent aujourd’hui des informations différentes venant de votre site. Avec le haut débit, les utilisateurs exigent du Rich Media – par exemple des photos haute résolution et des vidéos HD. Comme les écrans de bureau sont plus grands et plus larges, ils apprécient les sites « full-width » cad. Plein écran.
Cette année, les utilisateurs de smartphones dans le monde ont dépassé 1,75 milliards. Le mobinaute est un consommateur qui ne veut pas perdre de temps, ce qui implique un contenu clair et concis, de qualité, avec une valeur ajoutée réelle. Peu importe la longueur si le site aide les clients potentiels à comprendre comment ils pourraient travailler avec l’entreprise – En webmarketing, c’est ce que l’on appelle l’entonnoir de conversions.

3 – L’optimisation
sur les moteurs de recherche

Votre entreprise doit convaincre Google qu’une requête contenant avec un mot clé cohérent avec votre activité, doit afficher votre site, le plus haut possible dans les Serps (zone premium). Attention toutefois car il ne suffit pas d’être bien référencé : si l’utilisateur n’est pas satisfait de votre site, il en partira rapidement et Google révisera votre positionnement en fonction du taux de rebonds de votre site, comparativement à la moyenne concurrente. Avant le SEO/référencement se contentait d’augmenter l’audience d’un site par son positionnement en première page Google sur des requêtes à forte volumétrie de recherche. Aujourd’hui, le SEO doit impérativement se soucier des aspects On page et de l’expérience utilisateur ; en effet, avec ses milliers de Quality Raters, Google filtre manuellement tous les sites en Top 10 ayant une forte commercialité et algorithmiquement avec ses nombreuses mises à jour comme Panda, Penguin et Hummingbird qui sont modéliser sur le principe du Machine-Learnig (IA ou algorithme qui apprend de lui-même). Ainsi, il ne suffit pas d’avoir un site et de payer un référenceur quelques centaines d’euros par mois ; il faut impérativement penser et déployer une stratégie multifactorielle visant à mettre en exergue VOTRE valeur ajoutée par rapport aux acteurs déjà présents sur la toile.

4 – Action à mener
pour optimiser votre site

– Link Baiting : attirer des liens entrants provenant de site de haute qualité faisant référence au vôtre
– Content Marketing : créer un contenu apprécié et suscitant le partage, engageant votre communauté.
– Engager régulièrement votre lectorat (newsletter, quizz, jeux, offres, infographies…)
– Suivre les tendances de conception pour le rendre moderne, attrayant et efficace.
– Développer des fonctionnalités précieuses pour l’internaute comme des conseils, FAQ ou forums
– Développer des relations publiques en ligne

Bien sûr, tout cela ne s’improvise pas et nécessite une étude/un avis expérimenté.  Le plus sage est de construire son projet en s’appuyant sur les conseils d’une agence webmarketing ou en agrégeant les conseils de différents experts, chacun dans un domaine spécifique (développement, design, référencement, réseaux sociaux, analytics, emailing, contenu, hébergeur, infogérant….)